skip to content
Date
02 nov. 2017
Tags
Actualités Olympiques , Rio 2016

« Il faut être un athlète pour faire un film comme celui-ci ! »

Rencontre avec Breno Silveira, le réalisateur du Film Officiel des Jeux Olympiques de Rio 2016

Pourquoi avez-vous décidé de faire ce film ?

C'était une occasion unique, de celles qui ne se présentent qu'une fois dans la vie, que je n'ai pas voulu manquer ; l'occasion, en tant que réalisateur, de venir aux Jeux et de relever le défi de raconter une histoire sur les Jeux qui touche le cœur de chacun. En tant que carioca, j'étais très conscient, comme l'est chacun ici, de toutes les difficultés que nous rencontrions à ce moment-là et je voulais être un témoin et comprendre comment un gros événement tel que les Jeux aurait forcément un énorme impact sur nous tous.

J'ai pratiqué de nombreux types de sports : voile, cyclisme, aviron. Mais le plus important, c'est que je me vois moi-même comme un fan de sport. Pour tout ce qu'il nous enseigne. Car cela va bien au-delà de gagner ou perdre. C'est peut-être l'un des aspects les plus importants durant le processus d'apprentissage des êtres humains. Nous faisons l'acquisition de valeurs importantes à travers la pratique du sport. Personnellement, je faisais partie de l'équipe qui a tourné le long-métrage intitulé Two Billion Hearts (Deux milliards de cœurs) – le film officiel de la Coupe du monde de football de la FIFA en 1994 aux États-Unis. Ce fut une superbe expérience mais les Jeux Olympiques, c'est magnifique ! C'est une gigantesque entreprise ! Quelque chose de complètement différent.

Pouvez-vous expliquer le choix du titre ?

Au Brésil, le contexte économique, politique et social était très difficile, et il y avait au même moment de nombreux conflits dans le monde. Et puis les Jeux arrivent, et il y a quelque chose de "magique" qui se passe. Pendant 16 jours, c'est comme si le monde entier s'était vraiment rassemblé. Ce furent des jours merveilleux et les valeurs olympiques étaient dans le cœur et l'esprit de chacun. Dans ce sens, le titre fait allusion à la conception antique des Jeux qui représentaient un moment de paix.

Dans votre film, quelle est votre séquence préférée et pourquoi ?

Probablement la séquence avec Usain Bolt ; elle est extrêmement émouvante et spontanée, et illustre ce moment particulier de la rencontre entre grandes superstars et d'autres athlètes qui viennent de rater leur qualification. C'est le premier jour de compétition pour cette athlète. Elle vient de rater sa qualification. Elle a vraiment honte et puis elle commence cette conversation avec Usain Bolt. "As-tu tout donné ?" lui demande-t-il, et puis elle se met à pleurer. Cette scène touche profondément tous les athlètes. Il y a aussi la séquence avec cette judoka, Rafaela, qui avait été disqualifiée à Londres et revient à Rio pour s'emparer de l'or. Et elle vient d'une favela. Chaque fois qu'elle parle, elle sanglote.

Quel est le thème principal du film ?

Le film porte principalement sur la relation entre la ville et les Jeux Olympiques. L'expérience unique de l'intégration entre les athlètes, les visiteurs, les citoyens et la ville. La transformation qui s'opère et les émotions qu'ils partagent tous ensemble pendant la période des Jeux. Mais mon film n'est pas centré sur les compétitions elles-mêmes. Il s'agit plus de saisir combien de personnes différentes, pas seulement les athlètes, vivent l'expérience de ces Jeux.

Quelle est votre intention artistique ? Le récit ?

Aujourd'hui, nous avons une énorme couverture médiatique de l'événement et il est devenu difficile de trouver un point de vue original. Notre but n'est pas de faire un "reportage d'actualité" mais plutôt de produire un document historique, une œuvre qui durera et représentera cette période, et illustrera l'importance des Jeux aux yeux du monde. Tout mon travail tourne autour de l'émotion. Mes films, mes longs-métrages, tout ! Pour moi, l'objectif est de montrer combien il est toujours important d'avoir un événement tel que les Jeux Olympiques. Jamais auparavant les valeurs olympiques n'auront été aussi importantes dans un monde confronté à de tels enjeux.

Qu'est-ce qui fera le caractère unique de ce film officiel ?

Les récents films officiels que nous avons vus se concentraient principalement sur ce qui se passait pendant les Jeux. Ils s'intéressaient davantage aux sports et aux athlètes. Ce film porte davantage sur la ville, les gens et toute l'expérience des Jeux, sans perdre de vue les athlètes et les sports. 

Quel a été pour vous le moment le plus difficile pendant le tournage ?

La forte concurrence avec les médias. Il y a 30 000 représentants des médias accrédités aux Jeux qui tournent tout le temps. Il n'est pas si facile de produire un film qui soit différent de la couverture journalistique. Le plus difficile est de parvenir à produire un film qui saisisse les émotions et l'âme de chaque édition des Jeux, et l'esprit du lieu et des personnes. Il faut adopter une perspective différente du reportage d'actualité, et la créativité est donc essentielle.

Il y a beaucoup de concurrence et vous devez trouver l'endroit parfait pour tourner. En définitive, vous êtes comme les athlètes, entourés de milliers de caméras et bataillant pour saisir la meilleure image.

Parfois, cela ne marche pas. Je me souviens d'une fois où je n'ai pas réussi à entrer dans le stade pour la dernière course d'Usain Bolt. Et j'ai littéralement crié à l'extérieur. Nous avions cinq équipes TV qui s'étaient précipitées. Il n'a pas toujours été facile d'être au bon endroit au bon moment car il y a tellement de choses qui se passent pendant les Jeux !

Qu'en avez-vous retiré essentiellement ? 

Cette expérience olympique a réellement changé ma vision de la vie. C'est si touchant de voir comment l'esprit olympique vit en chacun des athlètes. Qu'ils perdent ou qu'ils gagnent, cela n'a pas d'importance. Pour moi, ce fut une grande expérience de saisir l'importance du sport dans la vie, de voir la gentillesse de tous ces gens et finalement comment on peut vivre ensemble dans un monde comme celui-ci. Je n'ai pas choisi le côté des vainqueurs, les athlètes ou les performances sportives. J'ai choisi de faire un film qui montre des athlètes qui terminent derniers, un film qui illustre particulièrement l'esprit olympique ; cet esprit est partout, dans la ville et dans le cœur des gens. Ce film montre surtout que les valeurs olympiques sont très importantes dans le monde d'aujourd'hui.

Si vous deviez donner un conseil au réalisateur du film de la prochaine édition des Jeux, que lui diriez-vous ?

Il faut beaucoup de courage et d'effort ; il faut être un athlète pour faire un film comme celui-ci !

back to top En