skip to content
YIS / IOC Jed Leicester
Date
13 févr. 2016
Tags
Lillehammer 2016 , JOJ , Patinage artistique , Actu CIO

Futur géant du patinage ? Chew Kai Xiang rêve de glisser vers la gloire


Premier Malaisien à participer à des Jeux Olympiques d’hiver, le patineur artistique Chew Kai Xiang, 16 ans, est ravi de disputer les JOJ, mais il juge nécessaire de faire plaisir à ses supporters actuels ainsi que d’en attirer de nouveaux

Mohamad Fadzli Johan, le chef de mission de la Malaisie, est persuadé que la performance de Chew à Lillehammer 2016 sera cruciale pour développer la popularité de la discipline dans le Sud-Est asiatique.

« Les gens disent qu’il faut développer le sport, mais je suis persuadé que nous devons former un crack. Si nous sortons un grand champion, le sport se développera. Kai Xiang sera l’un d’eux. Il en a les aptitudes et le comportement », souligne le chef de mission.

« Nous venons d’un pays estival où c’est l’été toute l’année. Le sport a été un outil d’unification, ce que nous avons réussi dans les sports traditionnels comme le football ou le badminton, mais nous avons commencé à mettre en place des sports d’hiver pour les nouvelles générations. Les jeunes ont besoin de nouveauté. »

« Nous avons d’abord écouté ce que les jeunes avaient à dire et en trois ans, nous avons emmené des patineurs artistiques et des spécialistes de patinage de vitesse sur piste courte à des compétitions mondiales. Nous avons été le seul pays d’Asie du Sud-Est à nous qualifier pour Lillehammer 2016, et en 2017, la Malaisie pourrait organiser les premiers Jeux du Sud-Est qui comprendront du patinage artistique », ajoute-t-il.

Mais pour le moment, le champion en herbe essaye de gérer sa nervosité comme n’importe quel jeune athlète effectuant ses débuts olympiques.

YIS / IOC Jed Leicester

« [À l’entraînement, j’étais] nerveux. Je n’ai pas patiné pendant une journée à cause du voyage. Et maintenant, j’essaye toujours de m’adapter au décalage horaire et au climat : en Malaisie, il fait autour de 36°, alors qu’ici, il fait -1° ou -2° », explique Chew.

Le Malaisien, qui a commencé à patiner sur les conseils de sa sœur et après un voyage en France au cours duquel il a découvert la neige pour la première fois, raconte que ses amis vont organiser une fête à Kuala Lumpur, la capitale de la Malaisie, lundi (15 février). « Ils vont suivre tous ensemble mon programme court ».

« Je ressens une certaine pression car beaucoup de gens me soutiennent et je me dois de travailler dur pour leur offrir un bon résultat afin qu’ils ne soient pas déçus », dit-il.

Quand il a porté le drapeau malaisien lors de la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver de Lillehammer 2006, vendredi (12 février), Chew Kai Xiang représentait l’une des plus petites délégations des Jeux.

« Il n’y a que moi, mon entraîneur, ma mère au titre de dirigeante, et le chef de mission », précise Chew.

Son objectif à Lillehammer 2016 est d’améliorer son meilleur score. Il veut également s’enrichir au contact des autres patineurs.

Lorsque j’ai appris que je pouvais participer aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, j’étais surexcité car j’ai lu que ces Jeux proposaient beaucoup d’activités et qu’il était possible de chatter avec les champions », ajoute-t-il.

La future star du patinage artistique malaisien sait qu’il lui faut encore grandir, passage obligé pour augmenter la taille de la délégation de son pays aux futurs Jeux Olympiques d’hiver.

Écrit par EMMA LUPANO (YIS/ CIO)

Emma Lupano est reporter au Service d’information de la jeunesse (Youth Information Service, YIS). Basée à Milan, Emma a couvert les cinq dernières éditions des Jeux Olympiques ainsi que les JOJ d’Innsbruck 2012 et Nanjing 2014. Spécialiste de la Chine, elle a travaillé comme journaliste indépendante à Beijing pendant quatre ans.

back to top En