skip to content
Date
29 août 2004
Tags
Athènes 2004

Hoy garde le meilleur pour la fin

Chris Hoy, qui deviendra l’un des plus grands pistards de tous les temps, s’est révélé à Athènes. L’Écossais a commencé le vélo enfant, après avoir vu le film E.T. l’extraterrestre, et par conséquent, c’est pour le BMX qu’il a d’abord craqué. Il va rapidement se faire remarquer comme l’un des meilleurs jeunes talents britanniques et il entre dans les dix premiers mondiaux de sa catégorie d’âge. Il ne sait pas encore que le cyclisme sur piste existe avant l'âge de 10 ans, lorsqu'il voit le sprinter écossais Eddie Alexander à l’œuvre sur le petit écran, lors des Jeux du Commonwealth de 1986 à Édimbourg.


Ce n’est pourtant qu’à 16 ans qu’Hoy commence à s’intéresser sérieusement au cyclisme sur piste. En quelques années, il se hisse au niveau international et en 1999, il termine deuxième des Championnats du monde où il est le troisième coureur britannique dans la compétition de vitesse par équipes. L’année suivante à Sydney, il effectue donc ses premiers tours de roue olympiques et obtient une nouvelle médaille d’argent en vitesse par équipes.

Mais c’est à Athènes qu’il va vraiment éclater. Le kilomètre contre la montre est une épreuve explosive qui nécessite une vitesse pure totale. Avec son grand gabarit tout en muscles, Hoy a le profil requis et de plus, il a remporté le titre mondial en 2002 et en 2004. À Athènes cependant, le plateau regorge de pistards de qualité, notamment, excusez du peu, trois anciens champions du monde : le Français Arnaud Tournant, qui détient le record du monde, l’Allemand Stefan Nimke et l’inusable Australien Shane Kelly.

Hoy a cependant vu sa préparation perturbée par un accident de vélo dont il a été victime avant les Jeux et il en porte encore les stigmates. Il a cependant échappé à une grave blessure et il utilise cet épisode comme source d’inspiration.

Le jour de la course, il s’élance en dernière position sur une piste rapide qui a vu ses trois principaux adversaires descendre sous le record olympique que Tournant a finalement porté à 1’00’’896. Mais au lieu d’être impressionné par ces exploits, Hoy en tire une nouvelle source de motivation pour briller.

Son premier chrono intermédiaire est le meilleur de la session et le public du vélodrome ne lui ménage pas ses encouragements, conscient qu’il est en train d’assister à quelque chose de particulier. Chaque chrono intermédiaire lui permet de creuser l’écart sur Tournant et en franchissant l’arrivée en 1’00’’711, il décroche la médaille d’or et devient le quatrième homme à descendre ce jour-là sous le record olympique, qui lui appartient désormais.

Chris Hoy décrochera trois titres olympiques supplémentaires en 2008 et deux autres en 2012. Ses exploits seront même reconnus en 2009 par la reine d’Angleterre qui lui attribuera un titre de chevalier, ce qui signifie qu’il est officiellement aujourd’hui Sir Chris Hoy. Entre autres, un vélodrome et un train portent son nom.

back to top