skip to content

Felix Pigeon, le patineur sur piste courte québécois à suivre aux JOJ de Lausanne 2020

GREG KOLZ, SPEED SKATING CANADA
Au Canada, ce sont souvent les spécialistes québécois qui brillent sur la scène olympique et mondiale en patinage de vitesse sur piste courte. Parmi les grands noms, il y a Charles Hamelin, quintuple médaillé aux Jeux et héros de Félix Pigeon qui entend bien marcher sur ses pas jusqu'au plus haut niveau international, en commençant par les JOJ de Lausanne 2020 !


À quel âge as-tu commencé le patinage de vitesse courte piste ?

J'ai regardé les Jeux Olympiques de Vancouver en 2010 et cela m'a donné envie de commencer le short track. J'ai été inspiré par les performances des patineurs canadiens, surtout Charles Hamelin qui a gagné le 500 m. J'avais sept ans. Je ne me suis pas dit "Je veux un jour aller aux Jeux", mais cela m'a plutôt permis de découvrir l'existence des clubs, je ne savais pas qu'ils existaient. J'ai commencé à parler avec mes parents et je leur ai dit que je voulais essayer ! Aujourd'hui, Charles est toujours un modèle pour moi, je m'entraîne parfois avec lui. Il a beaucoup d'expérience, il n'est pas très bavard, j'essaye de l'observer et de voir tout ce qu'il réalise de bien.

Connais-tu les concurrents que tu vas rencontrer aux JOJ, et quels sont tes objectifs ?

Je ne connais pas bien les adversaires que je vais affronter à Lausanne. J'ai déjà disputé quelques compétitions internationales, mais je n'ai aucune idée de qui va être présent en Suisse. Une fois sur place, je vais me fixer des objectifs réalistes, c’est-à-dire au minimum atteindre les finales sur toutes les distances. Je vais faire de mon mieux. La course où je me sens le plus fort est le 500 m. Début décembre, j'ai été sacré champion du Canada junior sur la distance. C'est comme cela que j'ai obtenu ma qualification pour les JOJ.

Greg Kolz, Speed Skating Canada
Lausanne 2020, qu'est-ce cela représente pour toi ?

Cela me donne tout simplement l'envie de continuer, car cela va être une très grande compétition. Cela m'encourage à aller le plus loin possible, avec un œil sur les Jeux de 2022. J'aimerais faire carrière en patinage de vitesse sur piste courte, participer à la Coupe du monde, aux championnats du monde et aux Jeux Olympiques. J'espère que les JOJ seront une étape vers une belle carrière internationale.

Qu'attends-tu sur place ?

Les JOJ vont m'aider à acquérir énormément d'expérience. Je vais voir les principaux coureurs de mon âge, les meilleurs mondiaux, cela me permettra de voir où ils en sont par rapport à moi. C'est sûr que j'aimerais monter sur le podium, mais je ne veux pas trop m'avancer !

Refined Moment, Speed Skating Canada

Comme se passe ta préparation ?

Je fais partie de l'équipe nationale de développement (l'équipe nationale des jeunes), les conditions d'entraînement son idéales. Je suis également des études, et je ne me donne pas le choix, je vais à l'école pour m'ouvrir d'autres débouchés. Mais mon but est de faire carrière dans mon sport.

Es-tu aidé par ton entourage ?

Mes parents et ma sœur m'aident beaucoup. Le centre d'entraînement est à Montréal, dans la patinoire de l'Aréna Maurice Richard, mais je ne suis pas originaire de là, je viens de Saint-Pie qui est plus au sud du Québec. Comme ma sœur s'entraîne aussi à Montréal, nous habitons ensemble. Je m'entraîne plusieurs fois dans la journée, tous les jours sauf le dimanche. Je fais aussi des exercices, de la musculation, etc.

Greg Kolz, Speed Skating Canada
Comment te situes-tu dans le concert international ?

J'ai disputé les championnats du monde juniors l'année passée. Ils se sont déroulés à Montréal. Là, j'ai pu voir le niveau général, mais c'est sûr qu'à Lausanne, ça va être différent, je vais rencontrer beaucoup de monde et cela me stresse un peu. J'ai rencontré mes adversaires aux Mondiaux juniors, j'ai participé à trois compétitions internationales cette année et je les ai encore affrontés. Il est clair que nous nous parlons, mais je ne connais pas tous ceux qui vont aux JOJ, alors je ne sais pas à quoi m'attendre, surtout face aux coureurs asiatiques qui sont tous très forts !

Qu'est-ce qui te pousse à pratiquer le patinage de vitesse sur piste courte au plus haut niveau ?

C'est d'abord le côté compétitif, et en même temps, il y a l'adrénaline procurée par la vitesse, on est tout le temps à la limite dans les virages. Au début, je ne faisais pas de courses ; ce qui m'avait attiré, c'était la sensation de vitesse. Puis j'ai commencé la compétition, j'adore la confrontation avec les autres coureurs. Je suis plus performant sur 500 m, mais j'aime toutes les distances en fait.

back to top En