skip to content
Date
18 mars 2015
Tags
Actu CIO

Fred Anton Maier : « Les Jeux sont un rêve et un but pour tout jeune athlète »

Fred Anton Maier a remporté quatre médailles en patinage de vitesse en deux participations aux Jeux. Il explique comment son premier podium en 1964 à Innsbruck l’a poussé à se fixer et à relever des objectifs encore plus élevés !


Né sur l’île de Nøtterøy au sud-est de la Norvège, le 15 décembre 1938, Fred Anton Maier va en devenir le plus célèbre des fermiers. Quand il ne gère pas son exploitation, il est un formidable patineur de vitesse spécialisé sur les longues distances. Maier fait sa première apparition sur la scène olympique le 5 février 1964 sur la glace de la patinoire d’Innsbruck, et connait d’entrée un grand bonheur. A l’arrivée du 5000m, il se retrouve sur le podium en très bonne compagnie !

Knut Johannesen, 7:38.4, record olympique et médaille d’or, Per Ivar Moe à la deuxième place en 7:38.6, suivi de Fred Anton Maier, troisième en 7:42.0 « Ce fut très spécial, puisque nous étions trois Norvégiens sur le podium » raconte-t-il avec un beau sourire. « L’or pour un Norvégien, l’argent pour un Norvégien et le bronze pour moi. Etre là sur le podium, et voir les drapeaux de mon pays monter, c’était une belle motivation pour continuer ! Je me suis dit à ce moment que je devrais grimper des marches supplémentaires. Et c’est ce que j’ai fait ! ».

Il ne le fera pas que deux jours plus tard en prenant la médaille d’argent du 10.000m derrière le Suédois Jonny Nilsson. Il va se hisser au plus haut niveau mondial, battre onze records du monde sur 3000m, 5000m et 10.000m à partir de 1965 et connaitre une année 1968 extraordinaire. Champion du monde toutes distances, champion de Norvège, champion d’Europe et champion olympique !

Le 15 février 1968 sur l’anneau de glace de Grenoble, le 5000m donnent lieu à une empoignade d’anthologie. Placé dans la troisième paire, le Néerlandais Kees Verkerk bat le record du monde de Maier en 7.23.2. Dans la cinquième paire, Maier, en constante accélération, reprend son bien en 7.22.4 et s’adjuge le titre olympique. Favori sur 10.000m, il doit cependant se contenter de la médaille d’argent, 48h après, devancé par le Suédois Johnny Höglin.

Fort de quatre médailles olympiques de toutes les couleurs en patinage de vitesse, Fred Anton Maier excelle également en cyclisme et figure plusieurs fois sur les podiums nationaux dans la discipline du contre-la-montre. En 1967, il se voit accorder le prestigieux prix « Egebergs Ærespris » qui récompense les sportifs norvégiens capables de briller dans plus d’un sport. En 1968, il remporte le prix Oscar Mathisen offert au meilleur patineur mondial et est également élu sportif norvégien de l’année !

Comme l’explique Fred Anton Maier, bien que les Jeux aient toujours été sa priorité, son palmarès aurait pu être encore plus consistant.  « Je pense que les Jeux Olympiques sont un rêve et un but pour tout jeune athlète. Ils ont toujours été le mien. Disputer les Jeux, c’est vraiment quelque chose, et ils n’ont lieu que tous les quatre ans. Ce n’est qu’aux Jeux que je pouvais briller sur les longues distances et en sprint. Aujourd’hui, il y a plein de compétitions, des championnats du monde par distances et les patineurs ont plus de challenges devant eux ».  Il a relevé les siens, à son époque, écrivant sa légende avant de retourner s’occuper de sa ferme de Nøtterøy.

Tags Actu CIO
back to top