skip to content
Date
25 juil. 2012
Tags
Londres 2012 , Actu CIO , Football

Houghton donne la victoire à la Grande-Bretagne - Londres 2012 - Football

Dans le match d’ouverture de la compétition de football féminin des Jeux Olympiques de Londres 2012 qui s’est déroulé à Cardiff, Stephanie Houghton a permis à la Grande-Bretagne de battre la Nouvelle-Zélande un à zéro.

Devant une foule record pour un match de football féminin au Royaume-Uni, la joueuse de 24 ans a, d’un coup franc enroulé inscrit au cours de la deuxième mi-temps, donné la victoire à l’équipe hôte. Grâce à cette victoire, la Grande-Bretagne se place ainsi sur la bonne voie pour rejoindre les 8 meilleures des 12 équipes participant à la compétition.

Pour Houghton, il s’agit d’une récompense, étant donné tout le courage dont elle a fait preuve pour surmonter la déception engendrée par sa non-participation à la Coupe du monde 2007 et aux Championnats d’Europe 2009 à la suite d’une blessure.

De plus, lors de la Coupe du monde ayant eu lieu l’année dernière, elle avait dû se contenter de 39 petites minutes de jeu durant le quart de finale face à la France.

Sepp Blatter, le président de la FIFA, qui assistait à la rencontre, a dû être impressionné par le sang froid dont a fait preuve Houghton lors de son coup franc, qui a donné une victoire méritée aux joueuses d’Hope Powell. Ces dernières affronteront la Cameroun samedi prochain au Millenium Stadium.

Pendant 15 minutes, la Grande Bretagne s’est retrouvée malmenée par une équipe de Nouvelle-Zélande qui a mis sa défense à l’épreuve, notamment par l’intermédiaire d’Hannah Wilkinson, qui a constitué une véritable menace.

Il a fallu attendre la moitié de la première mi-temps pour assister à la première action de l’équipe dirigée par Powell, un coup franc brossé d’Houghton repoussé par Jenny Bindon.

Cela laissait présager ce qui allait se passer. Cette occasion a également permis à l’équipe de montrer plus de cohérence dans ses attaques.

Grâce à l’arrière latérale du club d’Arsenal, Alex Scott, qui s’est montrée de plus en plus en vue en faisant des allers-retours dans son couloir droit, la Grande-Bretagne a commencé à prendre le dessus.

Scott n’a pas réussi à concrétiser une bonne occasion après être entrée dans la surface. Anita Asante n’a, quant à elle, pas réussi à cadrer plusieurs de ses têtes.

Asante a failli ouvrir la marque à l’issue d’une action qui s’était déroulée très lentement, durant laquelle le centre d’Eniola Aluko retomba au deuxième poteau.

Asante n’a semblé faire preuve que de peu de conviction lorsqu’elle a effectué sa tête. Cette dernière prenait pourtant le chemin du but et Bindon était battue, mais le poteau est venu à la rescousse de l’équipe de Nouvelle-Zélande.

Suite à la rentrée d’Ellen White à la mi-temps, la Grande-Bretagne a continué à se créer des occasions.

Jill Scott a semblé éviter le centre d’Houghton, qui a été repoussé tant bien que mal par Bindon. Dans la foulée de cette action Scott a eu une occasion en or de marquer mais elle a vu sa tentative contrée par Ali Ryley.

L’occasion ratée par White, qui n’a pas réussi à prendre de vitesse la défense néo-zélandaise, permettant ainsi à Riley de la contrer, n’a fait qu’augmenter la frustration de l’équipe hôte et ses craintes de ne pas voir sa supériorité récompensée.

Mais, au plus grand plaisir du public de Cardiff, Houghton est restée maîtresse d'elle-même à la 64e minute, en inscrivant un coup-franc situé à 22 mètres dans le coin droit du but gardé par Bindon, qui était complètement battue.

Cela suffisait à la Grande-Bretagne pour s’assurer la victoire, qui sera célébrée bien au-delà de la capitale galloise.

À la fin du match, Powell a déclaré : « Aujourd’hui, les filles ont écrit une page de l’histoire. On en a tellement entendu parler que nous ne pouvions pas l’ignorer. Nous sommes la première équipe de football féminin de la Grande-Bretagne et nous avons gagné. Cela ne changera jamais ».

“Nous voulions apprécier l’évènement à sa juste valeur. Nous devons admettre qu’il s’agissait de la première épreuve et que cela constituait pour les filles une chance de montrer leur talent ».

“Je voulais qu’elles le comprennent et fassent de leur mieux. Nous nous en sommes bien sorties ».

Pendant ce temps dans le premier match du groupe F, les championnes du monde japonaises ont débuté la compétition par une victoire deux buts à un sur le Canada, grâce à des buts de Nahomi Kawasumi et d’Aya Miyama juste avant la mi-temps.

Les États-Unis, que les Japonaises avaient battus en finale de la Coupe du monde de 2011 en Allemagne, ont également commencé par une victoire. Elles ont dominé la France quatre buts à deux à l’issue d’une rencontre pleines de rebondissements au cours de laquelle Alex Morgan a inscrit un doublé.

back to top