skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Gabrielle Daleman prête à se refaire une santé à PyeongChang

La patineuse artistique canadienne Gabrielle Daleman peut bien n'avoir que 20 ans, mais elle a déjà connu plus de hauts et de bas que beaucoup d'autres athlètes bien plus âgés qu'elle.

Après avoir subi en mai dernier une opération d'urgence pour le retrait d'un kyste, Gabrielle Daleman, qui avait gagné à peine un mois plus tôt la médaille de bronze aux Mondiaux ISU d'Helsinki 2017, a travaillé avec acharnement pour pourvoir viser le podium à PyeongChang 2018. "J'ai connu un été brutal, avec chirurgie et complications" a-t-elle expliqué dans l'arène de glace de Gangneung. 

Retour surprise 
"Les Jeux Olympiques représentent plus pour moi que tout ce que j'aurais pu imaginer", a-t-elle ajouté, "J'ai été écartée du terrain pendant quatre mois, et on nous a dit qu'après une chirurgie abdominale, c'était plutôt environ huit mois d'arrêt. J'ai essayé de faire mon retour au bout de trois mois mais cela n'a pas fonctionné. Je n'avais aucune idée de la façon dont allait se dérouler la saison". De fait, les choses ont commencé doucement pour Gabrielle Daleman, mais une fois qu'elle a pu se remettre à 100% à l'entrainement vers la fin de l'année 2017, ses résultats ont commencé à s’améliorer…considérablement. 

 "Je ne regardais pas vers le Grand Prix, je ne visais pas le podium, je ne cherchais pas à réussir quoi que ce soit. Je me surveillais juste pour savoir où j'en étais à l'entrainement. Dès le départ, nous avions dit que nos objectifs étaient les championnats du Canada, les Jeux d'hiver et les championnats du monde. Nous nous concentrions déjà sur la deuxième partie de la saison, 
Et c'est exactement ce que nous avons réussi". 

Lors des championnats nationaux du Canada en janvier, Gabrielle Daleman a retrouvé tout son potentiel pour battre la favorite vice-championne du monde Kaetlyn Osmond et enlever le titre. 

Getty Images


Révélations 
La jeune patineuse canadienne a également révélé connaître des troubles du comportement alimentaire et avoir été victime de la cruauté de ses camarades à l'école à cause de ses problèmes d'apprentissage proches de la dyslexie. Ses camarades athlètes lui ont apporté soutien et réconfort après qu'elle ait fait ces révélations. 

"J'ai reçu beaucoup de messages des autres patineurs", a-t-elle explique "Ashley Clain et Gracie Gold (USA) m'ont écrit, Evgenia Medvedeva (OAR) m'a écrit. D'autres sont venus me remercier d'avoir partagé mon histoire, car il n'y a pas beaucoup de monde ouvert à ce genre de problèmes". 

"Il n'y a pas que les athlètes, beaucoup de femmes se battent avec le même genre de choses qui me sont arrivées et que j'affronte toujours au quotidien. C'est dur d'en parler, les médias sont tout autour de nous, mais c'est mon histoire, et je ne dois pas avoir honte de dire bien haut à travers quoi je suis passée et ce que j'affronte actuellement, parce que c'est la vie, et qu'elle m'a emmenée vers là où je suis, et qui je suis aujourd'hui". 

"Je n'en ai pas honte. Je suis fière des combats que j'ai dû mener et que je mène encore et je suis très heureuse d'être ici et de tout ce que j'ai été capable de faire". Gabrielle Daleman, qui a débuté sur la scène olympique à l'âge de 16 ans il y a quatre ans à Sotchi où elle s'est classée 17e , espère bien monter cette fois sur le podium, tout en reconnaissant qu'être présente aux Jeux est déjà une victoire en elle-même. 

"Ces Jeux représentent plus que tout, puisque je suis passée de ne pas savoir si je pourrais patiner cette année, à réussir ce que j'ai réussi, et disputer mes deuxièmes Jeux Olympiques alors que je viens de fêter mes 20 ans ne peut pas me rendre plus fière". 

back to top En