skip to content
Date
12 mai 2015
Tags
Actu CIO

Haile Gebrselassie met un terme à sa carrière sportive, sa légende est éternelle !

Haile Gebrselassie, double champion olympique du 10.000m et considéré comme un des plus grands coureurs de fond de l’histoire, met un terme à sa carrière sportive. Retour sur le prodigieux parcours du héros de tout un peuple.


Haile Gebrselassie a disputé sa dernière course le 10 mai 2015 à Manchester (Grande-Bretagne), un 10km où il a pris la 16e place. A L’arrivée, s’exprimant au micro de la BBC, il a simplement déclaré : « Courir, c’est ma vie, je n’arrête pas la course, j’arrête la compétition. Je suis très heureux de finir ici (où il a enregistré cinq victoires entre 2005 et 2012), je savais que ce serait mon ultime course ». Le légendaire coureur de fond éthiopien, double champion olympique (1996, 2000) et quadruple champion du monde sur 10.000m, auteur de 27 records du monde, dit stop à l’âge de 42 ans, comme un clin d’oeil, le kilométrage du marathon auquel il s’était consacré en fin de carrière.

©Getty Images

La légende d’Haile Gebrselassie, c’est d’abord celle d’un enfant d’Asella sur les haut-plateaux du centre de l’Ethiopie, une ville et une province (l’Arsi) dont sont issus nombre de grands coureurs et coureuses internationaux qui suivront ses traces. Il doit parcourir 10 kilomètre aller-retour chaque jour pour se rendre à l’école, et bien sûr, effectue cette distance en courant. Il raconte que sa passion pour l’athlétisme vient des des deux titres olympiques (5000m et 10.000m) remportés par son compatriote Miruts Yifter (« notre héros » dit-il), en 1980 à Moscou et explique également que toute l’Ethiopie est tombée amoureuse de ce sport à travers les victoires d’Abebe Bikila dans les marathons de Rome 1960 et de Tokyo 1964. 

©Getty Images

En 1992, il est champion du monde junior sur 5000m et 10.000m à Séoul (Corée du Sud) et l’année suivante, il remporte son premier titre planétaire sénior lors des Mondiaux IAAF de Stuttgart grâce à un dernier tour supersonique sur 10.000m, prenant également la 2e place sur 5000m. Aussi à l’aise sur la piste que sur la route et dans les cross, Haile Gebrselassie bat son premier record du monde sur 5000m à Hengelo (Pays-Bas) le 6 juin 1994 en 12:56.89, puis améliore de 9 secondes celui du 10.000m au même endroit le 5 juin 1995 en 26:43.53, avant de remporter son deuxième titre mondial sur 10.000m à Göteborg le 8 août 1995. Il abaisse ensuite de presque 11 secondes la meilleure marque mondiale du 5000m en 12:44.39 lors du meeting IAAF de Zurich.

©Getty Images

Gloire olympique

Le 26 juillet 1996, sur la piste du stade olympique d’Atlanta, Haile Gebrselassie est à 23 ans le grand favori de la finale du 10.000m. Il assume parfaitement ce statut, et répond au démarrage du kényan Paul Tergat aux 8000m avant de le battre dans le dernier tour pour s’imposer avec 6 mètres d’avance. Une victoire imparable avec le sourire (sa marque de fabrique) qui fait de lui l’idole de tout un peuple. Le scénario se reproduit presque à l’identique le 22 septembre 2000 à Sydney, avec un duel Tergat-Gebrselassie dont l’Ethiopien sort vainqueur à l’issue d’un sprint phénoménal dans la dernière ligne droite pour une avance de seulement 9/100e de seconde. Entre temps, Haile Gebrselassie a remporté ses 3e et 4e titres mondiaux à Athènes en 1997 et à Séville en 1999, toujours sur 10.0000m.

Continuant sur sa lancée pour devenir un des plus grands coureurs de fond de l’histoire, le double champion olympique porte son record du monde sur 10.000m à 26:29:22 en 2003 à Bruxelles, et dispute les Jeux d’Athènes 2004 où il prend la 5e place sur la distance, avant de se consacrer au marathon. Il remporte nombre de victoires prestigieuses dans les marathons de Berlin, Fukuoka et Dubaï. Il établit même deux record du monde sur cette distance en 2007 (2h04.26) et en 2008 (2h03.59) à Berlin et dispute ses 4e Jeux à Beijing, où il se classe 6e du 10.000m gagné par son « héritier » Kenenisa Bekele. Enfin, Il tentera sans succès de se qualifier pour le marathon des Jeux de Londres 2012.

Tout au long de sa prodigieuse carrière, Haile Gebrselassie s’est distingué par sa joie de courir, ne se départissent jamais d’un superbe sourire. « C’est mon caractère, je ne peux pas le changer.  Et ce n’est pas seulement lorsque je gagne. Je rigole aussi quand je perd ». Le coureur s’arrête, sa légende vivra toujours.

Tags Actu CIO
back to top