skip to content

Haltérophilie dames à Nanjing : elles ont placé haut la barre !

Date
20 oct. 2014
Tags
Nanjing 2014, JOJ, Actualités Olympiques

De Jiang Huihua, première médaillée chinoise des JOJ de Nanjing à Duanganksorn Chaidee qui a gagné le 2e titre thaïlandais de la semaine dans la discipline, en passant par une victoire historique pour l’Egyptienne Sara Ahmed, les épreuves d’haltérophilie féminine ont offert un spectacle de haut niveau en ouvrant des perspectives intéressantes pour les athlètes.


17 août : Jiang Huihua ouvre le compteur de la Chine 

La Chinoise Jiang Huihua a décroché dimanche 17 août la première médaille de son pays à Nanjing 2014, en dominant de la tête et des épaules la catégorie féminine des 48 kg pour enlever l’or relativement facilement. Jiang Huihua a soulevé 88 kg à l’arraché et enchaîné avec 105 kg à l’épaulé-jeté pour terminer avec un total de 193 kg, soit plus de quatre fois son propre poids (47,3 kg).



La Nord-Coréenne Ri Songgum et la Lettone Rebeka Koha ont toutes deux terminé avec un total de 165 kg, mais la première a hérité de la médaille d’argent en raison d’un poids inférieur de 1,92 kg à celui de Koha, médaillée de bronze. Le poids est en effet décisif lorsque des concurrents terminent avec le même total. « Je ne suis pas déçue », a déclaré Rebeka Koha à propos de sa troisième place. « J’ai amélioré deux records personnels aujourd’hui et gagner une médaille, c'est énorme. »



Rebeka Koha avait donné le ton lors de sa troisième et dernière tentative à l’arraché, en soulevant 75 kg. Mais la Chinoise a suivi et hissé 88 kg à bout de bras, pour le plus grand plaisir du public. Jiang Huihua a ensuite pris l’avantage à l’épaulé-jeté, ses deux rivales devant se contenter de lutter pour les places d’honneur.

Ri Songgum a fait ajouter cinq kilos à la barre pour brandir 93 kg lors de son deuxième essai, alors que Rebeka Koha progressait de 86 à 90 kg. Si la Coréenne n'a pas pu soulever 95 kg à sa troisième tentative, la Lettone était, elle aussi, incapable de réussir à 94 kg.

Dans le même temps, Jiang Huihua s’employait à peine pour soulever 90 kg à son premier essai à l’épaulé-jeté, 100 au deuxième et 105 au troisième. Le public ne s'y est pas trompé : il s'est levé comme un seul homme pour acclamer sa nouvelle héroïne. « Je ne tiens plus en place à l’idée d’obtenir la première médaille d’or de la délégation chinoise », a déclaré Jiang Huihua. « Je suis fière de ma performance, mais je suis légèrement déçue par ma deuxième tentative ratée à 85 kg à l'arraché. »



Son dernier essai lui a permis de se racheter, en soulevant 88 kg de manière très nette. « J’ai encore beaucoup de choses à régler pour améliorer ma technique à l’arraché, notamment dans la continuité du mouvement », a conclu l’intéressée.

18 août : Pakkaratha prend le meilleur sur Jong Chun Hui

Dans la catégorie 53kg, sans surprise, la bagarre pour l’or a opposé la Thaïlandaise Rattanaphon Pakkaratha à la Nord-Coréenne Jong Chun Hui. Actuellement, les deux jeunes femmes occupent respectivement le deuxième et troisième rang de la catégorie dans les classements de la Fédération internationale d’haltérophilie. Elles ont toutes deux arraché 81 kg pour virer en tête au coude-à-coude, mais la Thaïlandaise s’est montrée plus forte à l’épaulé-jeté.

Rattanaphon Pakkaratha a été assurée du titre lorsque son adversaire n’a pas réussi à soulever 105 kg lors de sa troisième tentative, alors qu’elle-même avait maîtrisé une barre à 106 kg à son deuxième essai. Elle a ensuite ajouté trois kilos supplémentaires à la barre pour son dernier essai et, à sa plus grande joie, elle a réussi à la hisser au-dessus de sa tête.

Au final, la Thaïlandaise a accumulé un total de 190 kg, soit neuf kilos de plus que la Nord-Coréenne. En descendant du plateau de compétition, elle a inondé le public de baisers et a été chaudement félicitée par son entraîneur. « Je ne tiens plus en place », a déclaré Rattanaphon Pakkaratha, qui a enregistré de nouveaux records personnels à l’arraché comme à l’épaulé-jeté.

Ex aequo à la troisième place, la Tunisienne Nouha Landoulsi et la Vénézuélienne Yorlis Zabala ont toutes deux obtenu un total de 175 kg, mais le bronze est revenu à la Tunisienne, plus légère que son adversaire.

19 août : Chiang Nien-Hsin sans trembler
 
La Chinoise de Taipei Chiang Nien-Hsin n’a jamais été véritablement inquiétée pour l’or dans la catégorie des 58 kg. La petite (par la taille) Chiang Nien-Hsin a fait preuve de sérénité, à l’inverse de la Russe Anastasiia Petrova la médaillée d’argent montée sur ressorts, dont les rugissements ont résonné dans le caverneux Centre d’exposition international, chaque fois qu’elle soulevait une barre.

Par contraste, la médaillée d’or est montée calmement sur le plateau, a empoigné la barre et l’a hissée dans l’air sans trahir la moindre émotion ou laisser filtrer le moindre bruit. Avec une performance de 88 kg à l’arraché, Chiang Nien-Hsin comptait 3 kg d’avance sur sa rivale russe au terme du mouvement et l’haltérophile asiatique a creusé l’écart sur le reste du plateau lors de l’épaulé-jeté.

Chiang Nien-Hsin soulevait ainsi une charge de 107 kg à son premier essai, 111 au deuxième et 115 à son troisième, terminant avec un total de 203 kg, loin devant les 195 kg de Petrova.

« Je me sentais très calme », a déclaré Chiang Nien-Hsin. « C’est très émouvant. »
Anastasiia Petrova ne pensait absolument pas se retrouver sur le podium et elle a été enchantée de sa performance. Elle s’est contentée de dire : « Je suis très heureuse. »

Si l’Argentine Nievas n’était que quatrième après l’arraché, 1 kg derrière l’Indonésienne Acchedya Jagaddhita, la Sud-Américaine a soulevé 95 kg dès son premier essai à l’épaulé-jeté, alors que Jagaddhita n’en était qu’à 92 kg. Sasha Nievas a alors mis la pression sur sa rivale en soulevant 100 kg à sa deuxième tentative pour obtenir définitivement le bronze lorsque Acchedya Jagaddhita a manqué ses deux essais à 96 et 97 kg. Au final, l’Argentine a totalié 178 kg.

21 août : Sara Ahmed écrit l’histoire

L’haltérophile Sara Ahmed est entrée dans l’histoire ce jeudi 21 août à Nanjing en s’imposant chez les 63 kg. Elle est en effet devenue la première Égyptienne à remporter une médaille d’or individuelle en compétition olympique.

En tête tout au long du concours, Ahmed a commencé par soulever 103 kg à l’arraché. L’Égyptienne de 16 ans a également été la meilleure à l’épaulé-jeté avec 125 kg, pour un total de 228 kg.

Ahmed, émue, était soulagée de voir que sa préparation avait porté ses fruits. « Beaucoup de choses m’ont aidée à devenir la meilleure », a-t-elle dit. « Le travail acharné et l’entraînement depuis plus de deux ans, et mon coach qui me soutient depuis deux ans. Je suis très heureuse d’avoir remporté la première médaille d’or de l’Égypte à Nanjing. C’est mon premier titre olympique, mais j’espère que ce n’est pas le dernier. »

La Mexicaine Ana Lilia Duran Ayon a décroché la médaille d’argent grâce à ses 90 kg à l’arraché et 120 kg à l’épaulé-jeté pour un total de 210 kg, seulement deux de plus que la médaillée de bronze Ukrainienne Sofiya Zenchenko. Zenchenko a fait jeu égal avec Duran Ayon en épaulé-jeté, mais ne pouvait soulever que 88 kg à sa troisième tentative en arraché, pour un total de 208 kg.


 
22 août : Duanganksorn Chaidee avec de la marge

Dans la dernière catégorie, les +63k, Duanganksorn Chaidee a remporté la deuxième médaille d’or Thaïlandaise féminine en haltérophilie à Nanjing avec une marge certaine.  Son total de 244 kg lui a permis de devancer de 16 kg sa rivale la plus proche. « Je m’attendais à une médaille, mais pas l’or », s’est réjouie après coup Duanganksorn. « Mes compatriotes vont être très contents de mon résultat. »

La Russe Svetlana Shcherbakova et la Kazakhe Tatyana Kapustina ont réalisé le même total derrière elle, avec 228 kg, mais la Russe, plus légère, s’est adjugée la médaille d’argent au bénéfice de son poids. Elle accusait 69,28 kg sur la balance contre 84,08 pour Kapustina.
 
L’Équatorienne Lisseth Betzaida Ayovi Cabezas était pour sa part toujours en course pour une médaille après l’arraché, mais elle a éprouvé des difficultés à l’épaulé-jeté et est retombée à la quatrième place. Elle a éclaté en gros sanglots après la compétition et une douzaine d’athlètes équatoriens sont venus à sa rescousse. Ils ont formé un cercle autour de leur partenaire et lui ont offert un câlin collectif.

back to top En