skip to content

Sapporo 1972 : une ville transformée, un continent inspiré

Sapporo City / The Makomanai Indoor Skating Rink (now known as the Makomanai Sekisui Heim Ice Arena) remains the Makomanai Park’s centrepiece.
Date
02 oct. 2020
Tags
L'héritage de Sapporo 1972
Les premiers Jeux Olympiques d'hiver organisés en Asie ont eu de vastes retombées pour la ville, pour le Japon et même pour le continent tout entier.

Sapporo elle-même a bénéficié de plusieurs rénovations urbaines majeures qui ont été effectuées ou accélérées dans le cadre des préparatifs des Jeux, avec notamment un nouveau métro, un complexe commercial souterrain ainsi qu'une extension et une amélioration importantes du réseau routier.

Les sites construits pour les compétitions, des patinoires aux tremplins de saut à ski, continuent eux aussi de bénéficier à la région. Sapporo est devenue un modèle pour les villes au climat enneigé, et un centre de sports d'hiver en Asie.

Quant au musée olympique de Sapporo, il sert toujours un objectif louable. Cet établissement hautement éducatif présente une chronique détaillée des Jeux d'hiver de 1972 à travers une série de matériels pédagogiques et de simulations interactives.

Les Jeux ont également démontré que l'Asie pouvait organiser les Jeux Olympiques d'hiver. Le Japon avait pour objectif d'accueillir les Jeux d'hiver depuis les années 1930, et Sapporo avait obtenu l'édition de 1940, mais celle-ci a dû être annulée en raison du début de la Deuxième Guerre mondiale. Le succès des Jeux Olympiques d'hiver a ouvert la voie à d'autres Jeux d'hiver en Asie : Nagano 1998, PyeongChang 2018 et Beijing 2022.

Entre-temps, le succès des athlètes japonais, en particulier des sauteurs à ski, a montré au pays qu'il pouvait rivaliser avec les meilleurs dans les sports d'hiver - et a inspiré une nouvelle génération d'athlètes de sports d'hiver qui ont pu apprendre leur art sur la glace et la neige sur le site des Jeux de Sapporo 1972.

Rénovations urbaines

Dans les années 1960, le Japon est entré dans une ère de croissance économique énorme. Des gens de partout à Hokkaido, la deuxième île du pays, située au nord, sont descendus vers sa capitale, Sapporo, poussant ainsi l'expansion de la ville. En 1970, la population de Sapporo dépassait le million d'habitants. Une nouvelle population qui avait désespérément besoin d’infrastructures meilleures.

Les Jeux Olympiques d'hiver de Sapporo 1972 ont servi de catalyseur pour la modernisation de la ville et de ses environs. L'accueil des Jeux a également permis de renforcer le profil international de la région. Un important plan quinquennal de modernisation des transports et des services publics a été mis en œuvre entre 1967 et 1971.

La plus importante de ces modernisations a été le nouveau métro de Sapporo, ouvert en 1971. Il a permis de résoudre deux problèmes auxquels la ville était confrontée : l'urbanisation rapide et la circulation routière souvent perturbée par la neige.

Le réseau routier de Sapporo a lui aussi été considérablement amélioré, tout comme les aéroports de Sapporo Okadama et Chitose, améliorant ainsi grandement l'accès à la ville, à ses aéroports et aux nouveaux sites olympiques.

L'investissement dans la rénovation urbaine, accélérée par l'accueil des Jeux Olympiques d'hiver, a été estimé à 200 milliards de yens (valeur de 1972), tandis que l'investissement dans les infrastructures sportives a été très faible, 9,2 milliards de yens (valeur de 1972).

Selon le Bureau du commerce international et de l'industrie de Hokkaido, tous les investissements réalisés pour préparer Sapporo 1972 ont entraîné une croissance de 1,6 % des niveaux totaux de productivité dans la préfecture de Hokkaido, et une croissance de 3,2 % du revenu des citoyens de Sapporo chaque année entre 1967 et 1972.

Une nouvelle génération d'athlètes japonais de sports d'hiver

Sapporo 1972 a été un événement important pour les sports d'hiver japonais et asiatiques. Premiers Jeux d'hiver organisés en Asie, ils ont incité les gens de tout le continent à regarder et à pratiquer les disciplines de neige et de glace.

Le succès des sauteurs à ski japonais - connus sous le nom d'escadron Hinomaru - a créé des héros nationaux et a montré que les athlètes asiatiques de sports d'hiver pouvaient rivaliser avec les meilleurs athlètes d'Europe et d'Amérique du Nord.

Grâce aux sites de grande qualité construits pour Sapporo 1972, la ville était dans une position idéale pour former les futurs athlètes d'élite. La population locale et même tous les Japonais ont pu utiliser les patinoires de classe mondiale, les pistes de ski, les tremplins de saut à ski ainsi que les parcours de bobsleigh et de luge du Mont Teine.

Des sites qui continuent de profiter à la collectivité

Les nouvelles installations qui ont été construites pour le patinage de vitesse, le patinage artistique, le hockey sur glace, le saut à ski et la cérémonie de clôture sont encore toutes utilisées aujourd'hui. Le centre de glisse étant sous-exploité, il a finalement été fermé et démantelé environ 20 ans après les Jeux.

Les tremplins de saut à ski d'Okurayama et de Miyanomori ont accueilli depuis plusieurs épreuves de Coupe du monde et de Championnat du monde de la FIS, tandis que le parc Makomanai est devenu un centre sportif communautaire. Ses patinoires restent populaires et le stade couvert accueille d'autres sports comme le basketball et le karaté.

Le Mont Teine, qui a accueilli les épreuves de ski alpin pendant les Jeux, est également devenu une destination de ski très prisée. Il a été utilisé à deux reprises pour les Jeux asiatiques d'hiver et est l'une des principales installations pour les compétitions de ski régionales et nationales.

back to top En