skip to content
Date
29 août 1960
Tags
Rome 1960

Frederiksson fait ses adieux au kayak avec brio

Le Suédois Gert Fredriksson, qui a évolué au plus au niveau pendant plus de deux décennies, est sans conteste le plus grand kayakiste de tous les temps.


Si sa carrière débute en 1942, il devra attendre, Seconde Guerre mondiale oblige, 1948 pour faire ses premiers pas sur la scène olympique, à l’âge de 28 ans. Cette année-là à Londres, il monte deux fois sur la plus haute marche du podium, puis y ajoute un nouveau titre et une médaille d’argent, quatre ans plus tard à Helsinki, et deux médailles d’or supplémentaires en 1956 à Melbourne.

Lorsqu’il arrive à Rome pour y disputer ses quatrièmes Jeux, il a alors 40 ans et rêve d’un chant du cygne olympique en or massif. Problème de taille cependant : le programme des épreuves a changé.

Lors des trois Jeux précédents, Fredriksson a en effet participé en K1 au 1 000 m et au 10 000 m. Cette dernière épreuve ayant désormais disparu du programme, il décide donc de tenter sa chance dans un nouveau défi pour lui, le K2.

À Rome son programme commence par un défi familier, celui du 1 000 m K1, dont il est le triple champion olympique en titre. Cette fois cependant, il termine à près de trois secondes du vainqueur, le Danois Erik Hansen. Âgé de 20 ans, Hansen a exactement la moitié de l’âge de Fredriksson, qui se classe finalement troisième. Mais au moins a-t-il conservé son record phénoménal : gagner une médaille dans chaque course olympique qu’il a disputée.

En K2, il est associé à Sven-OlovSjödelius, son cadet de 13 années seulement. Les deux hommes s’accordent parfaitement dès le départ. Ils passent les tours éliminatoires sereinement, à défaut d’assurer le spectacle, gardant leurs forces pour la finale. Et ils en ont totalement besoin, puisqu’ils se retrouvent embarqués dans un sprint final serré avec la paire hongroise. Les deux compères suédois franchissent néanmoins la ligne avec moins de deux dixièmes d’avance pour s’adjuger l’or, garantissant ainsi à Fredriksson de tirer sa révérence au sommet de l’Olympe.

Tags Rome 1960
back to top