skip to content
IOC
Date
28 févr. 1960
Tags
Squaw Valley 1960 , Actu CIO , Saut à ski , Allemagne

Helmut Recknagel met un terme à l’hégémonie nordique en saut à ski

Helmut Recknagel est originaire Steinbach-Hallenberg en Thuringe, devenue partie de la République Démocratique d’Allemagne. Avec sa technique de saut développée en compagnie ses coéquipiers est-allemands, corps penché à l’extrême vers les skis et bras tendus vers l’avant en vol, Il fait sensation sur la scène internationale dès ses 19 ans, lorsqu’il est en 1957 le premier sauteur non scandinave à remporter le prestigieux festival d’Holmenkollen en Norvège.

Et en 1959, il termine premier de la « Tournée des quatre tremplins », une compétition créée en 1953 qui attire la foule au pied des tremplins de Garmisch-Partenkirchen, Bischofshofen (Allemagne), Oberstdorf et Innsbruck (Autriche) et toujours aussi formidablement populaire au XXIe siècle.

Helmut Recknagel, un des meilleurs spécialistes internationaux de sa génération, est intégré dans l’« Equipe unifiée d’Allemagne » pour les Jeux de Squaw Valley, où il est même à 22 ans le porte-drapeau de sa délégation lors de la cérémonie d’ouverture le 18 février 1960.

La compétition sur le tremplin K-80 de Squaw Valley, une installation ultra-moderne inaugurée en 1959 avec une épreuve de test pré-olympique, se déroule le dernier jour des Jeux, le dimanche 28 février 1960 devant une foule considérable. Elle va assister, comme il est souligné dans le rapport officiel à « un des moments les plus passionnants de ces Jeux ». On peut aussi lire plus loin : « Les spectateurs américains, et particulièrement californiens, n’avaient sans doute jamais vu une compétition de saut avant les Jeux. Assister aux exploits des meilleurs performers au monde à leur premier regard vers ce sport fut un véritable plaisir pour une foule reconnaissante et réactive ».

IOC

C’est donc dans une ambiance de feu qu’Helmut Recknagel, dossard n°44 sur le dos, bras tendus vers l’avant après avoir quitté la table, s’envole littéralement dès son premier saut, atteignant 93.5m avec un style parfait à l’atterrissage. De loin le saut le plus long du concours, avec les meilleures notes de style ! Il pose déjà un pied sur la médaille d’or. Le jeune finlandais Niilo Halonen (19 ans) se poste au 2e rang, suivi par le Soviétique Nikolai Kamenskiy et l’Américain Antsen Samuletsen.

Lors de la 2e rotation, Helmut Recknagel réalise à nouveau le meilleur saut, 84.5m en obtenant une deuxième fois le maximum de points de style. Il remporte une large victoire avec un total de 227.2 points, Halonen prend la médaille d’argent (222.6 points) et l’Autrichien Otto Leodolter revient de la 6e place avec le 2e meilleur saut (83.5m) pour enlever le bronze avec 219.4 points.

C’est la première fois aux Jeux Olympiques qu’un sauteur qui ne vient pas des pays nordiques (plus précisément de Norvège ou de Finlande) remporte la médaille d’or. C’est aussi la dernière fois qu’il n’y a qu’une compétition de saut, puisqu’en 1964 à Innsbruck deux titres, « tremplin normal » et « grand tremplin » seront mis en jeu.

Helmut Recknagel est, l’année de son titre olympique, co-décoré de la « médaille Holmenkollen » qui récompense le meilleur sportif nordique, et là encore, c’est une grande première pour un athlète non scandinave. En 1961, il triomphe à nouveau dans la tournée des quatre tremplins et en 1962 à Zakopane (Pologne), il est champion du monde sur le grand tremplin et médaillé de bronze sur le tremplin normal. Il devient ensuite membre du Comité Olympique est-allemand, et après la réunification en 1990, membre du comité Olympique allemand tout en exerçant parallèlement les fonctions de juge international dans les compétitions de saut. A 70 ans, en 2007, il publie son autobiographie intitulée « Eine Frage der Haltung » (une question de posture »).

back to top En