skip to content
2016 Getty Images
Date
07 oct. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Cyclisme sur piste

Le « God Save The Queen » tube de l’été au vélodrome olympique de Rio!

En cyclisme sur piste, c’est pour Jason Kenny que l’hymne britannique a retenti le plus souvent : trois fois! Ses camarades de la poursuite hommes et dames ont fait voler les records, et sa promise Laura Trott a aussi gagné l’omnium. Outre les six titres britanniques, la Chine en vitesse par équipes féminine et l’Italie avec Elia Viviani dans l’omnium masculin ont réalisé de belles premières.

Lors de la première finale disputée sur la piste en bois du vélodrome olympique de Rio, le 11 août, le cyclisme britannique est reparti vers une nouvelle moisson d'or avec le trio de la vitesse par équipes qui s'est adjugé son troisième titre consécutif avec un dénominateur commun : Jason Kenny.

Les Britanniques ont commencé par signer un record olympique en qualifications : 45 sec 562. Au premier tour, la Nouvelle-Zélande a amélioré cette marque en 42 sec 535, le team GB réalisant le 2e temps (42 sec 640) pour s’assurer sa place en finale face aux pistards kiwis, alors que la France et l’Australie, 3e et 4e chronos, se sont retrouvées dans le match pour le bronze.

En finale, Callum Skinner, successeur de Chris Hoy au poste de finisseur, a conclu le travail de Phil Hindes et Jason Kenny pour devancer, par la marge de 10 centièmes de seconde le trio néo-zélandais champion du monde en titre. Ethan Mitchell, le premier partant « all black » s'est pourtant surpassé dans cette explication pour l’or. Il a bouclé le premier tour en 16 sec 99, soit le meilleur temps jamais réalisé en vitesse par équipes (17 sec 03 pour Hindes). Mais Sam Webster a souffert de la comparaison face à Kenny (8 centièmes d'avance pour le trio britannique) et Ed Dawkins n'a pu renverser la vapeur pour finir.

En 42 sec 440, les vainqueurs ont amélioré le temps qui avait permis aux Britanniques de remporter l'or aux Jeux de Londres (42 sec 600). Jason Kenny, déjà membre de l'équipe victorieuse à Beijing et à Londres, a enlevé sa troisième médaille d'or dans cette épreuve, sa quatrième si l'on ajoute la vitesse individuelle en 2012. Si Hindes était déjà présent voici quatre ans, Skinner (23 ans) a entendu pour la première fois le « God save the Queen » aux Jeux. La surprise est venue du niveau atteint par l'Écossais, impressionnant tout au long de la compétition à un poste qui exige puissance et résistance.

La médaille de bronze est revenue au trio français (Grégory Baugé, François Pervis et Michael D'Almeida) qui a battu l’Australie (Nathan Hart, Matthew Glaetzer and Patrick Constable) de 15 centièmes de seconde.

« En finale, nous n'avions rien à perdre, a expliqué Jason Kenny. Mes quatre médailles d'or sont toutes spéciales. Celles par équipes sont toujours les meilleures, il n'y a aucun doute là-dessus. On gagne avec ses amis, on peut partager. Ici, l'équipe est différente. Mais je ne suis pas surpris de ce que Callum Skinner a fait pour être le meilleur du monde. »

Bradley Wiggins étoffe encore son palmarès

Le 12 août, Bradley Wiggins, héros de la saga du cyclisme britannique, a ajouté à son copieux palmarès un nouveau titre olympique, dans la poursuite par équipes. Le vainqueur du Tour de France 2012 est monté pour la cinquième fois de sa carrière sur la plus haute marche du podium des Jeux. A 36 ans, il a enlevé sa huitième médaille olympique, un record pour un sportif du Royaume-Uni.

Avec le record du monde des quatre kilomètres battu à deux reprises durant le tournoi de poursuite, l'équipe britannique s'est adjugée une deuxième médaille d’or. La finale, temps fort de la journée, s'est avérée très indécise grâce à l'obstination du quatuor australien (Alexander Edmondson, Jack Bobridge, Michael Hepburn et Sam Welsford).

En finale, les « Aussies » ont battu le temps réalisé par les Britanniques victorieux à Londres (3 min 51 sec 659). Mais le groupe emmené par Wiggins a fait mieux à deux reprises, pour arrêter finalement la marque mondiale à 3 min 50 sec 570, soit une moyenne de 62,356 km/h sur les 4 kilomètres départ arrêté.

Ed Clancy, le seul à figurer dans les trois équipes britanniques victorieuses depuis 2008, Steven Burke, déjà présent à Londres, et Owain Doull, le nouveau du groupe, ont donc accompagné « Wiggo » vers ce titre qui complète la légende du Londonien établi dans le Lancashire.

Sur le podium, Wiggins a ouvert grande la main pour symboliser le chiffre cinq. Cinq, c'est aussi le nombre de Jeux Olympiques auxquels il a participé depuis ses débuts à Sydney 2000.

Premier titre pour la Chine en cyclisme sur piste!

Toujours le 12 août, la Chine a décroché l'or de la vitesse par équipes dames : Gong Jinjie et Zhong Tianshi ont enlevé la première médaille d'or chinoise de l'histoire du cyclisme olympique.

En finale, les Chinoises ont battu cette fois la paire russe formée de Daria Shmeleva et Anastasiia Voinova, par un écart de 30 centièmes de seconde. Les Allemandes Miriam Welte et Kristina Vogel, championnes olympiques à Londres, ont récolté la médaille de bronze en battant le duo australien Anna Meares et Stephanie Morton de 22/1000e de seconde dans la petite finale.

Aux Jeux de 2012, Gong Jinjie et sa coéquipière de l'époque (Guo Shuang) avaient gagné la finale, mais avaient été déclassées pour relais hors zone. Gong, qui est âgée de 29 ans, compte à son palmarès sept médailles aux Mondiaux dans cette épreuve.

Zhong, 25 ans, est la championne du monde de vitesse individuelle en titre. Toutes deux ont obtenu en 2015 le titre mondial de la discipline. Au premier tour, les deux Chinoises ont amélioré leur propre record du monde dans le temps de 31 sec 928. En finale, Gong et Zhong ont été créditées d'un temps proche (32 sec 107) qui suffit à leur bonheur.

Elis Ligtlee, reine du Keirin

En finale du keirin le 13 août, la Néerlandaise Elis Ligtlee a devancé la Britannique Rebecca « Becky » James et l'Australienne Anna Meares, désormais créditée de six médailles olympiques. Ligtlee est âgée de 22 ans. Médaillée d'argent en vitesse aux Mondiaux 2015 de Saint-Quentin-en-Yvelines, elle a subi un grave accident en janvier dernier à Rotterdam, où elle avait lourdement chuté sur la piste.

En finale, Ligtlee a devancé de 4 centièmes de seconde Becky James, qui a décroché sa première médaille olympique. La Galloise (24 ans) revient de loin, elle aussi. Elle a été soignée en 2014 pour des tumeurs précancéreuses, décelées à l'occasion d'un frottis de routine, et a subi ensuite une intervention chirurgicale à l'épaule. L'hiver dernier enfin, elle a dû renoncer au vélo pendant quatre mois et demi à cause d'un genou récalcitrant.

Becky James, digne héritière de Victoria Pendleton (championne olympique de keirin 2012), a précédé de 5/1000 de seconde Anna Meares, dont le palmarès s'épaissit au fil des Jeux depuis 2004. Porte-drapeau de la délégation australienne à la cérémonie d'ouverture, Meares (32 ans) affiche à son tableau deux titres olympiques, une médaille d’argent et désormais trois de bronze. Et onze titres mondiaux, dont trois en keirin.

« Ce sont mes premiers Jeux Olympiques, je suis venue à Rio et mon rêve a toujours été de remporter la médaille d’or, a dit Elis Ligtlee. Quand j’ai pris le départ, je ne savais pas si j’avais ma chance, et me voilà championne olympique! » Incrédule : « J’ai vu Becky sur la ligne d’arrivée, je pensais que j’avais la médaille d’argent, mais j’ai regardé l’écran géant où il y avait mon nom avec le 1 devant. C’était « Ahhhhhhh, yeaaaah, fou! ». Litglee s’est portée en tête dans le dernier tour de la finale : « C’est un de mes points forts en keirin. Je suis passée devant, mais j’étais toujours avec Anna Meares et Kristina Vogel. C’était une course très dure mais elle s’est bien finie ! »

Or et record pour la poursuite féminine britannique

Le quatuor de la Grande-Bretagne a remporté la médaille d'or de la poursuite par équipes dames en pulvérisant le record du monde des 4 kilomètres.

Katie Archibald, Laura Trott, Elinor Barker et Joanna Rowsell-Shand ont battu en finale l'équipe américaine (Kelly Catlin, Chloe Dygert, Sarah Hammer et Jennifer Valente), comme à Londres quatre ans plus tôt. Les Britanniques, créditées d'une moyenne horaire de 57,547 km/h, ont réalisé le temps de 4 min 10 sec 236, soit près de deux secondes de moins que leur précédent record, établi le matin (4 min 12 sec 152). Le Canada (Allison Beveridge, Jasmin Glaesser, Kirsti Lay, Georgia Simmerling et Laura Brown) a pris la médaille de bronze.

Trott a enlevé sa troisième médaille d'or à Rio. La jeune femme, âgée seulement de 24 ans qui partage la vie de Jason Kenny, avait déjà gagné à Londres dans l'omnium et la poursuite par équipes. Joanna Rowsell-Shand (27 ans) faisait elle aussi partie du trio victorieux en 2012. En revanche, la plus haute marche du podium olympique est une nouveauté pour Katie Archibald (22 ans) et Elinor Barker (21 ans). Toutes deux, cependant, ont déjà été couronnées aux Mondiaux dans l'épreuve de poursuite par équipes.

Au bilan, quatre records du monde, trois pour les Britanniques, un pour les Américaines, ont été battus lors de ce tournoi. Le chiffre est toutefois à relativiser au vu de la création récente de cette épreuve, d'un format différent jusqu'en 2013 inclus (3 concurrentes par équipes sur 3 km).

Jason Kenny, maitre olympique de la vitesse!

Après avoir survolé les qualifications de la vitesse individuelle le 12 août, puis avoir passé les tours avec aisance, Jason Kenny a eu recours à la « belle », une troisième manche dans laquelle le Russe Denis Dmitriev l’a poussé en demi-finale le lendemain. Mais dans cette marche décisive,

Kenny a pris les commandes pour s'imposer nettement, dans le temps de 10 sec 07 sur les 200 derniers mètres. De son côté, son coéquipier de la médaille d’or par équipes Callum Skinner, a mené un parcours impressionnant, 2e temps des qualifications, puis net vainqueur de tous ses duels en deux manches, jusqu’à sortir l’Australien Matthew Glaetzer en demi-finale pour accéder à un match pour l’or 100 % britannique.

Dimanche 14 août, Kenny est resté le maître olympique de la vitesse, il a renouvelé son bail en enlevant le titre le plus prestigieux du cyclisme sur piste dans une finale sans suspense face à Skinner. En deux manches sèches, Kenny, 28 ans, s’est adjugé sa cinquième médaille d'or olympique. Il a débordé aisément Skinner dès la sortie du dernier virage, pour s'adjuger la première manche. La seconde a ressemblé à une formalité. Avec autorité, le tenant du titre a contrôlé en permanence et a lancé le sprint. Skinner, derrière, n'a pas insisté. Le bronze est revenu à Dmitriev qui a battu Glaetzer en deux manches dans la petite finale.

« On n'arrête pas de me dire que j'ai gagné cinq médailles d'or mais je ne me sens pas différent des autres jours quand je n'en avais que trois, a lâché Jason Kenny. En finale, je savais que ce serait une bataille contre Callum. Il est en très grande forme. Il me fallait me focaliser sur la course, faire comme je fais d'habitude. »

Finaliste à Beijing en 2008 face à son compatriote Chris Hoy, vainqueur à Londres en 2012, Kenny est le premier depuis l'Allemand Jens Fiedler (1992, 1996) à gagner la vitesse individuelle deux fois de suite.

Elia Viviani, roi de l’omnium

Premier cycliste italien couronné au XXIe siècle, Elia Viviani est devenu le 15 août champion olympique de l'omnium, l'épreuve la plus complète du cyclisme sur piste. Le Britannique Mark Cavendish, médaillé pour la première fois de sa carrière aux Jeux a pris la deuxième place devant le champion olympique sortant, le Danois Lasse Hansen. Elia Viviani a frôlé le pire en étant pris dans une chute dans la première moitié de la course aux points, la dernière des six épreuves au programme de l’omnium. Viviani a participé à dix sprints sur les seize que comporte la course aux points (160 tours, 40 km).

Vainqueur d'étape au Giro l'an passé, le Vénétien court habituellement pour l'équipe Sky. À Londres il y a quatre ans, il avait vu ses espoirs de médaille s'évanouir dans la dernière épreuve (le kilomètre dans l'ancienne formule de l'omnium) qu'il avait abordée à égalité de points avec Hansen, futur vainqueur. Au vélodrome de Barra de Tijuca, Viviani a terminé 7e du scratch, 3e de la poursuite, 1er de l'élimination, 3e du kilomètre, 2e du tour lancé et a marqué 29 points dans la course aux points.

Mark Cavendish a fini pour sa part 6e du scratch, 2e de la poursuite, 7e de l'élimination, 6e du kilomètre, 3e du tour lancé, avec 32 points marqués dans la course aux points. Quant à Lasse Hansen, il a abandonné son titre en se classant 1er du scratch et de la poursuite, 18e de l'élimination, 5e du kilomètre, 4e du tour lancé, et en marquant 40 points dans la course aux points.

« J’ai vu sur l'écran géant que j’étais le leader de la course. J’ai tenté de continuer à engranger les points pour gagner cet omnium. Quand j’ai fait l'avant-avant-dernier sprint, mon entraîneur m’a dit : ‘Tu dois marquer un point pour être champion olympique!’ J’ai ensuite fait l'avant-dernier sprint et après celui-là, j’ai vraiment apprécié les dix derniers tours, j’ai continué à maintenir mon effort pour finir cette course le plus vite possible », a expliqué le champion olympique, qui a parcouru la piste en bois en faisant flotter le drapeau italien après sa victoire, fou de bonheur.

Laura Trott reste l’unique championne olympique de l’omnium

Le couple en or que forment à la ville Jason Kenny et Laura Trott a augmenté le 16 août sa collection de médailles. Laura Trott a remporté pour la deuxième fois consécutive l'omnium, l'épreuve la plus complète des compétitions de cyclisme sur piste. Elle est donc la seule championne olympique de la discipline apparue aux Jeux de Londres 2012! A 24 ans, Trott a enlevé sa quatrième médaille d'or olympique puisqu'elle compte aussi deux titres dans la poursuite par équipes à Londres 2012 et à Rio 2016.

Comme dans la capitale britannique quatre ans plus tôt, l'Anglaise a battu l'Américaine Sarah Hammer, devancée de 24 points. La Belge Jolien D'Hoore a décroché la médaille de bronze, la première sur la piste pour le cyclisme de son pays depuis 2000. Trott a dominé la compétition de bout en bout. Elle a terminé 2e du scratch, 1re de la poursuite et de l'élimination, 2e du 500 m, 1re du tour lancé et inscrit 34 points dans la course aux points.

« Je n'arrive pas à y croire. Je suis tellement fière de ce que j'ai réussi à faire. Après mes deux médailles d'or à Londres, je me suis demandé: ‘comment vais-je pouvoir faire mieux?’. Nous avons cru en nous, dans notre équipe. Et ça a fait boule de neige. J'ai travaillé dur avec ces filles pour remporter la poursuite par équipes. Revenir et remporter aussi l'omnium, c'est incroyable », a indiqué Laura Trott.

Kristina Vogel triomphe en vitesse individuelle

L’Allemande Kristina Vogel a remporté la vitesse dames en battant en finale la Britannique Rebecca James. Vogel, 25 ans, a perdu la selle de son vélo en franchissant la ligne. Mais elle a apporté à l'Allemagne son seul titre sur la piste du vélodrome de Barra de Tijuca.

L'Allemande, créditée seulement du sixième temps des qualifications, compte à son palmarès deux titres mondiaux individuels en vitesse, acquis en 2014 et 2015. En finale, James a cherché à contrôler et a contraint son adversaire à un très long sprint. Mais Vogel est parvenue à la passer avant la ligne. Dans la seconde manche, très indécise, l'Allemande s'est imposée pour 4 millièmes de seconde. Comme à Londres, quand Victoria Pendleton avait perdu pied en finale face à l'Australienne Anna Meares, James a échoué à conquérir l'or de la vitesse pour les Britanniques.

A Londres 2012, Kristina Vogel était restée au pied du podium de la vitesse individuelle (4e). Mais elle avait déjà obtenu l'or dans la vitesse par équipes, avec sa coéquipière Miriam Welte.

« Ce n'est pas que le fait de battre les Britanniques... Gagner le titre olympique, c'est incroyable. J'ai remporté la deuxième manche sans la selle, en bataillant pour ne pas tomber, a expliqué Kristina Vogel. Je savais que je pouvais battre Rebecca James. Je l'avais déjà battue dans le passé et je savais que ce serait dur. » La troisième place est revenue à une autre Britannique, Katy Marchant.

Jason Kenny au panthéon du cyclisme sur piste!

Comme Sir Chris Hoy à Beijing en 2008, Jason Kenny a conclu ses Jeux de Rio 2016 sur une troisième médaille d’or, s’imposant dans l’épreuve de keirin. Kenny s’est imposé devant le Néerlandais Matthijs Buchli et le Malaisien Azizulhasni Awang, apportant son 6e titre au cyclisme britannique en dix épreuves. La finale a été interrompue à deux reprises, à chaque fois pour départ anticipé de l'un des coureurs.

Jason Kenny a su garder sa maîtrise malgré les deux coupures de l'ordre d'une dizaine de minutes. L'Anglais, âgé de 28 ans, a su patienter derrière le Polonais Damian Zielinski et l'Allemand Joachim Eilers qui ont abordé en tête le dernier tour. Kenny s'est imposé nettement dans la ligne droite finale, par une marge de 45 millièmes de seconde sur le Néerlandais Matthijs Buchli, deux fois médaillé de bronze aux Mondiaux (2013, 2014). Awang a pris la troisième place, dans la continuité de ses médailles de bronze des deux derniers Mondiaux.

« Je savais que cela serait très serré, c'est ce que j’espérais. J'étais à Beijing quand Chris Hoy est devenu une star, quand il a gagné ses trois médailles, a rappelé Jason Kenny. À ce moment-là, c'était vraiment fantastique. Et pour moi, réaliser la même chose huit ans plus tard, c'est incroyable. » Réponse de Chris Hoy : « Jason était intouchable à Rio. Il était sur une autre planète. Il a su composer avec une pression extrême. C’est un vrai champion. »
back to top En