skip to content
Date
30 sept. 2014
Tags
Nanjing 2014 , JOJ , Actu CIO

Equitation à Nanjing : tous les continents réunis par-delà les obstacles

De la victoire de la formation « Europe » dans le jumping par équipes continentales à l’émouvante victoire de la Néo-Zélandaise Emily Fraser après barrage dans la compétition de saut d’obstacles individuelle, cavaliers et chevaux ont offert spectacle passionnant au public du site d’équitation de Xinzhuang !

20 août : une Europe brillante dans le jumping par équipes continentales

Pour les 30 cavaliers engagés dans les épreuves équestres des Jeux Olympiques de la Jeunesse de Nanjing, tout a commencé par le tirage au sort des chevaux fournis par le comité d’organisation de ces JOJ : chaque athlète s’est vu attribuer une monture, et les couples ainsi constitués se sont formés pour la totalité des épreuves de saut d’obstacles : les deux tours de la compétition par équipes continentales, et les deux tours de la compétition individuelle.

Sur le parcours du centre des sports équestres de Xinzhuang, la course aux médailles  a démarré mardi 19 août avec le premier tour du « jumping par équipes continentales » : les 30 cavaliers étaient répartis en six équipes équipes de cinq, représentant chacune un continent.

Le système de points ne retenant que les trois meilleurs scores sur 5 cavaliers en lice, l’équipe « Europe » composée de Matias Alvaro (ITA), Michael Duffy (IRL), Jake Saywell (GBR), Filip Agren (SWE) et Lisa Nooren (NED) a pris la tête avec un score de 0 (pour zéro faute), devant l’équipe « Amérique du Sud » formée par Francisco Calvelo Martinez (URU), Antoine Porte (CHI), Valeria Maria Caballero (PAR), Martina Campi (ARG) et Bianca De Souza Rodrigues (BRA) avec 4 points, suivi par celle d’Amérique du nord constituée par Polly Serpell (CAY), Macarena Chiriboga Granja (ECU), Sabrina Rivera Mesa (ESA), Stefanie Brand (GUA) et Maria Gabriela Brugal (DOM) avec 8 points.

Le 20 août, pour le 2e tour décisif, l’or était encore en balance entre Europe et Amérique du Sud. Les sans-faute se succédant, c’était à qui récolterait la première pénalité en faisant tomber une barre.  Quand le 3e cavalier européen, Filip Agren, a réalisé un parcours sans accroc en selle sur Abel, le titre est définitivement revenu à « Europe », l’argent à « Amérique du Sud », et le Bronze à « Amérique du Nord », avec un score inchangé pour chaque équipe.

« Ah, quand j’ai vu Filip réaliser le sans-faute, ça a été un moment…  j’’ai lancé mon poing en l’air, je suis devenu fou ! Une médaille olympique, j’en ai rêvé toute ma vie, et pouvoir le faire ici à 17 ans, c’est incroyable. J’ai tellement de chance ! » s’est exclamé Michael Duffy, impeccable dans cette épreuve en selle sur Commander.

« Je suis hyper-heureux, terriblement excité. J’ai rêvé très jeune de venir aux Jeux Olympiques de la Jeunesse, et maintenant, nous avons l’or ! » a dit Matias Alvaro, lui aussi auteur de deux sans-faute avec Montelini.

Maria Gabriela Brugal, médaillée de bronze avec l’équipe Amérique du Nord, note pour sa part : « Je n’avais jamais encore remporté de médaille. C’est incroyable de faire ça avec tous mes nouveaux amis. Je suis si heureuse ! ».

24 août : Des larmes de joie pour la néo-zélandaise Emily Fraser

Si ses larmes coulaient, le sourire qui irradiait son visage voulait tout dire : la Néo-Zémandaise Emily Fraser n’a tout simplement pas réussi à s’arrêter de pleurer après avoir obtenu la médaille d’or du saut d’obstacles individuel, au terme d’un barrage haletant. « J’ai simplement enlacé mon cheval, j’étais tellement survoltée, et j’ai fondu en larmes, dit la jeune Kiwi, aux anges. « Je n’ai jamais pleuré autant, mais je suis la personne la plus heureuse au monde. »

Suivie par son fan-club d’amis et sa famille, Emily Fraser a gardé ses émotions en réserve pour signer le premier double sans-faute de l’épreuve. Elle a dû ensuite patienter, le temps que passent six autres cavaliers ayant réalisé également un parcours sans faute lors du premier tour, samedi 23 août.

Trois d’entre eux, la Salvadorienne Sabrina Rivera Meza, l’Argentine Martina Campi et l’Australien Jake Hunter l’ont imitée, ouvrant la porte à un barrage à quatre décisif à l’issue duquel l’un d’entre eux allait rester au pied du podium.

Lors de ce barrage, c’est la cavalière du Salvador en selle sur Con-Zero qui a vu ses espoirs de médaille s’envoler en étant pénalisée de 8 points. « Je savais qu’une personne allait être malchanceuse et j’espérais simplement ne pas être celle-là », a commenté Emily Fraser, qui montait Exilio. « C’était vraiment éprouvant nerveusement. Je suis restée concentrée et j’ai essayé de gérer mes nerfs. C’était tout simplement le parcours de ma vie. »

La Néo-Zélandaise a dû s’élancer la première dans le barrage et une nouvelle fois, elle a signé un sans-faute. Son temps de 39.75 était solide, à défaut d’être spectaculaire.

Martina Campi, la future médaillée d’argent, en selle sur Darina, a fait aussi bien que sa rivale et tous les yeux des spectateurs site d’équitation de Xinzhuang se sont alors rivés sur le chronomètre qui affichait 39.95.

Emily Fraser était donc assurée au minimum de la deuxième place, puis de la première quand le dernier cavalier, Jake Hunter, a récolté quatre points pour une barre renversée. Le médaillé de bronze australien était toutefois ravi de sa performance acquise avec For The Star. Il projette désormais de s’envoler vers l’Europe « pour y faire flotter le drapeau australien ».

« Je ne pouvais pas être plus heureux. Ma jument a sauté de manière fantastique. Elle est encore jeune et disputer le barrage sur une piste vraiment difficile, c’est super. Elle était un peu fatiguée sur la fin, mais elle a donné tout ce qu’elle avait », a-t-il déclaré.

Si l’Europe a obtenu la médaille d’or lors de la compétition par équipes intercontinentale, en début de semaine, un seul de ses représentants a signé un des neuf sans-faute réalisés au premier tour de la compétition individuelle, l’Irlandais Michael Duffy.

Le parcours était exigeant, mais juste ce qu’il faut, à en croire Chiang Lennard, de Hong Kong, Chine, qui après un sans-faute sur DJ au premier tour, a enchaîné en faisant tomber deux barres au second.

Chiang Lennard, qui va également poursuivre sa carrière en Europe a déclaré : « C’était un parcours technique comportant des sauts d’une hauteur correcte, mais certains chevaux ont eu du mal. Cela dit, il n’y avait que huit sauts à effectuer et cela répondait aux normes. Il ne faut pas que ce soit trop facile à ce niveau. »


back to top