skip to content
Getty Images
Date
27 déc. 2018
Tags
Actualités Olympiques
Actualités du CIO

Les Jeux d’une génération à l’autre

La Revue olympique se penche sur la manière dont le CIO travaille pour faire évoluer les Jeux Olympiques pour la prochaine génération d’athlètes et de fans.

Le sport olympique a bien changé depuis la rénovation des Jeux par Pierre de Coubertin à la fin du XIXe siècle. Les concurrents sont plus affûtés et plus forts. Les équipements et les sites sont technologiquement plus avancés. Quant aux épreuves de tir à la corde et de natation subaquatique, elles ont disparu, remplacées par des disciplines modernes et plus jeunes comme le BMX et le basketball 3 x 3.

Les athlètes s’efforcent toujours de décrocher les médailles d’or, d’argent et de bronze tant convoitées, mais à présent c’est devant un public qui se compte par milliards dans le monde entier et qui les regarde sur une multitude d’appareils. L’évolution permanente du sport olympique s’est révélée indispensable pour que tous ces regards continuent de converger vers les Jeux d’été et d’hiver durant 16 jours tous les deux ans.

«Le rythme des évolutions dans le sport et la société continue à s’accélérer», explique Franco Carraro, le président de la commission du programme olympique. Il poursuit: «Mais le programme olympique demeure un savant équilibre entre les sports aux formes traditionnelles et ceux plus récents, de plus en plus populaires, et qui touchent de nouveaux publics.»

Les changements les plus récents apportés au programme olympique ont été annoncés cette année en juillet, avec l’ajout de fantastiques nouvelles épreuves pour les Jeux Olympiques d’hiver de Beijing 2022, comme le monobob et le big air en ski acrobatique.

Bon nombre de ces nouvelles épreuves reflètent la nature changeante de la société, de la technologie et le rôle changeant du sport dans les communautés. Franco Carraro Président de la Commisson du programme olympique du CIO

«Ces changements prennent en compte à la fois ce qui a été démontré comme populaire et pratiqué dans le monde entier», déclare Franco Carraro. «Bon nombre de ces nouvelles épreuves reflètent la nature changeante de la société, de la technologie et le rôle transformateur du sport dans les communautés. Le programme olympique continue à être destiné aux meilleurs athlètes du monde qui concourent sur la plus grande scène du monde, dans les sports les plus populaires et les plus réputés. En revanche et de toute évidence, la composition de ces sports s’est modifiée au fil des 120 dernières années.»

IOC

L’une des tendances, la plus specta­culaire peut-être, a été l’émergence de sports urbains et de formats qui leur sont propres, comme le BMX freestyle, le skateboard et le basketball 3 x 3 qui feront leurs débuts au programme des Jeux Olympiques à Tokyo en 2020. Selon Franco Carraro, cette évolution des sports est inévitable, étant donné la croissance des populations vivant dans des zones urbaines au niveau mondial.

«Les changements pour Tokyo 2020 répercutent la nature changeante du sport et de ses structures, estime-t-il. On constate une présence accrue du sport urbain. On voit davantage de formats adaptés et écourtés. C’est le résultat des changements de la société et de l’urbanisation mondiale et donc des modifications dans les possibilités d’accès du public aux équipements sportifs et à l’expérience du sport.»

Bien que nombre de ces épreuves et formats émergents soient nouveaux aux Jeux Olympiques, ils ont déjà été présents lors de précédentes éditions des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ). Ainsi, le monobob est apparu pour la première fois à Lillehammer 2016, tandis que le basketball 3 x 3 figure au programme des JOJ depuis Singapour 2010 et le BMX freestyle park faisait ses débuts à Buenos Aires 2018 en octobre. L’emploi des JOJ comme plateforme pour tester et valider de nouveaux formats sportifs est désormais l’un des principaux objectifs stratégiques du CIO qui veut renforcer le rôle d’«incubateur d’innovations» des JOJ.

«Les Jeux Olympiques de la Jeunesse reflètent les grandes tendances en sport, explique Franco Carraro, par exemple avec l’urbanisation de certains formats ou des épreuves de sports par équipes plus courtes et destinées à la jeunesse. Nous avons désormais 13 épreuves provenant directement des JOJ au sein des Jeux Olympiques, grâce à une flexibilité accrue du programme olympique d’une édition à l’autre des Jeux Olympiques.»

«Les JOJ représentent donc un terrain d’essai pour nous et ceci est important, non seulement pour le programme olympique, mais aussi pour les sports eux-mêmes puisque c’est pour eux l’occasion de présenter ces nouveaux formats.»

Parallèlement à ces formats plus urbains et plus jeunes, les JOJ ouvrent également la voie aux épreuves mixtes novatrices, désormais plus communes aux Jeux Olympiques. Ainsi à Tokyo 2020, 18 épreuves mixtes sont prévues, soit deux fois plus qu’à Rio 2016. Tandis que Beijing 2022 proposera de nouvelles épreuves mixtes en patinage de vitesse sur piste courte, saut à ski, ski acrobatique et snowboard cross. L’ajout de ces épreuves mixtes permet une avancée significative en termes d’égalité des sexes aux Jeux Olympiques et aux Jeux Olympiques d’hiver, qu’il s’agisse du nombre d’athlètes ou d’épreuves, ce qui est un objectif important de l’Agenda olympique 2020. Ceci illustre aussi comment les Jeux continuent de montrer la voie dans la promotion de la parité dans le sport.

Depuis la première participation des femmes aux Jeux Olympiques de Paris en 1900, et avant même qu’elles aient le droit de vote dans la plupart des pays du monde, les Jeux ont joué un rôle essentiel dans la suppression des barrières entre les sexes. Selon Franco Carraro, la participation croissante des femmes aux Jeux a été l’un des aspects les plus importants des 50 dernières années et l’étape de la parité est l’objectif fixé.

IOC

«L’objectif de l’égalité des sexes dans le programme olympique est crucial pour nous, affirme-t-il. Celle-ci n’a cessé de croître depuis les premiers Jeux Olympiques modernes et est au centre de nos discussions concernant le programme olympique.»

Notre volonté est de mettre en valeur les hommes et les femmes au même niveau, dans le même type d’épreuves et concourant dans d’égal à égal. Franco Carraro Président de la Commisson du programme olympique du CIO

Les changements apportés au programme olympique conduiront à une participation féminine record à Tokyo (48,8 %) et à Beijing (45,4 %) mais, là encore, les JOJ ouvrent la voie à la parité puisqu’elle sera atteinte à Buenos Aires 2018 et aux prochains JOJ d’hiver de Lausanne 2020. Pour Franco Carraro, cette étape aura également un impact au-delà des Jeux.

«Ce n’est pas uniquement une question statistique, car nous savons que chaque possibilité nouvelle faite aux femmes aux Jeux Olympiques a un impact sur la promotion de l’égalité des sexes et les possibilités faites aux femmes dans le monde, déclare-t-il. Cela influence l’augmentation des quotas de femmes dans d’autres manifestations sportives et conduit à de nouveaux investissements dans les sports féminins au niveau national. Parallèlement, les épreuves mixtes soulignent notre volonté de mettre en valeur les hommes et les femmes au même niveau, dans le même type d’épreuves et concourant d’égal à égal.»

Getty Images

Outre le fait qu’ils ouvrent la voie en termes d’égalité des sexes et offrent un avant-goût de ce à quoi ressembleront les prochains programmes olympiques sportifs, les JOJ sont également une chance pour les fans de découvrir la prochaine génération des talents sportifs.

«Nous constatons déjà toute l’importance des JOJ pour accéder aux Jeux Olympiques, explique Franco Carraro. Ainsi à Rio en 2016, plus de 500 athlètes avaient participé aux JOJ auparavant, dans différents sports et provenant de nombreux CNO.»

Du point de vue des organisateurs, les Jeux de l’avenir seront plus faciles à organiser. La collaboration avec le Mouvement olympique sera plus approfondie. John Coates Président de la Commission de coordination pour Tokyo 2020

Certes, en octobre à Buenos Aires, près de 4 000 jeunes athlètes avaient pour objectif d’entamer un parcours semblable en vue des Jeux. Mais à quoi ressembleront les Jeux de l’avenir, au juste, quand ces jeunes athlètes y parviendront?

Selon John Coates, président du comité de pilotage de la nouvelle norme et de la commission de coordination des Jeux de la XXXIIe Olympiade de Tokyo 2020, parmi les changements les plus significatifs, on comptera la flexibilité accrue pour les villes hôtes, l’aide plus étendue du CIO et de l’ensemble du Mouvement olympique ainsi que la réduction générale des coûts et de la complexité de l’organisation des Jeux. «Du point de vue des organisateurs, les Jeux de l’avenir seront à coup sûr plus faciles à organiser, dit-il. La collaboration avec le Mouvement olympique sera plus approfondie, ainsi qu’avec les Comités Nationaux Olympiques, les Fédérations Internationales et le CIO. Et la pression sera moindre dans les trois premières années de l’organisation.»

On y parviendra grâce à l’application de la nouvelle norme, qui rassemble 118 réformes annoncées en février dernier pour réimaginer comment les Jeux Olympiques seront délivrés.

 «C’est la mise en œuvre pratique de l’Agenda olympique 2020 et sa relation avec les Jeux,» explique John Coates. «Les 118 mesures ont chacune pour but de montrer les économies réalisables dans l’organisation des Jeux et elles portent sur tout, de la réduction de la taille des sites, à la remise à plat des options de transport en passant par l’optimisation des infrastructures existantes et la réutilisation des sites pour divers sports. «Si ces solutions sont appliquées, elles ont pour conséquences une réduction de la complexité pour les organisateurs, ainsi qu’une réduction de la pression financière et des coûts d’organisation des Jeux.»

Malgré ces mesures d’économie, les athlètes peuvent être assurés que les Jeux de l’avenir demeureront le summum du sport. «Nous devons maîtriser les coûts de l’organisation des Jeux, mais en même temps, et sans relâche, nous devons nous adapter, évoluer et élargir le cadre souligne-t-il. Tout le monde s’attend à ce que les Jeux soient le summum dans chacun de leurs domaines de compétences, il nous faut donc être excellents en termes de gouvernance, être parfaits du point de vue de l’environnement. Nous devons présenter le sport sous son meilleur jour, et la partie divertissement ainsi que l’hébergement doivent être parfaits également. Et, en termes de technologie, on ne peut pas se permettre le moindre pépin. Telle est l’immense pression que nous subissons: excellence et perfection, sont les attentes qui pèsent sur les organisateurs et sur nous. Rien que ça! Nous devons sans cesse faire impressionner.»

Comment les Jeux continueront-ils alors à impressionner leurs fans du monde entier à l’avenir? «Pour les épreuves elles-mêmes, ce qui continuera d’évoluer, ce sont les sites, estime John Coates. Ils deviendront bien plus que des installations sportives et offriront une expérience plus vaste aux spectateurs en intégrant davantage de services et de sophistication en termes d’hospitalité et de technologie. Ainsi, le site de l’avenir offrira une expérience d’immersion plus grande.

«C’est crucial car nous devons constamment nous ingénier à ce que l’expérience des Jeux Olympiques soit unique pour chacun. Pour beaucoup, il s’agit de l’expérience d’une vie. Dès lors, la présentation des sports évoluera également, pour devenir toujours plus spectaculaire. L’intégration numérique sera multipliée. Non seulement on regardera l’action en direct, mais on accédera à toutes les analyses grâce au développement de la réalité augmentée. Beaucoup d’aspects évolueront dans les années qui viennent. Et si ça évolue pour les Jeux, ça évoluera pour le sport en général.»

Ainsi, grâce à la réalité augmentée disponible dans les tribunes et, sur l’aire de compétition, des sports plus urbains et plus jeunes, les Jeux de l’avenir paraîtront sans doute bien différents de ceux que Coubertin a rénovés à la fin du XIXe siècle. Mais selon John Coates, ils n’en resteront pas moins fondés sur les principes fondamentaux chers à Coubertin, et continueront de représenter la plateforme de promotion des valeurs du sport, des valeurs de l’Olympisme et des buts du Mouvement olympique.

«Les Jeux sont uniques et le demeureront, affirme-t-il. Ils dépassent la manifes­tation elle-même, car ils sont porteurs de toutes ces valeurs. Le pouvoir de cette vision originale continue d’avoir une signification considérable pour les athlètes. Tout le reste évolue pour tenir compte des tendances, car il nous faut rester pertinents et nous adapter à la société en général, mais nous demeurons une source d’inspiration pour les jeunes du monde entier et nous les incitons à exceller par leurs performances d’athlètes. Tel est l'avenir merveilleux sur lequel nous pouvons compter, car il s'agit bien de poursuivre dans cette direction.»

back to top En