skip to content
Date
10 avr. 2014
Tags
Actu CIO

Fin des réunions de la commission exécutive du CIO à Belek, Turquie

Au cours du deuxième et dernier jour de réunion en marge du Congrès SportAccord 2014 à Belek, Turquie, la commission exécutive du Comité International Olympique (CIO) a examiné et approuvé aujourd'hui une série de nouvelles mesures ainsi qu'un plan d'action clair visant à aider les organisateurs des Jeux Olympiques de 2016 à Rio.


Ce plan d'action se décline en quatre volets concrets :

1.       Augmenter la fréquence des visites de l'administration du CIO et des conseillers. Nommer des groupes de travail conjoints spécifiques en collaboration avec Rio 2016.

2.       Créer un organe décisionnel de haut niveau associant le CIO, le gouvernement et tous les partenaires clés du projet.

3.       Intensifier la coopération avec les Fédérations Internationales et les partenaires clés.

4.       Renforcer les structures clés sur le terrain :

          a.       Procéder au recrutement au niveau local d'un chef de projet pour la construction;

          b.      Effectuer des visites d'évaluation plus fréquentes sous la conduite du directeur exécutif du CIO pour les Jeux Olympiques, Gilbert Felli.

Ces quatre étapes permettront une plus grande supervision et une meilleure gestion en étroite coopération avec la commission de coordination, le comité d'organisation et les représentants clés du gouvernement.

Ainsi que l'a déclaré le président du CIO, Thomas Bach, en se référant au Mouvement olympique et à ses homologues au Brésil : "Les deux parties sont fortement mobilisées pour faire des Jeux Olympiques à Rio un succès. Les mesures approuvées aujourd'hui visent à montrer aux organisateurs, en leur permettant de bénéficier de l'expérience des précédents organisateurs des Jeux Olympiques et de divers experts, comment les différents niveaux de gouvernement peuvent œuvrer ensemble, en parfaite synergie. Nous les conseillons par l'exemple, en tant que guides et partenaires."

 

Protéger les athlètes propres aux Jeux Olympiques de 2014 à Sotchi

Le département médical et scientifique du CIO a informé la commission exécutive sur les derniers chiffres relatifs aux contrôles du dopage pendant les Jeux Olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi, lesquels témoignent du solide engagement du CIO à protéger les athlètes propres. Les Jeux de 2014 à Sotchi ont été caractérisés par le programme de lutte contre le dopage le plus strict de l'histoire des Jeux d'hiver aussi bien en termes qualitatifs que quantitatifs – un record de 2 812 contrôles ayant été effectués au total. Un accent sans précédent a été placé sur les contrôles avant compétition et les contrôles ciblés, avec 1 528 contrôles (52 %) effectués avant les compétitions et 1 284 après celles-ci.  Sur les 2 812 contrôles effectués, 2 186 étaient des tests urinaires et 626 des tests sanguins.

Les échantillons seront conservés pendant 10 ans pour d'éventuels nouveaux tests en cas d'avancées technologiques ou de nouvelles informations concernant de probables délits de dopage.   

Relations CNO

Les membres de la CE ont été informés des dernières nouvelles concernant les Comités Nationaux Olympiques (CNO) de l'Égypte et du Pakistan.

En 2013, le CIO avait été informé par le CNO égyptien de tentatives d'ingérence de la part du ministère des Sports dans le fonctionnement des fédérations nationales de sports et des clubs sportifs. Suite à plusieurs mois de correspondance et à des discussions entre le Mouvement olympique et le ministère des Sports, le CIO a récemment reçu un rapport positif concernant la situation, rapport conjointement signé par le nouveau ministre des Sports, le CNO et des représentants du Mouvement olympique. Dans ce rapport, les parties s'engagent à adopter un nouveau projet de loi sur le sport d'ici mai 2014, lequel permettrait aux fédérations nationales de rédiger leurs propres statuts sans ingérence gouvernementale et garantirait leur autonomie ainsi que celle des clubs de sport. Le CIO continuera de suivre de près ce dossier et la mise en œuvre de la feuille de route en coopération avec toutes les parties prenantes concernées.  

S'agissant du CNO du Pakistan, l'ingérence du gouvernement dans le fonctionnement de cet organisme avait conduit le CIO à tenir une réunion à Lausanne en octobre 2013 avec toutes les parties concernées, réunion au cours de laquelle il avait été convenu que le CIO s'assurerait de la légitimité de la composition du CNO, en consultation avec toutes les FI concernées. Cette vérification faite, le gouvernement devait réviser les dispositions de la politique des sports qui n'étaient pas conformes à la Charte olympique.    

À ce jour, le gouvernement du Pakistan n'a pas tenu ses promesses. Toutefois, ce dernier a récemment pris contact avec le CIO afin de renouer le dialogue et améliorer la situation, démarche que le CIO a approuvée. La commission exécutive a décidé aujourd'hui que si la feuille de route arrêtée n'était pas respectée, le CNO du Pakistan serait suspendu lors de la prochaine réunion de la CE en juillet.

Architecture – éventuel réaménagement du siège du CIO à Lausanne

La commission exécutive a choisi le cabinet d'architecture danois 3xN comme partenaire privilégié pour l’éventuel réaménagement du siège du CIO à Lausanne. Cette décision fait suite à la recommandation unanime formulée par le jury d'architecture du CIO lors d'une réunion tenue le 25 mars à laquelle ont assisté le président du CIO, les vice-présidents Nawal El Moutawakel, Craig Reedie et Zaiqing Yu, le membre de la commission exécutive, Ching-Kuo Wu, et le membre du CIO, Lambis V. Nikolaou.

La commission exécutive avait pris la décision l’année dernière d’examiner la possibilité de regrouper l’ensemble du personnel du CIO, actuellement dispersé sur plusieurs sites à Lausanne. Le nouveau siège du CIO rassemblerait la grande majorité du personnel sur le site de Vidy, ce qui permettrait de réaliser d’importantes économies en frais de location et de consommation d'énergie et d’accroître l’efficacité de l’administration. La décision finale sur la mise en œuvre du projet de réaménagement du siège dépendra des discussions à venir avec les autorités suisses compétentes.

Reconnaissance du ski-alpinisme par le CIO

La CE a accordé la reconnaissance provisoire à la Fédération internationale de ski-alpinisme (ISMF), cette dernière remplissant tous les critères de reconnaissance établis par le CIO pour les Fédérations Internationales. La CE a fait remarquer que l'ISMF est une Fédération Internationale profondément attachée à l'idéal olympique, en plein essor, qui connaît un grand succès auprès des jeunes, respecte la parité hommes/femmes et la bonne gouvernance, et est en conformité avec le Code de l'AMA. La CE est ravie d'accueillir cette fédération au sein de la famille olympique.  

Décisions de la CE concernant des cas de dopage

À la suite des sanctions prises par les fédérations nationales concernées et confirmées par l’Association internationale des fédérations d’athlétisme (IAAF), Zhanna Block (Athènes 2004), Darya Pishchalnikova (Londres 2012) et Igor Erokhin (Londres 2012) ont été disqualifiés des éditions des Jeux Olympiques correspondantes. 

Mme Zhanna Block (Ukraine, athlétisme)
Conformément à la décision prise par la Fédération ukrainienne d’athlétisme en date du 19 décembre 2011, les sanctions suivantes ont été infligées à l’encontre de Zhanna Block, pour infraction aux règles antidopage :
- 2 ans de suspension à compter du 6 novembre 2011; et
- annulation de tous les résultats depuis le 30 novembre 2001.

Cette décision a un impact sur les résultats suivants obtenus par Zhanna Block aux Jeux Olympiques de 2004 à Athènes où elle s’est placée :
- 6e en demi-finale de l’épreuve féminine du 100 m; et
- 7e dans la première manche de l’éliminatoire 1 de l’épreuve féminine de relais 4 x 100 m, comme membre de l’équipe ukrainienne de relais.

L’athlète est maintenant disqualifiée de ces deux épreuves et le CIO a demandé à l’IAAF de modifier en conséquence les résultats des Jeux Olympiques de 2004 à Athènes. Le CIO demandera également à l’IAAF de décider, sur la base des règles de l’IAAF à cette époque, si oui ou non toute l’équipe de relais devrait être disqualifiée.

Mme Darya Pishchalnikova (Fédération de Russie, athlétisme)
Conformément à la décision prise par la Fédération russe d’athlétisme en date du 30 avril 2013, les sanctions suivantes ont été infligées à Darya Pischalnikova, pour infraction aux règles antidopage :
- 10 ans de suspension à compter du 2 novembre 2012; et
- annulation de tous ses résultats depuis le 20 mai 2012.

Cette décision a un impact sur le résultat suivant obtenu par  Darya Pischalnikova aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres, où elle s’est placée :
- 2e dans l’épreuve féminine du lancer du disque

L’athlète est maintenant disqualifiée de cette épreuve et le CIO a demandé à l’IAAF de modifier en conséquence les résultats des Jeux Olympiques de 2012. Le CIO prendra également les mesures appropriées pour réattribuer les médailles et diplômes en conséquence.

M. Igor Erokhin (Fédération de Russie, athlétisme)
Conformément à la décision prise par la Fédération russe d’athlétisme en date du 28 août 2013, les sanctions suivantes ont été infligées à Igor Erokhin, pour infraction aux règles antidopage :
- suspension à vie; et
- annulation de tous les résultats depuis le 25 février 2011.

Cette décision a un impact sur le résultat suivant obtenu par Igor Erokhin aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres, où il s’est placé :
- 5e dans l’épreuve masculine du 50 km marche.

L’athlète est maintenant disqualifié de cette épreuve et le CIO a demandé que l’IAAF modifie le résultat des Jeux Olympiques de 2012 à Londres en conséquence. Le CIO prendra également les mesures adéquates  pour réattribuer les diplômes en conséquence.

La prochaine réunion de la commission exécutive du CIO se tiendra du 7 au 9 juillet à Lausanne.

Tags Actu CIO
back to top