skip to content
Date
14 juil. 1912
Tags
Stockholm 1912 , Actu CIO

Fuchs accentue la suprématie hongroise au sabre

Tout comme les Belges ont régné en maître sur l’épée et les Italiens ont multiplié les prouesses au fleuret, la Hongrie va mettre en exergue son statut de nation numéro un au sabre en réalisant le grand chelem dans la compétition individuelle et en remportant l’or par équipes. Son sabreur hors pair, Jenő Fuchs, va rééditer ses exploits de Londres 1908 en réalisant un doublé en or dans un style encore plus impressionnant : il restera invaincu tant dans la compétition individuelle que par équipes.


Dans l’épreuve individuelle, Fuchs est rejoint sur le podium par ses compatriotes Béla Békessy et Ervin Mészáros. Mais ce n’est pas vraiment une surprise puisque les Hongrois, emmenés par Fuchs, ont conservé leur titre par équipes deux jours plus tôt.

Les compétitions de sabre ont débuté le 14 juillet. Selon le rapport officiel, l’arme choisie pour les Jeux de Stockholm « était quelque peu inhabituelle. Il s’agissait en effet de la forme légère du sabre, généralement appelé « italien », requérant un style d’escrime situé quelque part entre le fleuret et l’épée ». Les Hongrois ne mettent pas longtemps pour l’utiliser efficacement. « Comme ce sera le cas par la suite, l’escrime des Hongrois a bénéficié d’une attention bien méritée et offert un exemple stimulant des résultats qui peuvent être obtenus en alliant une bonne formation à un travail méthodique », ajoute le rapport officiel. Seules les équipes d’Autriche et de Bohème sont presque en mesure de poser des problèmes aux Hongrois impériaux, alors que l’équipe néerlandaise va être applaudie pour sa ténacité énergique et combative.

Les compétitions de sabre s’avèrent particulièrement populaires et les spectateurs locaux, qui ont fait preuve d’une relative indifférence vis-à-vis du fleuret et de l’épée, « ont semblé apprécier davantage le caractère vivant et sportif du sabre, caractéristiques qui l’ont distingué des compétitions aux autres armes ». Fuchs s’est d’ailleurs fait remarquer pour sa contribution à une compétition élevée au rang de spectacle très agréable à regarder. « Dans cette épreuve, les Hongrois ont justifié brillamment leur réputation, peut-être, de plus grands maîtres du sabre en Europe, et leur représentant numéro un, le Dr Fuchs, a suscité l’admiration générale par la technique et la puissance qu’il a affichées tout au long de la compétition, salue le rapport officiel. Bien que de stature légère et plutôt petite, il a réussi, avec son toucher de sabre bien pesé, à repousser les attaques de ses adversaires les plus puissants et les plus vigoureux, et à les battre. »

Lorsqu’il reposera son arme, Fuchs pourra se retourner sur un parcours olympique d’ensemble auréolé de 22 victoires, 2 défaites et un match nul. En 1982, il sera intronisé au Temple de la renommée internationale du sport juif.

back to top