skip to content

Trophée du fair-play

1964 / Kishimoto/IOC - All rights reserved | Boats participating in the Flying Dutchmen event at the Enoshima harbour during the Olympic Games Tokyo 1964.
Le comportement de l’équipage composé des deux frères suédois Lars Gunnar Käll et Stig Lennart Käll durant la régate de voile des Jeux Olympiques de Tokyo 1964 est à l’origine de la perception des Jeux Olympiques comme étant synonymes de fair-play.

Alors qu’ils étaient engagés dans l’épreuve de Flying Dutchman, les frères Käll s’aperçurent que l’équipage australien rivalisant avec eux, formé de John Dawe et de Ian Winter, avait chaviré. À ce moment-là, plutôt que de poursuivre leur course pour s’assurer une place en tête de classement, les deux frères décidèrent d’abandonner leurs espoirs de décrocher une médaille pour porter secours à leurs concurrents en perdition, en les prenant à bord de leur voilier afin de les ramener à bon port. À la suite de la publication du récit de ce sauvetage, l’admiration suscitée par leur conduite exemplaire fit le tour du monde et la résidence du village olympique dans laquelle logeaient les deux frères fut littéralement inondée de cadeaux envoyés par leurs innombrables admirateurs.

Ce comportement exemplaire leur valut d’être les premiers lauréats du Trophée du fair-play, prix créé par le Comité international pour le fair-play, constitué peu de temps auparavant par l’UNESCO. Il existe aujourd’hui, et ce à compter de 2020, plusieurs trophées du fair-play : le premier décerné à un athlète ou à une équipe en reconnaissance d’un acte de fair-play, le deuxième remis à un athlète pour l’ensemble de sa carrière et le troisième attribué à une personne ou à une organisation pour sa promotion du fair-play. Parmi les lauréats successifs de ces trophées, citons certains grands noms de l’histoire du sport, tels Sergey Bubka, Emil Zatopek, Sir Bobby Charlton et Pete Sampras.

back to top En