skip to content
Date
22 oct. 2014
Tags
Nanjing 2014 , JOJ , Actu CIO

Escrime dames à Nanjing : surprises et confirmations !

Les compétitions d’escrime féminine ont apporté leurs lots de surprises et permis de découvrir une jeune et talentueuse épéiste sud-coréenne, Lee Sinhee, qui au final, a été la seule à repartir de Nanjing avec deux médailles d’or, après la victoire de l’équipe Asie-Océanie dans l’épreuve par équipes mixtes internationales


17 août : Sabrina Massialas gagne le fleuret à la mort subite

Médaillée d’argent dans les championnats du monde cadet, l’Américaine Sabrina Massialas s’est imposée dans l’épreuve du fleuret dames, en ouverture des compétitions d’escrime sur la piste du Hall E du centre international d’exposition de Nanjing.

Massialas  a  remporté l’or, grâce à une dernière fente en finale qui lui a permis de battre la japonaise Karin Miyawaki 7 à 6 à la mort subite, au terme d’un combat acharné.  « Je n’ai pas de mots, je ne réalise pas encore. J’ai tellement crié que je n’ai plus de voix » a dit Massalias. « J’ai de quoi m’inspirer et me motiver pour les prochaines étapes. Nous étions à 6-6. J’ai déjà été dans beaucoup de situations stressantes et maintenant je sais que je peux l’emporter s’il ne reste qu’une touche. »

 

Massialas, qui est entraînée par son père Greg, lui-même triple médaillé olympique,  a fait mieux que son frère Alex médaillé d’argent des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Singapour en 2010 pour enrichir l’héritage familial.  «  J’ai commencé la journée doucement. Les Jeux Olympiques de la Jeunesse me mettaient la pression. Je n’avais pas d’énergie en moi, je n’avais pas la gnaque. Après que mon père m’ait dit : ‘Tu dois te battre, être agressive, tu dois y aller’, je suis entrée sur la piste » explique-t-elle.

 « Je voulais l’or, je suis un peu déçue », a dit Myiawaki. En avril, lors des Championnats du Monde Cadet je me suis trouvée dans la même situation [contre Massialas lors de la mort subite]. J’ai attaqué et elle m’a touchée, donc cette fois, je me suis concentrée à défendre. Je voulais une revanche. »

La russe Marta Martyanova, championne du monde cadet et numéro un mondiale, a été battue par Miyawaki en demi-finale. Elle a ensuite perdu le match pour le bronze 8-13 face à la Chinoise Huang Ali, qui a donc accompagné Massilas et Miyawaki sur le podium.  « Je n’ai pas réalisé une bonne performance et je vais essayer de faire mieux à l’avenir. Encore et encore travailler » a dit Martyanova. « Je n’ai gagné aucune médaille aujourd’hui donc bien sûr que je suis déçue »

18 août : Lee Sinhee crée la surprise à l’épée

L’escrimeuse sud-coréenne Lee Sinhee a fait sensation face à la championne du monde cadette italienne Eleonora De Marchi pour remporter la médaille d’or de l’épée féminine, lundi 18 août. Favorite pour le titre, De Marchi avait affiché sa classe en demi-finale contre l’Américaine Catherine Nixon. Menée 10-6, elle avait en effet réussi à revenir pour s’imposer 15-11.

Mais en finale, Lee Sinhee était trop forte pour l’Italienne et elle s’est imposée 15-13, après un assaut très disputé. « J’ai tout donné pour revenir en demi-finale », a confié Eleonora De Marchi, finalement médaillée d’argent. « Et lors de la finale, j’étais vraiment fatiguée. De toute façon, elle était meilleure que moi sur cette journée. Même si je savais ce qu’il fallait faire ou ne pas faire, je n’ai pas réussi à voir ses attaques. Lee Sinhee est une escrimeuse très forte. »

Le bronze est revenu à la Suédoise Asa Linde, qui a offert à son pays sa première médaille en escrime dans des Jeux Olympiques de la Jeunesse après avoir battu l’Américaine Catherine Nixon. « Je ne trouve pas les mots, je suis si contente », a déclaré Asa Linde. « Je souhaitais vraiment ramener une médaille chez moi. Quand j’ai perdu ma demi-finale, mon entraîneur m’a dit : « Prends simplement les choses comme elles viennent, tu gambergeras plus tard » et ça a marché. »

19 août : Alina Moseyko affiche sa suprématie
 
Il n’y a pas eu de surprise lors de la troisième journée des compétitions d’escrime puisque la Russe Alina Moseyko (sabre)… a démontré l’ensemble de leurs qualités pour ajouter l’or à son titre mondial chez les cadettes.

Moseyko, n°1 mondiale, a facilement taillé son chemin à travers les tours, en commençant par les poules matinales, jusqu’à la finale où elle a battu la n°6 italienne Chiara Crovari 15 touches à 10. « Je suis un peu déçue parce que je suis passée si près de l’or, mais je suis heureuse avec la médaille d’argent » a dit Crovari, « Moseyko m’avait déjà éliminée lors des championnats du monde cadets, et je n’ai toujours pas compris comment la battre. Mais cette fois, je me suis un peu rapprochée…».

La n°7 hongroise Petra Zahonyi (HUN) a remporté une médaille de bronze inattendue en battant la 3e des championnats du monde cadets, la Japonaise Misaki Emura, sur le score de 15-13. « J’ai une médaille pour mes premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse, c’est si bon et ça veut dire tant ! » s’est exclamée Zahonyi. « Je ne m’attendais à rien de particulier, car je savais que tout pouvait arriver. Je me suis tellement entraînée tout l’été, ça valait la peine ! ».

20 août : Le doublé en or pour Lee Sinhee.

La convivialité est apparue comme la grande gagnante de la journée, à l'occasion de la clôture du tournoi d'escrime. La compétition s'est achevée sur l'épreuve par équipes continentales mixtes. L’équipe Asie-Océanie 1 a remporté la dernière médaille d'or de la discipline en dominant l’équipe Europe 1 (composée de six champions du monde cadets en titre) 30-26.

Ce résultat a fait les affaires de la Sud-Coréenne Lee Sinhee, devenue la seule, escrimeuses et escrimeurs confondus, à repartir de Nanjing avec deux médailles d'or après son succès individuel à l'épée. 

Quatrième de l'épreuve de sabre féminin, la Japonaise Misaki Emura a arraché le nul 5-5 à la Russe Alina Moseyko pour donner la victoire à l'équipe Asie-Océanie 1.

« L'équipe adverse était très forte. Il n'y avait pratiquement que des champions du monde. Mais nous avons su créer un lien puissant entre nous. C'était notre force aujourd'hui », confie la Japonaise.  « Ce tournoi était intéressant, renchérit sa coéquipière Karin Miyawaki. Si je perdais un point ou si je n'étais pas dans un bon jour, une coéquipière était toujours là pour compenser. »

back to top