skip to content
Date
19 août 2008
Tags
Beijing 2008

Hoy rejoint les géants du cyclisme

Chris Hoy

L’Écossais Chris Hoy personnifie et mène la domination du cyclisme sur piste britannique toujours plus affirmée après les victoires des Chris Boardman, Jason Queally, Bradley Wiggins, champions olympiques à de précédentes éditions des Jeux. Néanmoins, pas même les plus optimistes auraient pu s’attendre à la moisson de médailles d’or que l’équipe allait récolter à Beijing en 2008.

Au vélodrome de Laoshan, en périphérie de Beijing, où les cyclistes britanniques avaient quasiment élu domicile, des drapeaux aux croix tricolores pendaient à tous les coins, et ils leur firent honneur. Sur les dix médailles d’or en jeu, sept leur revinrent et trois d’entre elles à « l’Ecossais volant ». Hoy, depuis qu’il avait gagné la première médaille d’or de sa carrière à Athènes dans un kilomètre sprint désormais supprimé, était réputé pour son cyclisme forcené.

Quatre ans plus tard et détenteur d’une série de titres mondiaux, il vint se battre sur trois fronts à Beijing : le sprint par équipe, le keirin et le sprint individuel. Par équipe, Hoy et ses coéquipiers Jason Kenny et Jamie Staff paraissaient imbattables et ils le démontrèrent aisément puisqu’en finale ils établirent un record du monde en battant le trio de français de plus de six dixièmes de seconde.

Ensuite vint le keirin, où un peloton compact de six cyclistes pédale derrière une moto avant que le gardien de l’allure leur laisse le champ libre pour accomplir les 2,5 derniers tours avant l’arrivée. En finale, Hoy adopta la tactique osée d’un sprint en continu de bout en bout de la course. L’effort drastique pour les bronches se révéla payant puisqu’il anéantit ses adversaires, laissant son coéquipier Ross Edgar décrocher l’argent.

Cette victoire fit de Hoy, l’olympien écossais le plus décoré de tous les temps, mais il ne devait pas s’arrêter là. La dernière médaille d’or en vue, tactiquement la plus difficile, était celle du sprint individuel, jeu classique du chat et de la souris où deux cyclistes s’affrontent, avec un dernier tour en forme de sprint jusqu’à l’arrivée. Il se retrouva en finale face à Kenny, l’un de ses coéquipiers. Sa course d’ouverture, la meilleure des trois se révéla décisive. Il s’imposa juste à Kenny et il apparut clairement que son compatriote n’avait plus le souffle pour produire une performance meilleure.

À 32 ans, Hoy, de 12 ans plus âgé que Kenny, pédala néanmoins vers la victoire dans la deuxième course de la finale. Il devint ainsi le premier Britannique depuis plus d’un siècle à remporter trois médailles d’or à la même édition des Jeux. Anobli en janvier 2009, Hoy visera d’autres médailles d’or en 2012, chez lui à Londres.
back to top