skip to content
Date
06 déc. 2014
Tags
Actu CIO

Fin des travaux de la commission exécutive - l’attention se tourne vers le vote de la Session sur l’Agenda olympique 2020

La commission exécutive (CE) du Comité International Olympique (CIO) a terminé aujourd’hui deux jours de réunion en prélude à la 127e Session du CIO à Monaco. Les 40 recommandations qui composent l’Agenda olympique 2020, feuille de route stratégique pour l’avenir du Mouvement olympique, feront l’objet d’un vote par l’ensemble des membres du CIO les 8 et 9 décembre.


Au cours d’une conférence de presse tenue à l’issue de la réunion de la CE, le président du CIO, Thomas Bach, a comparé l’attente du vote à celle d’un athlète en fin d’entraînement attendant le jour J.

“Je me sens comme un athlète avant une finale,” a confié le président Thomas Bach, lequel a lancé les discussions sur l’Agenda olympique 2020 dès le milieu de l’année 2013. “Me voici au terme d’une année de réflexion et de préparation, et tel un athlète qui meurt d’envie de démarrer la compétition, j’attends avec impatience l’ouverture de la Session. Je sens que maintenant les choses sérieuses vont commencer. Le temps n’est plus à la préparation, c’est le moment des décisions.”

La présentation de l’Agenda olympique 2020 devant la 127e Session du CIO était au centre des travaux de la commission exécutive. Selon le président, la CE se sent encouragée par le soutien reçu de toutes les parties prenantes du Mouvement olympique.

“Des représentants des Fédérations Internationales des sports d’été et d’hiver ont confirmé leur soutien, de même que la présidente de la commission des athlètes du CIO. Nous avons également reçu l’appui de l’Association des Comités Nationaux Olympiques (ACNO). Tous,  ensemble, se déclarent favorables à l’Agenda olympique 2020. Cela conforte la commission exécutive dans sa conviction que la Session approuvera cette feuille de route.”

Le président Thomas Bach a ensuite expliqué la procédure qui sera suivie pour le vote par la Session: “Les présidents des 14 groupes de travail présenteront les thèmes de réflexion et les recommandations les concernant. Les recommandations de chaque groupe de travail seront ensuite débattues. Chaque recommandation sera votée individuellement. Si une recommandation doit impliquer un amendement à la Charte olympique, nous voterons à nouveau pour modifier la Charte en conséquence.”

©IOC/Ian Jones

La CE s’est par ailleurs penchée sur les Jeux Olympiques de Rio 2016 et de Tokyo 2020, ainsi que sur les Jeux Olympiques d’hiver de PyeongChang 2018. “S’agissant de Rio, nous sommes heureux d’apprendre qu’à 20 mois de l’ouverture de la manifestation, 70 % de la population  brésilienne pensent que les Jeux seront un succès,” a déclaré le président Thomas Bach. “Les Jeux bénéficient d’un bon soutien. La construction des sites et les préparatifs en général avancent bien, et les stratégies de mobilisation de tous les acteurs ont été très bien accueillies."

"Pour ce qui est de PyeongChang et de Tokyo, nous avons eu des discussions avec les deux comités d'organisation sur la suite à donner aux éventuelles perspectives que leur ouvrirait l'Agenda olympique 2020. Si les changements sont approuvés par la Session, notamment ceux permettant une plus grande souplesse, nous commencerions à les mettre en œuvre dès la fin des réunions. Nous organiserons des revues de projet en janvier et février de l'année prochaine afin de voir avec ces deux villes en quoi l'Agenda olympique 2020 peut contribuer à l'organisation de leur édition des Jeux."

Concernant les éventuels changements apportés au programme olympique, le président du CIO a déclaré : "Il appartiendra aux villes hôtes de proposer l'ajout d'une ou plusieurs épreuves. S'il s'agit d'une épreuve dans un sport déjà au programme olympique, la décision concernant son admission sera prise par la commission exécutive du CIO. Si l'épreuve appartient à un sport qui ne figure pas au programme, la décision sera alors du ressort de la Session. Le but de cet exercice est de permettre aux villes hôtes de mieux promouvoir leur culture sportive. Il n'y a pas de solution unique. L'idée est d'offrir plus de souplesse aux villes, et partant de leur permettre d'être plus créatives."

S'agissant des éventuels changements de sites, le président a ajouté : "Nous discutons actuellement avec les différents comités d'organisation des Jeux des implications, à leur niveau, de l'Agenda olympique 2020. La question des changements de sites sera bien évidemment abordée, en particulier si ceux-ci permettent plus de durabilité et moins de dépenses. "

Pour ce qui est de la procédure de candidature pour 2024, le président a indiqué : "Oui, les dates pour 2024 ont bien été entérinées par la commission exécutive du CIO. La phase d'invitation que nous voulons introduire dans le processus sera discutée lors de la Session dans le cadre de l'Agenda olympique 2020. Si elle est approuvée, elle précédera les deux autres phases dont les dates ont été confirmées hier."

Enfin, interrogé sur les récentes allégations de dopage en Russie, le président Thomas Bach a déclaré : "Ce sont de graves allégations. Ce dossier est actuellement entre les mains de la commission d'éthique de l'IAAF. Compte tenu de la gravité de la question, il est de la responsabilité du CIO de respecter les règles de droit et les droits de la défense. Nous n'interviendrons donc pas ni ne ferons de commentaires sur la procédure en cours. Nous avons toutefois demandé à être tenus informés de toutes les conclusions susceptibles de concerner des personnes placées sous la responsabilité du CIO, et je ne parle pas seulement des athlètes, mais aussi des membres de leur entourage."

Tags Actu CIO
back to top