skip to content
2019 Getty Images
Tokyo 2020

Éloge des installations équestres de Tokyo et victoire du légendaire Michael Jung dans l'épreuve test

Le centre équestre des Jeux Olympiques de Tokyo 1964 a été refait à neuf et le parcours de cross-country au bord de la baie est magnifique. Les cavaliers ont hâte d'y revenir l'été prochain. 


Légendes olympiques, héros du pays et installations fantastiques : tout y était ou presque pour l'épreuve test organisée par Tokyo 2020 en sports équestres, laquelle a été déclarée un grand succès par les participants et les organisateurs. L'épreuve test faisait partie de la série baptisée "À vos marques, prêts, Tokyo".  

L'Allemand Michael Jung, sur Fischerwild Wave, a remporté la médaille d'or de l'épreuve qui s'est déroulée au parc équestre (dressage et saut d'obstacles) et au "Sea Forest Cross-Country Course" (parcours de cross-country), deux sites qui seront utilisés l'été prochain pour les Jeux.

À 37 ans, Michael Jung était l'un des plus âgés parmi les concurrents en lice, lesquels comprenaient  onze cavaliers japonais, trois Allemands, deux Britanniques et un Australien. L'Allemand compte déjà trois médailles d'or et une d'argent à son palmarès olympique, mais manifestement il en veut plus : sur le plus jeune cheval de la liste de départ, il a fait un parcours sans faute le dernier jour pour dépasser le leader Andrew Hoy d'Australie.  

Getty Images


Michael Jung, médaillé d'or à Londres en 2012 et à Rio en 2016, a terminé en tête du classement final avec seulement 28 pénalités. Le Japonais Ryuzo Kitajima, sur Vick du Gisors JRA, a remporté la médaille d'argent (28,2 pénalités), tandis que Yoshiaki Oiwa, également japonais, a obtenu la médaille de bronze sur Bart L JRA (30,1 pénalités).

Michael Jung s'est montré très élogieux au sujet des deux sites : le parc équestre de Baji Koen, situé dans la zone Héritage de Tokyo, et le parcours de cross-country (Sea Forest Cross-Country Course), qui s'étend le long de la baie de Tokyo et a été créé par l'Américain Derek di Grazia, très célèbre concepteur de parcours.

 “Pour moi, c'était très intéressant d'être ici et c'était agréable bien de voir comment tout  fonctionne bien, en particulier pour le cross-country,” a confié Michael Jung. “Tout paraissait très bien. En voyant tout ce que l'on a déjà maintenant, avec un an de plus pour nous préparer et pour améliorer un peu certains petits détails, je pense que ce sera très bien l'année prochaine. J'ai vraiment hâte d'être à la saison prochaine."

Les nouvelles installations à Baji Koen, lieu qui a accueilli les épreuves équestres des Jeux Olympiques de Tokyo 1964 et qui aujourd'hui est le siège de la Japanese Racing Association, ont été très appréciées – en particulier les écuries climatisées, installées pour contrer la chaleur estivale de la capitale japonaise.

Getty Images

"Les installations de refroidissement ici sur le site étaient absolument parfaites", a dit Andrew  Hoy. "Le site olympique est prêt un an avant ; le terrain est excellent et les barrières sont de très bonne construction.”

Vingt Comités Nationaux Olympiques et Paralympiques participaient à l'épreuve test et les réactions de leur part sont très positives. “Les installations sont très impressionnantes et nous avons eu la chance de tester tout ce que nous devions tester,” a indiqué David O’Connor, président du comité du concours complet de la FEI qui avait remporté une médaille d'or aux Jeux de 2000 à Sydney.

“Le comité d'organisation a pensé à tout dans les moindres détails et est en passe de faire de 2020 des Jeux vraiment extraordinaires pour les sports équestres.”

Les passionnés de sports équestres du pays ont été aussi plutôt ravis de voir deux cavaliers japonais sur le podium. “Ce fut assez difficile avec cette chaleur très élevée mais mon cheval a très bien réagi dans le cross-country,” a commenté le médaillé d'argent, Ryuzo Kitajima. “C'est un résultat fantastique !”

back to top En