skip to content
Date
01 août 1984
Tags
Los Angeles 1984

Hegg en or après avoir troqué ses skis pour des roues

Le jeune skieur américain Steve Hegg avait tout lieu de voir la vie en rose lorsqu’il fut sacré champion des États-Unis de descente en 1982. Il n’avait plus qu’un an à passer chez les juniors avant d’entrevoir une brillante carrière sur les pistes de la Coupe du monde FIS.


En parcourant un livre de Jean-Claude Killy, son héros en ski alpin, Hegg suivit les conseils du ténor français et se mit au vélo afin de renforcer ses cuisses pour obtenir la résistance et la puissance extraordinaires exigées dans les descentes ultrarapides.

Le virus de la compétition de Hegg eut vite fait de prendre le dessus et en un rien de temps, le cyclisme gagna ce que le ski avait perdu. Le jeune Californien avait décidé de se lancer à la conquête des vélodromes.

En l’absence du Bloc de l’Est aux Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles, les Américains, les Australiens et les Allemands de l’Ouest trustèrent les récompenses.

Une atmosphère électrique régnait sur le vélodrome olympique qui se chargea même de quelques volts supplémentaires lorsque Hegg signa un temps stupéfiant lors des éliminatoires de la poursuite individuelle, reléguant ses rivaux à plusieurs secondes.

À 20 ans à peine, Hegg se hissa en finale où il rencontra l’Allemand de l’Ouest Rolf Golz. Adoptant une cadence de métronome, l’Américain prit rapidement le large et avant même la mi-parcours, il apparut que seul un effondrement total pouvait lui faire perdre la course.

Il réussit ainsi à gagner avec quatre secondes et demie d’avance pour devenir le premier lauréat américain depuis l’introduction de l’épreuve aux Jeux de 1960.

Il n’était pourtant pas rassasié pour autant. Dans la poursuite par équipes, il joua un rôle déterminant au sein du quatuor américain, grand favori de l’épreuve devant les Australiens.

L’équipe américaine perdit cependant l’un de ses coureurs pratiquement dès le départ, en raison d’une perte de cale-pied. Dans une telle épreuve où le collectif est prépondérant, les efforts des Américains étaient donc pratiquement voués à l’échec mais ils limitèrent la casse et se battirent pour le titre, échouant d’un souffle.

Hegg ne retrouva jamais l’inspiration sublime de cet été californien. Il se remit toutefois en selle douze ans plus tard aux Jeux pour y disputer les courses sur route et contre la montre, sans décrocher le moindre accessit.

back to top