skip to content
Turin 2006

Fischer tire sa révérence sur un coup d'éclat en biathlon

Après 15 ans de carrière internationale en biathlon, Sven Fischer affichait un palmarès impressionnant aux Jeux Olympiques : cinq médailles lors de trois JO, dont l’or par équipe en 1994 et en 1998. À Turin, cependant, il allait accomplir l’un de ses plus grands succès en remportant deux médailles d’or, avant de mettre un terme à une carrière fantastique.


Fischer s’est toujours distingué parmi les autres biathlètes. Il ne portait ni gants ni bonnet, une habitude qu’il a conservée tout au long de sa carrière. Il faut dire que, dans sa jeunesse, il coupait des arbres durant l’hiver… sans porter de gants et de bonnet !

S’il prenait les devants dans le 10 km, peu de gens s’attendaient à ce qu'il gagne. Après tout, le champion en titre Ole Einar Bjørndalen était présent. Le Norvégien avait été convaincant quatre ans plus tôt, quand il remportait le titre olympique avant de gagner ensuite quatre médailles d’or. Entre-temps, il avait été sacré champion du monde en 2003 et 2005.

Pourtant, le jour de la compétition, Bjørndalen n’était pas à la hauteur, surtout au tir. Il ratait un tir couché et deux tirs debout pour finir 12e, ce qui laissait la voie libre à d’autres athlètes. Fischer était prêt.

L’Allemand était sensationnel dans ses tirs. Il n’en ratait aucun et scellait son triomphe quand son plus proche concurrent, le Norvégien Frode Andersen, ratait la cible sur un tir debout et devait courir un tour supplémentaire.

Il s’agissait de la première médaille individuelle de la carrière olympique de Fischer, mais ce n’était certainement pas la fin de sa réussite à Turin.

Il décrochait une nouvelle médaille d’or au relais 4 x 7,5 km avec l’équipe d’Allemagne. Un triomphe qui étonnait peu puisqu’en quatre Jeux Olympiques avec l’équipe d’Allemagne, Fischer avait remporté trois médailles d’or et une d’argent en relais. Cette fois, ils terminaient avec 20 secondes d’avance sur la Russie.

Fischer prenait sa retraite professionnelle un an plus tard alors qu’il faisait toujours partie de l’équipe d’Allemagne, pour devenir commentateur à la télévision allemande.

back to top En