skip to content
2012 Getty Images
Date
30 juil. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Gymnastique artistique

Gabby Douglas revient défendre ses titres olympiques en gymnastique artistique

Sensation des Jeux de Londres avec deux succès historiques dans les concours généraux par équipes et individuel, Gabrielle Douglas fait partie de la très forte formation américaine qui défendra ses chances à Rio, bien décidée à ne rien lâcher !

Dans la foulée des sélections olympiques américaines en gymnastique artistique féminine, une compétition particulièrement relevée, disputée à San Jose (Californie) entre le 8 et le 10 juillet 2016, « USA Gymnastics » a annoncé la sélection des cinq athlètes qui défendront le titre olympique par équipes et leurs chances individuelles à Rio. Annoncée comme « une des plus décorée et compétitive formation jamais envoyées aux Jeux par les USA », elle est composée de Simone Biles,  triple championne du monde en titre du concours général individuel, Gabby Douglas et Aly Raisman, toutes deux membres de l’équipe sacrée à Londres en 2012, tandis que Douglas avait écrit une page d’histoire en remportant le concours général individuel, accompagnées des « novices » Laurie Hernandez et Madison Kocian qui ont brillé lors des « Trials ».

Gabby Douglas est la première tenante du titre « all-around » individuel à revenir défendre ses chances aux Jeux suivants depuis la légendaire roumaine Nadia Comaneci en 1980. Avec Aly Raisman, elle sont les seules depuis Amy Chow et Dominique Dawes (1996 et 2000) à honorer deux sélections consécutives dans l’équipe américaine de gymnastique artistique.

© Getty Images

La reine des Jeux de Londres n’a pas fait d’étincelles lors des sélections américaines : 7e du concours général,  6e au saut, 11e à la poutre, 6e au sol, et tout de même 3e aux barres asymétriques.  Mais comme le dit la coordinatrice de l’équipe nationale Martha Karolyi, « Nous la prenons les yeux fermés, car nous sentons qu’elle peut contribuer aux résultats de l’équipe. Elle a obtenu un bon score aux barres asymétriques, et peut faire de belles choses sur les trois autres agrès ».

« Je peux m’améliorer encore beaucoup ! Je vais retourner à la salle et travailler très dur. J’ai l’intention de tout mettre là-dedans », dit pour sa part la double championne olympique à deux semaines de l’échéance. Les souvenirs de ses impressionnants triomphes devant le public de la North Greenwich Arena de Londres, les 31 juillet et 2 août 2012, lui donneront sûrement du coeur à l’ouvrage.

Un exploit historique à Londres

Tout commence donc en pleine lumière, en ce dernier jour de juillet 2012. A 16 ans, Gabrielle Douglas est le fer de lance de la formation qui domine la Russie, la Roumanie et la Chine dans le concours général par équipes, pour remporter ce qui est seulement le 2e titre olympique américain dans cette épreuve depuis 1928, après l’or à Atlanta en 1996. Elle est la seule à être alignée sur les quatre agrès, où elle obtient une série de notes particulièrement élevées, toutes au-dessus de 15.200 (elle est la meilleure au saut de cheval et au sol). Ses prestations sont décisives dans la victoire qu’elle partage avec Jordan Wieber, Aly Raisman, Kyla Ross et McKayla Maroney.

Trois jours plus part, dans le concours général individuel, Gabby Douglas part en flèche avec son score presque parfait de 15.966 au saut de cheval. Il est suivi d’une belle performance aux barres asymétriques, avant qu’elle n’’empoche l’or  avec un score final de 62.232 grâce à de brillantes prestations à la poutre et au sol, en résistant tout du long à la pression mise par la Russe Viktoria Komova qui termine médaillée d’argent avec 61.973.

Ces succès historiques ont un retentissement considérable. Première afro-américaine championne olympique individuelle en gymnastique artistique, première athlète de son pays à gagner l’or dans les deux compétitions « all-around » aux Jeux, seule américaine à remporter deux titres dans son sport sur une édition olympique, elle devient une véritable star dans son pays. Elle fait la couverture du « Time Magazine », apparait sur des boites de céréales, est nommée athlète américaine de l’année 2012 et publie deux livres à succès. « Ma maman m’avait dit : tu peux inspirer une nation », déclare-t-elle au Boston Globe.

« Continuer à se battre »

Sur le terrain, les années qui la séparent des Jeux de Rio sont faites de hauts et de bas, mais en 2015, lors des championnats du monde FIG de Glasgow, elle participe à la victoire américaine dans le concours général par équipes, et prend la médaille d’argent de l’épreuve individuelle derrière sa compatriote Simone Biles.

« J’ai le sentiment qu’à travers toute ma carrière, j’ai dû me battre pour tout. J’y suis désormais habituée et maintenant, c’est « fais-le, continue à te battre ». C’est moi et la façon dont je me comporte » dit-elle au moment d’aller défendre ses chances en terre carioca. « Je veux être plus affutée. Quand je me retourne sur mes dernières performances, je pense « Oh, tu es en retard, Gabs ! ». Rien ne vous est jamais offert. Il faut toujours se battre pour soi-même. Personnellement, je ne me sens pas aussi forte qu’à Londres, mais cela va changer. Là, maintenant, je suis déterminée à retourner dans la salle de gym et à montrer meilleure qu’avant ».
© Getty Images
back to top En