skip to content

Favoriser la paix, l’unité et la réconciliation chez les jeunes Rwandais grâce au sport


En prélude à la Journée internationale du sport au service du développement  et de la paix le 6 avril, l’ancien footballeur rwandais Eric Murangwa partage son incroyable histoire et nous emmène dans son pays natal pour nous montrer comment le sport est devenu là-bas un "pilier significatif" dans les efforts de construction de la paix, de réconciliation des communautés et d’autonomisation des jeunes Rwandais pour bâtir un avenir positif.

Sans le courage et la sportivité de ses co-équipiers, Eric Murangwa n’aurait pas survécu au génocide qui a dévasté le pays en 1994. Le football a sauvé la vie du jeune homme ; ses co-équipiers  du club de football Rayon Sports l’ont en effet caché chez eux pendant plusieurs semaines, les différences d’origine ethnique n’ayant à leurs yeux aucune importance. Cet acte de camaraderie a cependant coûté  la vie à certains d’entre eux.

Je voulais faire en sorte que les leçons importantes que j’ai tirées du sport soient transmises à la jeune génération. Eric Murangwa Rwanda
Aujourd’hui, l’ancien sportif dirige sa propre organisation, collabore avec d’autres entités et se déclare  fermement convaincu que le sport, et le football en particulier, peut avoir un impact sur la société et cela plus que toute  autre chose. Il a fondé l’organisation Football for Hope, Peace and Unity (Football pour l’espoir, la paix et l’unité), aussi connue sous le sigle  FHPU, en 2010,  qui utilise le sport et le football comme vecteurs de changement social et de réconciliation au sein de la communauté rwandaise. 

“La FHPU est le résultat de tout ce qui m’est arrivé”, explique Eric Murangwa. “Je voulais faire en sorte que les leçons importantes que j’ai tirées du sport soient transmises à la jeune génération.” 

Par l’intermédiaire de la FHPU, Eric Murangwa travaille avec plus de 15 organisations réparties dans tout le Rwanda pour mettre en place des programmes sportifs destinés aux jeunes au niveau local, tels que la Dream Team Football Academy créée en collaboration avec l’Association des anciens footballeurs rwandais ou le  Agahozo-Shalom Youth Village – un centre d’accueil pour défavorisés. L’objectif est de favoriser le rapprochement entre les personnes touchées par le génocide et de créer un héritage de réconciliation pour les générations à venir.

“Je veux vraiment améliorer la vie des jeunes ici à Agahozo”, déclare le directeur du programme Jean-Claude Parisien. “Le sport est un outil qui nous aide à les rendre heureux, à les mettre à l’aise et également à leur donner l’envie de construire leur avenir.”

Face à l’adversité, le sport joue un rôle certain dans la reconstruction de la nation. Le secrétaire général du Comité National Olympique du Rwanda, Philbert Rutagengwa, dit notamment : “le sport est un pilier significatif de l’unité et de la réconciliation des Rwandais.”

Regardez la vidéo pour voir comment le sport favorise la paix.



Cette année, la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix est une occasion d’illustrer comment le sport peut aider à unir les peuples et à favoriser une culture de paix, à instaurer la confiance en soi et en autrui, et à jeter des ponts entre des groupes en conflit. Contribuer à l’édification d’un monde pacifique et meilleur à travers le sport est un principe fondamental inscrit dans la Charte olympique et le Mouvement olympique met en œuvre d’innombrables initiatives sportives visant à induire le changement social chaque jour dans chaque coin du monde.

Rejoignez le mouvement  #sport4betterworld

En savoir plus sur la Journée internationale du sport au service du développement et de la paix : www.olympic.org/idsdp 

back to top En