skip to content
Getty Images
PyeongChang 2018

Ester Ledecká sur sa planche de snowboard pour un exploit... géant !

Championne olympique surprise du super-G en ski alpin, Ester Ledecká a principalement construit son palmarès sur sa planche de snowboard : elle est la championne du monde en titre du géant parallèle, discipline où elle a aligné les victoires cet hiver. Ce qui la place favorite de la compétition programmée samedi 24 février, pour un exploit totalement inédit aux Jeux Olympiques d'hiver.

Ester Ledecká ne peut pas être partout à la fois. Dimanche 17 février, elle a créé un véritable séisme en gagnant le Super-G, après avoir dévalé la piste de Jeongseon tout en fluidité, rapidité et précision avec son dossard n°26 pour devancer d'1/100e la tenante du titre, l'autrichienne Anna Veith et toutes les reines de la vitesse en ski alpin. L'image de la championne tchèque totalement incrédule dans l'aire d'arrivée restera longtemps dans les mémoires.

Dans la foulée, le calendrier se bouscule : entraînements de descente le dimanche, le lundi et le mardi, course le vendredi 21. Qualifications du géant parallèle en snowboard le jeudi, course le samedi 24. L'incroyable championne Tchèque de 22 ans, qui n'a jamais voulu faire de choix entre le ski alpin et le snowboard, a cette fois logiquement dû faire une croix sur la descente.

Getty Images

À l'automne 2017, la petite-fille de la star du hockey tchécoslovaque Jan Klapac (doublé médaillé olympique/champion du monde en1972), expliquait en vue des Jeux de Pyeongchang 2018 : « Je vais sans aucun doute essayer d'être la meilleure dans les deux sports et on verra bien ». Pour le ski alpin, c'est déjà fait ! Pour le snowboard, il s'agira de concrétiser une domination exceptionnelle en Coupe du monde et aux Mondiaux ces deux derniers hivers.

Grande favorite du géant parallèle

« Jusqu'à aujourd'hui, je pensais que j'étais meilleure en snowboard », a-t-elle reconnu après sa victoire en Super-G. Si elle s'impose à nouveau sur sa planche lors du géant parallèle, il n'y aura cette fois pas de surprise.

Ester Ledecká (prononcer "Ledetska") trône en tête du classement de la Coupe du monde de snowboard alpin 2017-2018 avec une avance considérable sur sa plus proche poursuivante, l'Allemande Ramona Theresia Hofmeister. Elle a battu en finale toutes les principales rivales qu'elle va croiser tour après tour dans le parcours de géant parallèle du Phoenix Park le 24 février : la Suissesse Patrizia Kummer aux Mondiaux FIS de Sierra Nevada 2017, les Allemandes Ramona Theresia Hofmeister et Selina Jörg, la championne olympique autrichienne du slalom parallèle à Sotchi 2014 Julia Dujmovits, l'Autrichienne Claudia Riegler, la Japonaise Tomoka Takeuchi... liste non exhaustive.

Getty Images

« Depuis le début, les gens me disent : “Tu ne peux pas faire les deux, tu dois te spécialiser ou tu n’atteindras jamais le plus haut niveau”. Depuis que j’ai 14 ans, mes entraîneurs me disent : “Tu dois faire un choix et bla-bla-bla.” Je leur réponds : “Je ferai les deux, et si ça t’ennuie, je trouverai un autre entraîneur parce que ce sera comme ça et pas autrement”. »  Et c'est comme ça, et pas autrement, qu'Ester Ledecká a prouvé au monde entier la justesse de son parcours inédit sur la neige.

Finalement, elle se nourrit des deux sports. Son entraîneur de ski alpin Tomas Bank explique : « Le snowboard lui donne un grand équilibre et un bon feeling, alors que le ski alpin l'aide sur sa planche parce que ça va plus vite. Elle doit trouver que le snowboard avance au ralenti ! Ses rivales ne se sont jamais montrées aussi rapides qu'elle ». Son entraîneur du snowboard Justin Reiter ajoute : « Le seul problème avec elle, c'est qu'elle ne veut jamais quitter la pente. Elle en veut toujours plus, plus de runs ! »

Getty Images

Aux premières loges pour observer le phénomène, le spécialiste français du snowboard alpin Sylvain Dufour témoigne : « Chez les snowboardeuses, elle est complètement au-dessus du lot.

Elle a pris six départs cet hiver et elle en a gagné cinq. Le seul qu'elle n'a pas gagné, c'est du slalom. En snowboard, c'est un monstre ».

Un chapitre du grand livre des Jeux d'hiver ?

Bien évidemment, jamais aucun athlète chez les hommes et chez les femmes n'a disputé les épreuves de vitesse en ski et de snowboard alpin aux Jeux olympiques, qui plus est dans la même édition. Mais il y a plus, beaucoup plus. Personne n'attendait qu'Ester Ledecká allume du vert en bas de la piste de Super-G le 17 février, alors qu'Anna Veith avait déjà été félicitée par beaucoup de concurrentes dans le "kiss and cry" de l'aire d'arrivée à Jeongseon. En revanche, la versatile fille d'un chanteur pop à succès et d'une ancienne patineuse artistique de haut niveau est la super favorite du géant parallèle.

Getty Images

Rien n'est bien sûr écrit à l'avance, mais gagner deux médailles d'or dans deux sports avec la neige, la pente et les portes en commun marquerait le début d'une nouvelle ère où l'on manquera de superlatifs : cet exploit entrerait en bonne place dans le grand livre des Jeux d'hiver. Justin Reiter prévient : « Sa médaille d'or lui a donné des ailes. Elle est toujours aussi motivée et frustrée à l'entraînement. C'est une athlète incroyable. Je n'ai jamais vu personne procéder de la même façon qu'elle. Mais avant tout, c'est une gagnante ».

back to top En