skip to content
Date
18 oct. 1968
Tags
Mexique 1968

Evans emmène le triplé américain du 400m

Rarement un pays aura dominé une épreuve comme les États-Unis auront dominé le 400 m à cette époque.

En 1968, les douze meilleurs spécialistes mondiaux de la discipline sont tous Américains. Toutefois, trois seulement peuvent concourir aux Jeux Olympiques. Lee Evans est l'un des plus rapides : il vient de remporter les championnats nationaux en 1966, 1967 et 1968. Il est alors considéré comme un jeune athlète plein d'avenir.

Lors des sélections américaines, il établit un nouveau record du monde en 44 secondes et 6 centièmes. À Mexico, il se joue des qualifications et bat le record olympique en demi-finale. En apprenant l'expulsion de ses amis Tommie Smith et John Carlos, il annonce qu'il ne participera pas à la finale. Fort heureusement, le second nommé le convainc de renoncer à cette idée.

Conscient de ses qualités, Evans espérait sans doute compter une confortable avance à l'entrée de la dernière ligne droite. Au lieu de cela, il se retrouve à batailler avec son compatriote Larry James à quelques mètres de l'arrivée. Evans avouera plus tard s'est "senti faible" à cet instant de la course. Dans la zone de vérité, il trouve pourtant les ressources nécessaires pour arracher la victoire, à un centième de seconde près. Ronald Freeman s'adjuge la médaille de bronze, complétant ainsi le triplé américain annoncé.

Les trois hommes se retrouvent fort logiquement au départ du relais 4x400 m pour mener les États-Unis vers une nouvelle médaille d'or. La seule surprise vient de l'aisance avec laquelle ils écrasent le Record du Monde : l'équipe américaine a couru la distance trois secondes plus vite qu'aucune autre. Ce record tiendra 24 ans, encore plus longtemps que celui de Bob Beamon en saut en longueur.
Par la suite, Evans restera une figure majeure des Jeux Olympiques. Il entraînera notamment les équipes nationales en Afrique. En tout, sa carrière le mènera à travers plus de 20 pays du continent.

back to top