skip to content
Date
15 sept. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Water polo

En water-polo, la continuité pour les Américaines, une première pour les Serbes

Si l’équipe féminine des États-Unis a été la première à conserver son titre après n’avoir jamais quitté les podiums olympiques depuis l’intégration des femmes au programme en 2000, du côté des hommes, la Serbie a confirmé son actuelle suprématie sur le water-polo mondial en remportant sa première médaille d’or olympique à Rio 2016 après avoir détrôné la Croatie. La Russie chez les dames et l’Italie chez les hommes sont montées sur la 3e marche du podium.

Les Américaines ont battu en finale l’Italie 12-5 le 19 août et ont conservé avec panache la couronne qu’elles avaient obtenue à Londres 2012. Elles poursuivent de surcroît leur belle série de podiums depuis 16 ans. Pour arriver en finale dans le stade olympique aquatique de Barra de Tijuca, Américaines et Italiennes sont restées invaincues dans leur poules respective du premier tour, puis n’ont pas rencontré de difficultés majeures lors de la phase éliminatoire. L’Italie a éliminé la Chine 12-7 en quarts et la Russie 12-9 en demi-finale. Aux mêmes stades, les États-Unis ont disposé du Brésil 13-3 puis de la Hongrie 14-10.  


Getty Images Getty Images
Les Américaines, championnes du monde en titre, n’ont jamais été menées au score lors de la finale. Victorieuses de tous les tournois majeurs auxquels elles ont participé depuis le début de 2014, elles n’ont pas été sérieusement inquiétées par les championnes olympiques d’Athènes 2004. Courtney Mathewson, l’une des quatre joueuses américaines déjà médaillées d’or à Londres 2012, a ouvert la marque avant que l’Italie n’égalise par l’intermédiaire de Federica Radicchi. Mais à partir de là, les Italiennes ont bataillé pour contenir la puissante attaque américaine.

En tête sur le score impressionnant de 4-1 à l’issue de la première période, les Américaines étaient toujours aux commandes à la pause (5-3) et n’ont plus jamais été menacées après que Kiley Neushul et Rachel Fattal ont corsé l’addition au début de la troisième période. Ashleigh Johnson a même arrêté un tir de pénalité de Roberta Bianconi, scellant le sort des Italiennes qui ne pouvaient plus espérer revenir après avoir attaqué l’ultime période avec cinq unités de retard. 


Getty Images Getty Images

En s’imposant finalement 12-5, les puissantes Américaines ont également battu le record du nombre de buts marqués par une équipe lors d’une finale olympique féminine et elles ont aussi signé le plus gros écart en finale. Avant la rencontre, l’Américaine Maggie Steffens avait été nommée Meilleure joueuse du tournoi tandis qu’Ashleigh Johnson, auteur de 9 arrêts sur 13 tirs en finale, avait hérité du titre de Meilleure gardienne. 

La troisième place est revenue à la Russie qui a dû passer par une séance de tirs au but serrée (7-6) pour décrocher la victoire 19-18 sur les championnes d’Europe hongroises, reléguées pour la troisième fois de suite au pied du podium.

Lors d’un match passionnant, marqué par une avalanche de buts et un chassé-croisé permanent au score, les Hongroises semblaient avoir une main sur le bronze lorsqu’elles ont pris la tête 11-9 dans la dernière période, mais les Russes ont réussi à égaliser. Si Rita Keszthelyi a converti un ultime tir de pénalité pour redonner l’avantage à la Hongrie, Anastasia Simanovich a réussi à arracher l’égalisation à une seconde du terme ouvrant ainsi la voie à une séance de tirs au but que son équipe allait finalement remporter.

La Serbie tient enfin son titre olympique chez les hommes 

Avant de dominer la Croatie, tenante du titre et sa grande rivale, 11-7 en finale le 20 août pour remporter sa première médaille d’or olympique dans la discipline, la Serbie a montré que l’impensable était possible, à savoir une élimination avant la phase par élimination directe. Les Serbes ont en effet entamé leur campagne par deux matches nuls et une défaite au premier tour dans le groupe A. Mais ils ont par la suite stabilisé leur jeu en remportant cinq victoires consécutives sur la route du titre. La Croatie a eu moins de problèmes, battue sans conséquences par  l’Espagne 9-4 puis par la France 9-8 pour son dernier match de la phase préliminaire achevée à la deuxième place de son groupe.

Getty Images

Les deux équipes sont ensuite passées à la vitesse supérieure. Sans trembler, la Serbie a pris le meilleur sur l’Espagne 10-7 en quarts de finale puis sur l’Italie, médaillée d’argent en 2012, 10-8, tandis que la Croatie s’est montrée plus forte que le Brésil 10-6 avant d’éliminer le Monténégro 12-8. 

Lors d’une finale marquée par un jeu résolument tourné vers l’attaque de part et d’autre, la Serbie a affiché sa supériorité en concrétisant ses occasions. Dusan Mandic a marqué à quatre reprises, alors que dans les cages, Branislav Mitrovic a contenu les ardeurs de la Croatie. De son côté, Filip Filipovic, vétéran des deux dernières campagnes olympiques serbes - en bronze à chaque fois, a inscrit deux buts et a été élu Meilleur joueur du tournoi.

Filipovic a indiqué que son équipe, réputée pour sa défense exemplaire et sa puissance de tir, était probablement la meilleure jamais constituée : « Nous visons cet objectif depuis le début de notre carrière. Nous nous sommes entraînés dur et nous avons beaucoup souffert. Nous avons vraiment quelques joueurs formidables et très talentueux. »


Nous visons cet objectif depuis le début de notre carrière. Nous nous sommes entraînés dur et nous avons beaucoup souffert. Nous avons vraiment quelques joueurs formidables et très talentueux. Filip Filipovic Serbie
C’est le huitième succès consécutif de la Serbie en compétition, dont les Championnats d’Europe. L’équipe a finalement démontré sa domination sur la scène la plus prestigieuse. L’entraîneur Dejan Savic avait d’ailleurs indiqué avant la rencontre que son équipe ressentait une énorme pression tant les attentes pour qu’elle remporte l’or étaient fortes. « Nous avons gagné tout le reste, maintenant c’est ça que nous voulons », disait-il.

De son côté, l’entraîneur croate Ivica Tucak a reconnu la supériorité de la Serbie : « Nous avons tout essayé, mais ils étaient tout simplement trop physiques et trop forts. C’est ce que montre le résultat. Nous avons actuellement une très jeune équipe. Je pense que 10 ou 11 de ces joueurs seront à Tokyo (aux Jeux de 2020) et je suis très optimiste sur nos chances au Japon. »

Getty Images

Dans le match pour le bronze, l’Italie, a battu le Monténégro 12-10. Les Italiens qui ont manqué un tir de pénalité, peuvent dire merci à Matteo Aicardi, auteur d’un but décisif à la dernière minute. C’est la troisième fois consécutive que le Monténégro échoue au pied du podium olympique.

« Nous méritons cette médaille. Nous avons gagné contre toute attente, car le Monténégro a une grande équipe et beaucoup d’individualités redoutables. Mais nous avons joué comme un groupe, comme une équipe et c’est ce qui nous a permis de remporter cette médaille », a déclaré l’Italien Stefano Tempesti dont c’était les cinquièmes Jeux Olympiques depuis Sydney 2000.

back to top En