skip to content
Date
26 juil. 1980
Tags
Moscou 1980

Evelin Jahl ne change pas de disque

Surgie de nulle part pour remporter la médaille d’or aux Jeux Olympiques de 1976 à Montréal, Evelin Schlaak n’avait pas seulement écrasé ses coéquipières est-allemandes mais elle avait également laissé les meilleures du monde derrière elle.


Elle venait à peine de fêter ses 20 ans qu’elle stupéfia le Canada avec son lancer record de 69 m synonyme de médaille d’or.

Dans son pays, une certaine presse parla de son résultat comme d’un feu de paille, ce qui ne fit qu’accroître son désir de défendre avec succès son titre lors des Jeux Olympiques de Moscou, quatre ans plus tard.

Elle se maria et obtint toute une série de promotions dans l’armée de la RDA, mais son régime d’entraînement restait focalisé sur l’or moscovite.

Elle décrocha son deuxième grand titre mondial lors de la Coupe du monde, à Moscou de nouveau. À l’approche des Jeux, il devint évident que le titre de favorite allait se disputer entre elle et la Bulgare Maria Petkova.

Deuxième lors de la Coupe du monde de Moscou, cette dernière avait établi le record du monde et était entrée dans le grand stade de Moscou vêtue de l’habit de (petite) favorite.

L’Allemande, désormais en lice sous son nom de femme mariée, Jahl, se qualifia en faisant le minimum et en effectuant son meilleur lancer juste après la marque des 60 mètres.

Maria Petkova lança à plus de 65 mètres ; tout était en place pour un extraordinaire bras de fer.

C’est à ce moment que l’Allemande effectua une série de lancers jamais vus auparavant dans une compétition olympique et qui produisit les quatre meilleurs résultats de l’épreuve.

Elle remporta la compétition en établissant un nouveau record olympique à 69,96 mètres et en laissant une nouvelle fois à Maria Petkova la médaille d’argent. Elle prit sa retraite deux ans plus tard.

back to top