skip to content
0:47 Carol Heiss

En patinage artistique, Carol Heiss réalise sa promesse !

Entraînée par les époux doubles champions olympiques 1928 et 1932 en couples Andrée et Pierre Brunet, Carol Heiss brille sur la scène mondiale dans son adolescence, notamment en 1955 où elle est vice-championne du monde et en 1956 à Cortina d’Ampezzo où elle est vice-championne olympique. Les deux fois derrière sa compatriote Tenley Albright. Mais un mois après ces Jeux d’hiver 1956, Carol, 16 ans, en dominant Tenley lors des Mondiaux de Garmisch-Partenkichen, précipite sa retraite sportive et remporte son premier titre mondial.

A ce point, Carol Heiss, connue pour avoir été à 13 ans la première patineuse à poser un double axel, reçoit de nombreuses offres pour passer professionnelle. Mais elle fait une promesse à sa mère avant que celle-ci ne décède des suites d’une longue maladie : rester amateur et aller gagner pour elle la médaille d’or aux Jeux Olympiques. La première partie de cette promesse prend la forme d’une domination sans partage dans les championnats du monde de l’ISU. De 1956 à 1960, Carol Heiss remporte cinq titres consécutifs ! Un exploit seulement réalisé avant elle par l’Autrichienne Herma Szabo, puis par la Norvégienne Sonja Henie, et plus jamais ensuite.

Grande favorite de la compétition à Squaw Valley, Carol Heiss est tout d’abord l’athlète qui prononce le serment olympique au nom de tous ses pairs lors de la cérémonie d’ouverture. Sa marche vers le titre qu’elle avait promis à sa défunte maman va être triomphale.  En bref, sur la glace de la Blyth Mémorial Arena, les 21 et 23 février 1960 il y aura Carol Heiss et les autres. Dès les imposées, elle est placée en tête par la totalité des juges, loin devant la Néerlandaise Sjoukje Dijkstra et sa compatriote Barbara Ann Roles.

IOC

Deux jours tard, sur des airs de Gioachino Rossini et de Piotr-Ilich Tchaikovsky, resplendissante dans sa robe rouge, un diadème brillant sur ses cheveux, Carol Heiss se montre pleine de grâce dans son programme libre, étincelante dans ses pirouettes et ses sauts, et à nouveau placée à la première place par les 9 juges. Une victoire nette et sans bavure avec un total de 1490,1 points devant Sjoukje Dijkstra (1424,8 points) et sa camarade de chambrée Barbara Ann Roles (1414,9 points).

Deux semaines après sa victoire olympique, Carol Heiss remporte le dernier de ses cinq titres mondiaux à Vancouver. Puis elle met fin à sa carrière et épouse le champion olympique 1956 Hayes Alan Jenkins. Elle participe brièvement à des spectacles sur glace, tourne dans un film, mène sa vie de mère de famille avant de revenir vers les arènes de glace dans les années 1980 en devenant une coach respectée qui emmènera des patineurs comme Miki Ando ou Timothy Goebel vers les sommets.

back to top En