skip to content
Date
07 mars 2015
Tags
Actu CIO

Helen Maroulis décrit la lutte féminine

L’espoir américaine de la lutte libre féminine, Helen Maroulis, évoque son sport, tout ce qui en fait la beauté et ses principaux aspects technique. 


Née le 19 septembre 1991 à Rockville dans le Maryland, Helen Maroulis est la lutteuse américaine qui monte. Dans la catégorie des -55kg, elle a déjà remporté une médaille d’argent mondiale en 2012 où elle a affronté en finale la triple championne olympique japonaise Saori Yoshida, un bronze en 2014, et a gagné le tournoi de lutte féminine des Jeux Panaméricains à Guadalajara en 2011.

Elle attend maintenant avec impatience de disputer ses premiers Jeux Olympiques à Rio, où sa discipline connaitra la parité avec la lutte libre masculine en passant de quatre à six catégories de poids.

Très engagée dans la promotion de son sport, Helen Maroulis est ambassadrice de la campagne « Super 8 » lancée par l’United World Wrestling (UWW, la Fédération Internationale de Lutte), qui est destinée à favoriser le développement de la lutte féminine à travers le monde.

Pour nous, elle décrit aujourd’hui les principaux aspects de sa discipline. « C’est un sport génial. un des plus anciens au monde, réservé aux hommes, et le fait que les femmes aient eu l’opportunité de le pratiquer est carrément incroyable », explique-t-elle.  «  Au plus haut niveau, cela demande une coordination de tout le corps, de l’équilibre, de la force et de la souplesse, vos membres peuvent être tirés dans tous les sens et il faut savoir s’adapter. vous devez pouvoir tout mettre bout à bout, Il faut y être préparé »

Helen Maroulis explique que les arbitres préfèrent voir les combattantes lutter au centre du tapis, « Mais dès fois, on se déplace vers le bord, c’est un également endroit stratégique ». Elle passe en revue les différentes tactiques, défensives, offensives, chaque lutteuse pouvant suivre sa propre stratégie, et constate  qu’un combat est toujours « excitant parce que les deux adversaires tentent toutes deux de prendre les devants en marquant au tableau d’affichage ».

La lutteuse américain décrit également les différentes techniques qui permettent de marquer les points. Certaines actions peuvent mettre fin au combat avant son terme. « Une façon de gagner le combat est de s’imposer sur tombé. Vous renversez votre adversaire, vos bloquez ses épaules au sol, l’arbitre constate et arrête le combat. Il y a aussi la supériorité technique, quand vous menez de 10 points ou plus, vous êtes déclarée gagnante ».

« la beauté de la lutte féminine, c’est que chaque concurrente peut avoir son propre style, aucun match, aucun mouvement ne ressemblera à un autre », s’enthousiasme Helen Maroulis. « Je pense que les femmes amènent quelque chose de différent. Les hommes peuvent avoir leur propre technique, on s’en inspire et on fait les choses différemment. Je pense donc que la lutte féminine apporte un complément à l’ensemble de note sport ».

©Getty Images

Tags Actu CIO
back to top