skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Ikuma Horishima, la nouvelle sensation japonaise du ski de bosses

Le spécialiste japonais des bosses Ikuma Horishima a réalisé un exploit inédit en mars 2017 lors des championnats du monde de ski freestyle et de snowboard à Sierra Nevada, en s'imposant en bosses parallèles comme dans l'épreuve olympique individuelle, ce que personne n'avait encore réalisé.  Vainqueur fin janvier 2018 de la dernière étape de Coupe du monde avant les Jeux de PyeongChang, il devient un athlète sur qui il faudra compter pour le titre sur les bosses du Phoenix Park le 12 février.

Quel dénouement en finale des bosses parallèles lors des championnats du monde de ski freestyle et de snowboard à Sierra Nevada (Espagne), le 9 mars 2017 ! Ikuma Horishima, sacré la veille dans l'épreuve olympique du simple, affronte l'Américain Bradley Wilson. Le skieur japonais de 19 ans perd l'équilibre dans sa descente ultra-rapide et s'affaisse sur la neige. Son rival, sans doute décontenancé de se retrouver seul en piste, chute à son tour, juste avant d'aborder le 2e tremplin, qu'il doit passer "à pied" avant de terminer son parcours. 

Entre temps, Horishima s'est relevé, a repris de la vitesse, s'envole avec un énorme 720 désaxé sur ce 2e saut et passe la ligne d'arrivée juste derrière Wilson. Bien évidemment, les juges qui doivent évaluer les deux runs accordent l'avantage à Horishima, qui l'emporte 20-15. La victoire est historique : il est le premier double champion du monde des bosses dans une édition des Mondiaux et également, à 19 ans, le plus jeune skieur à s'imposer dans les deux compétitions. 

Dans cette épreuve en confrontation directe, Horishima a mené un parcours brillant, éliminant notamment le "roi des bosses" et tenant du titre canadien Mikael Kingsbury en quarts de finale. "Au départ de la finale, j'étais très nerveux mais je savais aussi que j'avais la force en moi. Quand je suis tombé, je savais que je me relèverais et finirais mon run, peu importe comment. C'est ce que j'ai fait, et maintenant, je suis double champion du monde !", se réjouit Ikuma Horishima. 

Getty Images

"J'ai fait connaître mon nom au monde" 

La veille, Horishima a donc remporté l'épreuve individuelle des bosses, l'épreuve qui a débuté aux Jeux d'hiver de Calgary 1988 et qui est aujourd'hui la plus ancienne épreuve de ski freestyle au programme olympique. Non content de se montrer les deux fois le plus rapide sur le parcours, en moins de 22 secondes, il a obtenu le meilleur score après son 2e run, devançant le Français Benjamin Cavet et Mikael Kingsbury qui, en route pour son 6e triomphe consécutif au classement général de la Coupe du monde de la FIS, a dû se contenter ici du bronze.  
  
"Je suis si heureux, j'ai même pleuré", a déclaré le champion japonais, déjà double médaillé d'or aux Jeux asiatiques de Sapporo un mois plus tôt. "J'ai essayé d'être agressif et j'ai été surpris par ma performance. Avec les outils dont je dispose, j'ai pensé que la seule façon de gagner était d'être agressif et de me donner à 120%. Et je me suis surpassé !" Et d'ajouter : "Je pense que j'ai fait connaître mon nom au monde, mais je sais que je peux me retrouver mentalement faible par moments. J'ai dit que mon but était de gagner aux Jeux de PyeongChang et, pour cela, je veux m'entraîner encore plus dur". Dans les montagnes andalouses, Horishima a fait forte impression, notamment par son incroyable vitesse dans la pente.   

Getty Images


Skieur junior prometteur – il a débuté en Coupe du monde à l'âge de 15 ans en février 2013, Ikuma Horishima était relativement peu connu sur le circuit international avant cet exploit exceptionnel, avec un seul podium à son actif - une 3e place obtenue en décembre 2015 à Ruka (Finlande) en bosses parallèles - et cinq "top 10", dont trois au cours de la saison 2016-2017. Il devient pour ses 20 ans (il est né le 11 décembre 1997) un sérieux prétendant au titre olympique. Il met d'ailleurs un terme à une série de treize victoires consécutives en Coupe du monde (sur une période d'un an) de Kingsbury en le battant chez lui à Mont Tremblant le 21 janvier 2018 à moins de trois semaines des Jeux. Comme le dit la FIS, "Avec sa vitesse, son contrôle, ses figures et son audace, tout porte à croire qu'Ikuma Horishima n'est pas une étoile filante et qu'il devrait devenir l'un de ceux qui défieront le grand Mikael Kingsbury aux Jeux de PyeongChang 2018". 
back to top En