skip to content
Date
05 févr. 1948
Tags
St. Moritz 1948 , Skeleton , États-Unis d'Amérique , Actu CIO

Heaton profite du retour du skeleton pour enlever à nouveau l'argent

C’est seulement la seconde fois que le skeleton figure au programme olympique et il faut remonter deux décennies en arrière pour trouver trace de la première. La raison en est simple : le Cresta Run de Saint Moritz est considéré comme le berceau du sport. Ainsi, lorsque les Jeux se sont arrêtés une première fois dans la station suisse en 1928, le skeleton a été ajouté, avant d’être supprimé juste après.


Maintenant que les Jeux sont de retour à saint Moritz, le skeleton sort à nouveau de son hibernation. Beaucoup de choses ont changé en vingt ans, mais une chose demeure : les États-Unis ont sélectionné à nouveau un certain John Heaton, qui a gagné la médaille d’argent en 1928.

Heaton a gagné tout un tas de coupes et de trophées en descendant le Cresta Run à la fin des années vingt et au début des années trente, et il a notamment signé deux victoires dans le prestigieux Grand National, en 1927 et en 1929. Entre-temps, il a décroché sa médaille d’argent olympique, malgré une fracture toute fraîche du poignet et la tristesse d’avoir été battu par son propre frère Jennison, devenu champion olympique. 

Quatre ans plus tard, il fait une incursion au bobsleigh et pilote le bob à 2 des Etats-Unis 2. Associé à Bob Minton, le freineur, il termine loin derrière les Etats-Unis 1 et la Suisse 2, mais réussit à devancer le reste du plateau pour décrocher une médaille de bronze olympique impressionnante.

En 1948, il renoue avec la scène olympique, ainsi qu’avec le skeleton. Son frère n’est pas là, les blessures non plus, mais de nouveaux protagonistes ont fait irruption. L’Italien Nino Bibbia sort de ces Jeux comme le nouveau maître du Cresta Run alors que le Britannique John Crammond se montre ponctuel au rendez-vous.

D’autres spécialistes américains sont également de la partie, notamment le sergent William Martin qui à 19 ans est le plus jeune concurrent, et de loin. Une seule question est sur toutes les lèvres : Heaton possède-t-il encore la puissance, la condition et la détermination pour gagner une médaille ? La réponse est oui !

Sa première et sa dernière descente se soldent par le cinquième chrono seulement. Mais entre les deux, quatre manches se succèdent au cours desquelles Heaton termine soit premier soit second, en affichant une régularité que seul Bibbia peut égaler. Ainsi, vingt ans après sa seconde place en skeleton, Heaton réédite son exploit et se couvre à nouveau d’argent.

back to top