skip to content
Date
02 sept. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Football

Grande première olympique pour les Brésiliens et les Allemandes en football

En marquant le tir au but vainqueur en finale face à l’Allemagne, Neymar Jr a délivré tout un pays, et lui a offert le premier titre olympique en football de son histoire. La Mannschaft féminine a pour sa part triomphé de la Suède dans le match pour l’or, gagnant elle aussi son premier titre.

Que cela a été difficile pour le onze brésilien et sa star planétaire Neymar Jr, sous la pression de tout un peuple pour remporter pour la première fois l'or olympique dans le pays du football-roi ! Deux 0-0 pour commencer, contre l’Afrique du Sud puis devant l’Irak, et une équipe au bord de l’élimination avant sa dernière rencontre dans la poule A face au Danemark ! Mais les canonniers de la Seleçao se sont enfin réveillés le 10 août au Fonte Nova de Salvador, passant quatre buts à l’équipe scandinave (4-0). En quarts, Neymar a ouvert le score face à la Colombie et le Brésil s’est imposé 2-0. En demi-finale, le Honduras a explosé, concédant six buts sans en placer un. Neymar a marqué au bout de 15 secondes : c'est le but le plus rapide de l’histoire des Jeux ! 

Le parcours de l’Allemagne a également commencé par deux matches nuls dans le groupe C : 2-2 contre les tenants du titre mexicains, et 3-3 devant la Corée du Sud, avant une victoire-fleuve sur les Fidji, 10-0 ! La Mannschaft olympique a continué sur sa lancée en quarts de finale, en éliminant le Portugal 4-0. En demi-finale, elle a disposé du Nigeria 2-0. Tout était ainsi en place pour un choc ultime Brésil-Allemagne, deux ans après la terrible défaite de la Seleçao en demi-finale de la Coupe du Monde FIFA organisée au Brésil, sur le score de 7-1.  

© Getty Images
Neymar délivre tout un peuple
Et en cette soirée du 20 août 2016, le Maracanã a explosé de joie, et si Neymar était vaincu, c'était seulement par l'émotion, des pleurs libérateurs. Car le capitaine a rempli sa mission, à l'issue d’une finale incroyablement intense qui s’est achevée aux tirs au but, puisque les deux équipes étaient restées à égalité 1-1. Les huit premiers joueurs avaient réussi leur tentative quand le gardien brésilien Weverton a arrêté le tir de l’Allemand Nils Petersen. Weverton, héros inespéré car appelé après le forfait du titulaire Fernando Prass.
© Getty Images
Neymar, à 24 ans, devait transformer le penalty le plus important de sa vie. Une responsabilité démentielle pour un sacre historique qui parachève le palmarès brésilien, après trois défaites en finale, dont en 2012. Il l’a bien sûr réussi, plongeant l’arène mythique dans une folie douce, tombant à genoux sur la pelouse pour pleurer à chaudes larmes, félicité par ses coéquipiers. « C’est une des meilleures choses qui sont arrivées dans toute ma vie », a déclaré le héros brésilien.  

Et pour dénicher cet or attendu la première participation du football brésilien aux Jeux à Helsinki en 1952, Neymar, en bon capitaine, est allé à la mine. Ou plutôt, il en a envoyé une dans la lucarne de Horn sur un coup franc somptueux, barre rentrante (27e). Il l'a célébrée en faisant le fameux geste d'Usain Bolt, présent en tribune. 

Les Allemands, eux, avaient la barre maudite : la frappe enroulée de Brandt (11e) et la tête de S. Bender (35e) s'y écrasèrent. Et Meyer contraignait Weverton à un bel arrêt sur sa ligne (30e). Mais ces occasions nettes étaient bientôt récompensées par l'égalisation à 1-1 signée du même Meyer, oublié au point de penalty et à la réception d'un centre de Toljan (59e).
© Getty Images

Et la bande à Neymar voyait ressurgir les démons des deux 0-0 initiaux : pendant le temps réglementaire, sur 13 tirs, seulement 3 étaient cadrés, avant une prolongation sans but.  « Nous avons été critiqués, on a parlé de nous, mais nous avons répondu par le football », a relevé « Ney. »  « J'ai tant de souvenirs au Maracanã, et aujourd’hui, un nouveau s'est créé », a tweeté le Roi Pelé. « Quelle finale parfaite pour les Jeux ! Le Brésil a montré de l'excellence sur le terrain et en dehors. »

Le Nigeria a pris le bronze en battant le Honduras (3-2) dans le match pour la 3e place, à Belo Horizonte. Il complète sa collection de titres olympiques après l'or (1996) et l'argent (2008).

Le Nigeria s'est imposé grâce à un doublé de Umar Sadiq (34e, 56e) et un but d’Aminu Umar (49e), qui avait précédemment trouvé les deux poteaux sur une frappe (7e). À chaque fois, le capitaine Obi Mikel était impliqué : il a offert deux passes décisives à Sadiq et son tir repoussé par le gardien a permis à Umar de marquer. Menés 3-0, les Honduriens ont réduit le score par Anthony Lozano (71e) et Marcelo Pereira (86e).

Enfin la gloire olympique pour l’équipe allemande
Le tournoi des femmes a été marqué le 16 août à Brasilia par un énorme coup de théâtre. Les Américaines, triples championnes olympiques en titre, championnes du monde 2015, et qui avaient passé un premier tour plutôt tranquille, ont été sorties de la compétition en quarts de finale par la Suède, 4-3 aux tirs au but, 1-1 après les prolongations. Pour la première fois depuis que le football féminin est au programme olympique, les USA n’ont pas fini sur le podium!  Dans la même loterie des tirs au but, le onze scandinave a ensuite plongé le pays hôte dans le désarroi, en éliminant la star Marta et ses coéquipières brésiliennes en demi-finale, 0-0 et 4-3. 

La Mannschaft féminine, en dehors d’un accroc au premier tour dans le groupe F (défaite face au Canada 1-2), a ensuite traversé la phase éliminatoire sans se faire de frayeurs. 1-0 face à la Chine dans un match qu’elle a contrôlé en quart de finale, puis une revanche 2-0 devant le Canada, qui fut ainsi expédié dans le match pour la médaille de bronze. 

Ni l’Allemagne ni la Suède n’avaient jusque là disputé de finale olympique. L’Allemagne avait récolté trois fois le bronze en 2000, 2004 et 2008. La Suède est arrivée dans le match pour l’or en n’ayant remporté qu’un match dans ce tournoi 2016, son premier dans le groupe E du premier tour, 1-0 face à l’Afrique du Sud, et s’est qualifiée de justesse en 3e position pour les quarts. 

Après le premier quart d’heure de la finale au Maracanã, où les Nordiques ont assiégé la zone adverse, les styles ont repris le dessus : les Suédoises jouaient le contre, et les Allemandes la possession. À ce jeu-là, ces dernières s'offraient les meilleures opportunités. Après deux énormes occasions manquées par Leupolz (21e) et Mittag (25e), elles finissaient par concrétiser lorsque la joueuse de milieu de terrain Marozsan, seule à l'entrée de la surface, ajustait une frappe enroulée du droit (48e).

Peu après, Marozsan tirait un coup franc sur le poteau que la malheureuse Sembrant reprit du genou pour marquer contre son camp (62e). La réduction du score de Schough peu après (67e) a fait exploser de joie le Maracanã. On aurait dit que les Jaunes étaient Brésiliennes ! L'effort était trop tardif, surtout quand la même Schough dévissait alors qu'elle était bien placée (87e). Mais à 2-1, les Allemandes tenaient leur premier or olympique, et ne le lâcheraient pas.

© Getty Images
« Je suis heureuse du but et demi que j'ai pu offrir à l’équipe », a déclaré Dzsenifer Marozsan, auteure du premier but allemand en début de seconde mi-temps. « Je n'ai pas beaucoup réfléchi sur le premier, j'ai essayé de m’appliquer. » Elle est également à l’origine du 2e but à la 62e minute : « Le coup franc était bien tiré mais hélas sur le poteau, et malheureusement pour l'adversaire elle a marqué contre son camp. Je suis heureuse que ça nous ait réussi et qu'on ait l'or autour du cou. C'était un match très dur pour nous, la Suède jouait très bas, c'est très dur d'abattre deux murs pour arriver au but. Il fallait être très patientes, et avoir beaucoup de volonté. On n'a jamais arrêté d'y croire. Les Suédoises étaient toujours dangereuses, dès qu'on faisait une erreur elles partaient vers l'avant. Mais on a tenu bon. »

Le Canada complète le podium féminin : il a remporté le bronze comme en 2012 en battant le Brésil de Marta (2-1), plus tôt dans la même journée du 19 août à Sao Paulo. Christine Sinclair a tout d’abord envoyé un coup-franc des 20 m sur la barre transversale, avant que Deanne Rose n’ouvre le score de près pour le Canada à la 25e minute à la suite d’un rush d’Ashley Lawrence.  
© Getty Images
L’adolescente Deanne Rose a ensuite délivré une passe décisive à Christine Sinclair qui a doublé la mise d’un tir des 6 m. Le Brésil a réduit le score à la 79e par Beatriz, mais n’a plus réussi à inquiéter le Canada jusqu’au coup de sifflet final.
back to top En