skip to content

Historique : 12 Comités Nationaux Olympiques participent pour la première fois aux JOJ d'hiver

Thawab Al-Subaey OIS
Date
17 janv. 2020
Tags
Actualités Olympiques, JOJ, Lausanne 2020
Lorsque Thawab Al-Subaey, joueur de hockey sur glace, a remporté les épreuves de sélection du Qatar pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver de Lausanne 2020, il n'avait aucune idée de ce qui l'attendait. Le jeune joueur de 15 ans pensait se rendre à une sorte de camp d'entraînement.


"Je croyais que c'était comme une école de hockey," a-t-il avoué. "Je n'avais jamais entendu parler des Jeux Olympiques de la Jeunesse auparavant, je ne pensais pas que c'était un événement majeur."

Puis le battage médiatique a commencé, et peu de temps après, quelqu'un lui a remis un drapeau du Qatar et lui a dit de marcher lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux, devant une patinoire remplie de milliers de spectateurs enjoués.

"Ils m'ont dit que j'étais le premier à participer à cet événement," a-t-il déclaré. "Je n'avais pas compris qu'il s'agissait des Jeux Olympiques de la Jeunesse. Je ne m'attendais pas à une telle intensité et à une telle couverture médiatique."

Thawab Al-Subaey OIS

Même si Al-Subaey est l'unique représentant du Qatar à Lausanne 2020, et le tout premier athlète du pays à participer aux Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver, il n'est pas totalement seul. En effet, cette année, une douzaine de Comités Nationaux Olympiques participent pour la première fois à des JOJ d'hiver.

Ainsi, l'Albanie, l’Azerbaïdjan, l'Équateur, Haïti, le Kosovo, le Pakistan, Singapour, la Thaïlande, le Turkménistan, Trinité-et-Tobago, et enfin, Hong Kong, ont fait leurs grands débuts à ces JOJ d'hiver.

Lausanne 2020 OIS

Même après avoir terminé sa course aux Diablerets, tout semble encore un peu surréaliste aux yeux de la skieuse alpine Audrey Alice King (Hong Kong), l'une des quatre athlètes pionnières de son pays à Lausanne. 

"C'est un immense honneur d'être parmi les premiers à représenter Hong-Kong aux JOJ [d'hiver]," s'est-elle exprimé. "Je n'y avais jamais vraiment pensé avant d'arriver à Lausanne, quand soudain, tout a commencé à devenir réel.

Audrey Alice King OIS

Ça surprend beaucoup de monde, parce que peu de personnes savent que Hong Kong a une équipe de ski. Encore maintenant, j'ai du mal à réaliser. Je suis vraiment reconnaissante d'avoir eu cette chance."

Être originaire d'un pays qui n'a pas beaucoup d'expérience en sports d'hiver ni d'infrastructures peut fortement entraver l'entraînement des athlètes.

Par exemple, le patineur de vitesse sur piste courte Trevor Tan (Singapour), était contraint de commencer son entraînement dès 6 h du matin ou de le continuer jusqu'à minuit. En effet, l'île tropicale de Singapour ne compte qu'une seule patinoire olympique ; une installation commerciale que doivent se partager les patineurs de vitesse sur piste courte, les patineurs artistiques, les joueurs de hockey sur glace, les curlers et le public.

Lausanne 2020 OIS

Mais cela ne décourage pas les athlètes pour autant. Décrocher une place aux JOJ d'hiver est une réelle preuve de leurs progrès.

Tan, qui a pris une année de césure l'année dernière pour se concentrer sur sa préparation, en veut pour preuve : "Lorsque j'ai commencé à patiner [en 2012], je ne savais pas qu'il existait des Jeux Olympiques de la Jeunesse d'hiver. Mon objectif était de me qualifier pour Beijing [Jeux Olympiques d'hiver de 2022]. Mais ces Jeux à Lausanne sont un véritable tremplin pour moi. J'espère apprendre de nouvelles choses ici, qui me serviront pour l'avenir."

Audrey Alice King voit ces Jeux comme l'occasion de promouvoir le ski alpin à Hong Kong :

"J'espère continuer à m'améliorer et à me surpasser dans ce sport, mais avant tout, j'espère que le ski alpin va continuer à se développer à Hong Kong et que de plus en plus d'enfants commenceront à skier et à pratiquer ce sport, même s'ils viennent d'une ville où il ne neige jamais."

Médaillés ou non, tous ces athlètes ont certainement marqué l'histoire de leur pays.

Mackenson Florindo OIS

Le skieur alpin, Mackenson Florindo, seul concurrent haïtien à Lausanne, a déclaré : "C'est historique de représenter Haïti pour la première fois. J'espère que ça ne sera pas la dernière, car je compte bel et bien continuer à pratiquer ce sport."

Al-Subaey est à présent bien conscient de ce qu'il a accompli et de ce qu'il aimerait encore accomplir. "Maintenant je sais," a-t-il assuré. "Peut-être que la prochaine fois, je participerai aux Jeux Olympiques d'hiver au sein de l'équipe du Qatar, entouré de tous mes coéquipiers."

 

back to top En