skip to content

Progrès dans la gestion des Jeux Olympiques

2000 / International Olympic Committee (IOC) / MUNDAY, Stephen - All rights reserved | Sydney 2000 staff members laying protection mattresses for the triathlon individual women event.
Avant les Jeux Olympiques de Sydney 2000, rares étaient les connaissances acquises au cours de l’organisation des Jeux qui se transmettaient d’un comité d’organisation à l’autre. Les seules transmissions d’information se faisaient par l’intermédiaire d’un petit groupe de collaborateurs travaillant sur des éditions successives ou de consultants olympiques qui vendaient leurs connaissances aux futures villes hôtes.

Mais la situation commença à changer en 1998, lorsque le CIO créa son système de transfert des connaissances, afin de permettre aux futurs comités d’organisation de bénéficier des années d’expériences acquises par les villes hôtes précédentes.

Dans le cadre d’un programme historique, le CIO signa avec le SOCOG un accord commercial, d’une valeur de 5 millions d’AUD, en échange d’informations orales et écrites transmises par 90 responsables du SOCOG. Une mise à jour effectuée l’année suivante permit le transfert d’informations aux comités d’organisation des Jeux Olympiques d’hiver de Salt Lake City 2002 et des Jeux Olympiques d’Athènes 2004.

La gestion des Jeux de Sydney 2000 est considérée comme ayant été plus efficace que jamais auparavant, grâce à l’engagement marqué des trois niveaux du gouvernement australien et à l’intégration progressive de trois entités séparées – le SOCOG, l’autorité de coordination olympique et l’autorité olympique des routes et des transports – en une seule structure organisationnelle de Sydney 2000. Cela apporta un certain nombre d’avantages, laissant en héritage des pratiques environnementales améliorées, imposées au secteur australien de la construction sur la base des processus adoptés pour l’aménagement du parc olympique de Sydney, ainsi que la création d’une base de données relatives aux professionnels australiens et à leurs compétences, afin de faciliter le recrutement en vue de futurs évènements majeurs.

Cependant, quelques questions d’ordre administratif surgirent du fait des problèmes de billetterie rencontrés par Sydney 2000, situation qui mena ensuite à des améliorations sur ce plan en vue des éditions suivantes des Jeux.

back to top En