skip to content
Kate Green for OIS/IOC
Date
06 mai 2019
Tags
Actualités Olympiques, JOJ
JOJ

Hommage à celles et ceux qui font la fierté de l'Afrique

Alors que la capitale sénégalaise, Dakar, poursuit ses préparatifs pour l'accueil de la quatrième édition des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) d'été en 2022, revenons sur cinq des plus belles performances réalisées par des athlètes africains lors des précédentes éditions des JOJ.

Le prodige de la natation

À Singapour en 2010, le célèbre Michael Phelps est ambassadeur des premiers JOJ, mais c'est un jeune nageur sud-africain, Chad le Clos, qui fait la une de l'actualité après avoir remporté un total de cinq médailles : une d'or, trois d'argent et une de bronze. L'adolescent de 17 ans, originaire de Durban, est sacré champion des JOJ dans le 200 m quatre nages individuel. Il monte également sur la deuxième marche du podium dans le 400 m nage libre et dans les 100 m et 200 m papillon. Deux ans plus tard, il décrochera l'or dans le 200 m papillon aux Jeux Olympiques de Londres 2012, devant un certain Michael Phelps. "Les Jeux Olympiques de la Jeunesse occupent une place à part dans mon cœur", a confié le jeune homme. "S'il n'y avait pas eu les JOJ, je n'aurais jamais connu le succès. Michael Phelps était mon héros à Singapour en 2010."

À toute vitesse

Le Nigéria remporte quatre médailles aux JOJ de Singapour en 2010, dont deux le sont par une jeune prodige du sprint, Josephine Omaka, du haut de ses 16 ans. L'adolescente ouvre la marque en s'adjugeant l'or dans le 100 m, dans le stade Bishan, face à l'Américaine Myasia Jacobs en 11"58. "Je suis tellement heureuse", confie-t-elle à l'époque. "Avant la course, j'étais stressée, je pleurais et je priais pour que ces larmes se transforment en larmes de joie." Deux jours plus tard, Josephine rejoint ses compatriotes Florence Nwakwe et Bukola Abogunloko ainsi que la Sud-Africaine Izelle Neuhoff pour former l'équipe Afrique en lice dans l'épreuve multi-CNO du relais sur quatre distances. Les quatre jeunes filles vont décrocher l'argent devant l'équipe Europe.

Getty Images

Une première pour le continent

L'Afrique n'avait jamais remporté la moindre médaille aux Jeux Olympiques d'hiver jusqu'aux premiers JOJ d'hiver à Innsbruck en 2012. Mais tout change lorsque le Marocain Adam Lamhamedi écrit une nouvelle page de l'histoire olympique en Autriche. Le jeune homme âgé de 18 ans se retrouve face à 54 skieurs représentant 46 Comités Nationaux Olympiques dans le super-G messieurs sur les piste de Patscherkofel. En finissant avec 0,12 seconde d'avance sur le Suédois Fredrik Bauer au terme d'une magnifique descente, Adam décroche l'or et inscrit son nom dans les annales du sport. "Je voulais prouver que les Marocains savent skier et c'est ce que j'ai fait, dit-il. Comme quoi, dans la vie, tout est possible à condition de ne jamais abandonner." L'histoire extraordinaire d'Adam Lamhamedi se poursuit deux ans plus tard lorsqu'il se qualifie pour le slalom et le slalom géant messieurs aux Jeux Olympiques d'hiver de Sotchi 2014.

Getty Images

À point nommé

L'aptitude d'un athlète à donner le meilleur de lui-même au bon moment est déterminante pour connaître le succès sur la scène internationale. C'est précisément ce que le coureur de demi-fond kényan Gilbert Soet a fait dans le 1 500 m masculin aux JOJ de Nanjing 2014. Lorsqu'il arrive en Chine, l'adolescent âgé de 16 ans est loin de figurer parmi les favoris, et pourtant il parvient à se qualifier pour la finale en remportant sa manche en 3'45"21, son chrono le plus rapide sur cette distance. Trois jours plus tard, il établit un nouveau record personnel, améliorant son temps précédent de plus de trois secondes, ce qui lui permet de s'adjuger l'or devant l'Éthiopien Mulugeta Assefa et le Djiboutien Ismail Ibrahim.

IOC / XI, Yang

Un bonheur multiplié par deux

Les Égyptiens Salma Abdelmaksoud et Ahmed Elgendy balaient tout sur leur passage lors des épreuves de pentathlon moderne aux JOJ de Buenos Aires 2018, décrochant quatre des neuf médailles décernées. Salma ouvre la voie en remportant l'épreuve féminine individuelle, imitée 24 heures plus tard par Ahmed dans la compétition masculine. Les deux jeunes gens poursuivent sur leur lancée, Ahmed s'adjugeant une deuxième médaille d'or avec sa coéquipière chinoise Gu Yewen dans le relais mixte. Associée à l'Argentin Franco Serrano dans la même épreuve, Salma Abdelmaksoud doit se contenter de la deuxième place derrière son compatriote. "Je suis ravi bien sûr, je suis fier d'être champion des JOJ, confie Ahmed. C'était mon rêve depuis quatre ans. L'année dernière a été une année très difficile, avec beaucoup de compétitions, beaucoup de hauts et de bas, mais aujourd'hui, tout va très bien."

Kate Green for OIS/IOC

back to top En