skip to content
Emma McKeon Getty Images
Date
20 juil. 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , JOJ , Natation

Emma McKeon, petite baigneuse à plonger dans le grand bain à Rio

La nageuse australienne Emma McKeon, 22 ans, est pratiquement née dans l’eau. Ses deux parents ont nagé pour leur pays – Ron, son père, a participé aux Jeux Olympiques de 1980 et 1984 – si bien que le sport est entré très tôt dans sa vie.

« J’ai grandi entourée d’eau, à la plage, la piscine de la maison, etc., et mon amour de la natation remonte à mon plus jeune âge, explique cette spécialiste de nage libre et de papillon. Avec mon frère et ma sœur, nous avons toujours eu des activités sportives tournant autour de l’eau, comme la natation, le surf, le ski nautique, et mes parents ont également dirigé une école de natation. C’est dire si j’ai appris tôt. »

Emma a plongé dans le grand bain de la compétition à 13 ans, mais elle a goûté pour la première fois aux joutes internationales lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) 2010 à Singapour. Ils lui ont permis, dit-elle, d’acquérir beaucoup d’expérience et laissé de précieux souvenirs.

« Pour quelqu’un qui a grandi en rêvant de défendre les couleurs de son pays aux Jeux Olympiques, être sélectionné dans l’équipe olympique pour les JOJ, c’est plutôt enthousiasmant. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, car c’était ma première compétition internationale, mais cela m’a permis d’avoir un aperçu de la compétition olympique, en beaucoup plus petit évidemment. »

« J’aime la dimension sociale de la natation et le fait que j’ai pu me faire des amis pour la vie grâce à mon sport. J’ai eu des opportunités extraordinaires grâce à la natation, j’ai voyagé à travers le monde et j’ai rencontré beaucoup de gens différents. De ce point de vue là, les JOJ, c’était super. Mon véritable grand moment, c'est quand j’ai participé au relais mixte avec les garçons. Ce n’est pas quelque chose qu’on fait très souvent, mais c’était très agréable. »

Emma est aussi convaincue que l’expérience qu’elle a acquise à Singapour lui a servi de tremplin vers le succès chez les seniors et que cela lui sera très utile pour ce qui l’attend à Rio. « Les JOJ ont constitué une introduction agréable à la course internationale et cela m’a probablement incitée à continuer à nager à l’âge adulte et à intégrer l’équipe olympique. L’ambiance y était agréable, dynamique et décontractée, si bien que ce n’était pas trop intimidant. C’était vraiment génial d’y participer. »

« Avoir vécu les JOJ va m’aider à me préparer par rapport à certains côtés des Jeux, notamment la configuration du village olympique et au fait qu’il y ait autant de pays différents en lice. Bien sûr, à Rio tout se déroulera à une échelle beaucoup plus grande. »

Emma estime que nager dans le bassin olympique de Rio sera l’aboutissement du rêve de sa vie et le résultat de nombreux sacrifices personnels. « Faire partie de l’équipe olympique, c’est l’exploit dont je suis la plus fière jusque-là. C’est quelque chose dont je rêvais depuis toute jeune. Depuis, j’ai toujours regardé mes héros défendre les couleurs de leur pays, chez moi devant ma télévision et j’ai toujours eu envie de faire la même chose. J’ai travaillé dur pour y arriver et ça me fait tout drôle de savoir que j’ai réussi. »

Emma McKeon Getty Images

« J’ai quitté la maison afin de faire évoluer ma carrière sportive. Cela s’est accompagné de nombreux défis personnels à relever et je suis fière d’avoir parcouru tant de chemin et d’avoir autant grandi pour arriver là où je suis aujourd’hui. »

En 2014, elle a été la grande révélation des Jeux du Commonwealth en remportant pas moins de quatre médailles d’or et deux de bronze : cela suggère qu’il faudra compter avec elle à Rio.

La participation d’Emma aux Jeux 2016 sera une grande affaire de famille. Elle est entraînée par son père, Ron, alors que son frère David, qui a débuté aux Jeux Olympiques à Londres 2012 sur 400 m nage libre, a été également sélectionné dans l’équipe australienne.

« Mon père me donne toujours des conseils judicieux dans de nombreux domaines de ma vie, dont la natation. J’ai de la chance qu’il m’apprenne beaucoup de choses tous les jours et d’avoir un soutien aussi exceptionnel dans ma vie, s’enthousiasme-t-elle. Participer aux Jeux Olympiques est une expérience importante. Je savais que c’était possible, à condition de travailler suffisamment dur pour ça. Le fait que mon frère nage également à Rio rend tout cela encore plus spécial. Ce n’est absolument pas quelque chose de très fréquent, tout comme le fait de partager ensemble l’expérience de la plus grande épreuve sportive du monde : cela sera, j’en suis sûre, extraordinaire. »

« J’essaye de rester calme par rapport à ça, mais sans perdre mon enthousiasme. C’est ce qui m’aide à travailler dur tous les jours à l’entraînement. Je ne suis pas trop angoissée par la compétition à ce niveau. Je suis seulement super impatiente de monter dans l’avion et de partir maintenant pour Rio. »

Engagée dans cinq épreuves – le 200 m nage libre, le 100 m papillon et les trois relais, 4 x 100 m et 4 x 200 m nage libre et 4 x 100 m 4 nages – Emma s’est fixé des objectifs très clairs. « Mon objectif à Rio, c’est de nager plus vite qu’aux sélections et de ne pas trop penser au résultat. Tous ceux à qui j’ai parlé des Jeux Olympiques m’ont dit que c’était l’une des meilleures expériences de leur vie, et je veux donc être certaine de ne pas me mettre trop de pression et de me faire simplement plaisir. »


back to top En