skip to content
2012 Getty Images
Date
05 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Handball , Norvège

En handball féminin, la Norvège en course pour un troisième titre olympique consécutif

Les Pays-Bas, la Russie, le Brésil et l’Allemagne sont parmi les principales équipes prêtes à contester la suprématie de la Norvège, qui joue à Rio pour gagner l’or une troisième fois après ses triomphes en 2008 et en 2012.

Les Pays-Bas, le Brésil, la Russie et l’Allemagne s’annoncent comme les principaux candidats pour stopper la série victorieuse de la Norvège en handball féminin à Rio. En plus de leurs victoires lors des Jeux de Beijing en 2008 et de Londres en 2012, les joueuses scandinaves sont les championnes du monde et d’Europe en titre, et l’équipe que tout le monde veut battre au moment où le tournoi olympique démarre dans la Future Arena, samedi.

« Cela ne va pas être aussi facile que ces dernières années pour la Norvège », dit l’ailière néerlandaise Angela Malestein. « Elles nous ont battues lors de la finale des championnats du monde 2015 et nous voulons bien évidemment prendre notre revanche. »

L’an dernier, les joueuses des Pays-Bas comptaient comme meilleur résultat international une 5e place aux championnats du monde 2005. Elles étaient classées 13e au Brésil en 2011 plus 15e en Serbie en 2013. Puis cette jeune équipe s’est adjugé l’argent lors Mondiaux disputés en décembre 2015 au Danemark, a ensuite remporté son tournoi de qualification olympique et est maintenant considérée comme le principal obstacle sur la route des norvégiennes. La confiance règne dans le camp « Oranje » selon Michelle Goos, qui assure que l’équipe tenante du titre peut être battue, mais qui espère ne pas la jouer avant la finale.

Getty Images

Le Brésil compte sur son public

Le Brésil s’appuie sur son public pour espérer retrouver sa forme étincelante de 2013 et de la victoire dans les championnats du monde disputés en Serbie où les joueuses sud-américaines avaient pris le meilleur sur l’équipe locale en finale, 22-20. La capitaine Fabiana Diniz, qui prendra sa retraite sportive après les Jeux de RIo, est une des onze championnes du monde expérimentées, au sein de l’effectif de 14 joueuses qui s’apprête à affronter… la Norvège dans le match inaugural.

« Nous avons beaucoup travaillé dans ce dernier cycle olympique, et jouer à la maison peut être un gros plus pour nous » dit la pivot de 35 ans. « Le fait de jouer au Brésil fait de nous des favorites, mais nos prochaines adversaires sont elles aussi des favorites, en tant que championnes  olympiques et du monde en titre. Nous les respectons énormément. »

En dehors du Brésil, le Monténégro est la seule autre équipe qui a empêché la Norvège de s’adjuger un titre majeur depuis 2009. Les médaillées d’argent olympiques en 2012 ont battu  les scandinaves 34-31 en prolongations lors de la finale des championnats d’Europe 2012 en Serbie, prenant quatre mois après leur revanche de leur défaite 26-23 en finale des Jeux de Londres.

Getty Images

Les Russes, finalistes à Beijing en 2008, et les médaillées de bronze roumaines des championnats du monde 2015 emmenées par Cristina Neagu deux fois désignée meilleure joueuse mondiale de l’IHF, sont aussi des prétendantes aux médiales. il ne faut pas oublier l’Allemagne, qui occupe aujourd’hui la première place du classement mondial et qui n’a plus fréquenté les podiums olympiques depuis les Jeux de Moscou en 1980. 

Si aucune équipe ne parvient à stopper la Norvège, Kari Aalvik Grimsbo, Katrine Lunde et Linn-Kristin Riegelhuth Koren deviendront les premières handballeuses de l’histoire à avoir gagné trois médailles d’or olympiques.

Getty Images
back to top En