skip to content
Date
01 août 1932
Tags
Los Angeles 1932 , Actu CIO

Eddie Tolan sprinte deux fois vers l’or

Si on vous demandait de dessiner un modèle de sprinter olympique, il est très peu probable que le résultat final ait une quelconque ressemblance avec Eddie Tolan.


Tolan mesurait en effet à peine 1,63 m pour 72 kg et portait des lunettes rondes attachées aux côtés de sa tête lorsqu’il courait. Tout bien considéré, il se situait à des années-lumière des spécimens au physique parfait qui dominent actuellement la piste.

Les premières amours sportives de Tolan, né à Denver en 1908, se situent du côté du football américain, mais une blessure à un ligament du genou réduit à néant ses chances de percer. Après avoir obtenu une bourse de l’Université du Michigan, il se tourne donc vers le sprint.

En 1929, il se retrouve sous le feu des projecteurs après avoir signé un record du monde de 9’’5 au 100 yards et lors des deux années suivantes, il améliore à deux reprises le record du monde du 100 m, à une époque où la ségrégation raciale constitue un frein aux ambitions des hommes et des femmes noirs dans tous les domaines, la force de caractère de Tolan rend ses exploits encore plus impressionnants.

Ses actions continuant de monter, Tolan se qualifie pour les Jeux Olympiques de 1932 où il retrouve un autre sprinter afro-américain, Ralph Metcalfe, qui est devenu au fil des courses son rival attitré. Avant les Jeux, les deux hommes se disputent le poste de numéro un qui revient d’un souffle à Metcalfe après sa victoire aux sélections olympiques américaines. Mais avec deux finales en perspective à Los Angeles, le 100 et le 200 m où ils devraient s’affronter, rien n’est joué.

Le 1er août au stade olympique de Los Angeles, soit deux jours après le coup d’envoi des Jeux, Tolan coiffe Metcalfe au poteau sur 100 m en égalant le record du monde en 10’’3. À une époque où la technologie n’était pas encore en mesure de régler le moindre différend, Metcalfe clamera haut et fort qu’il a terminé ex aequo avec son adversaire, et il maintiendra cette position jusqu’à la fin de sa vie. Le fait que les deux coureurs aient été crédités du même temps ne fera que renforcer sa colère.

Deux jours plus tard, cependant, les revendications égalitaires de Metcalfe semblent quelque peu obsolètes, puisque Tolan le bat dans le 200 m en établissant un nouveau record olympique de 21’’2. Ce faisant, il devient le premier athlète américain à remporter deux médailles d’or aux Jeux Olympiques.

Hélas, malgré ses exploits californiens, Tolan verra sa carrière d’athlétisme tourner court par la suite. Quelques mois à peine après son retour chez lui, avec une réception officielle, il abandonnera son statut amateur pour intégrer un spectacle de music-hall avec le danseur de claquettes Bill "Bojangles" Robinson, afin de satisfaire un besoin d’argent urgent pour soutenir sa famille.

Tolan reviendra sur la piste en 1935 pour triompher aux championnats du monde professionnels de sprint à Melbourne, mais il sera incapable de capitaliser sur son talent. Pourtant, lorsqu’il mourra à l’âge de 57 ans, son statut de porte-drapeau des grands sprinters noirs du monde entier restera intact.



back to top