skip to content

Dylan McCullough, champion des JOJ, revit son triomphe au triathlon : "J'en ai eu la chair de poule"

IOC
Le Néo-Zélandais Dylan McCullough revit sa victoire dans le triathlon masculin aux Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) de Buenos Aires 2018 et révèle comment il espère que son expérience aux JOJ l'aidera à réaliser son rêve de participer aux Jeux Olympiques de Paris 2024.


Deux ans après les JOJ de Buenos Aires 2018, quel bilan tires-tu de ton expérience là-bas ?

"C'était une expérience assez unique pour moi et je suis sûr que c'est la même chose pour tous ceux qui y sont allés. J'ai pu vivre toute l'expérience de la vie dans un village olympique, découvrir ce que sont véritablement les Jeux et y goûter un peu à un si jeune âge. C'était assez spécial, et c'était aussi génial d'être aux côtés de tous les autres pays et de pouvoir suivre tous les autres sports. C'est quelque chose que nous n'avons pas l'habitude de faire, donc c'était plutôt cool aussi." 

Quelle était l'importance pour toi de te qualifier pour les JOJ et d'acquérir cette expérience ?

"C'était énorme pour moi. J'avais cet objectif en tête depuis quatre ou cinq ans, et me qualifier était donc vraiment, vraiment important. Dès que je me suis qualifié, je me suis fixé des objectifs et je savais que je voulais m'entraîner aussi dur que possible et faire tout ce que je pouvais pour monter sur le podium. Et puis, remporter la victoire a été tout simplement incroyable."

Dylan McCullough IOC
Comment te sentais-tu avant la course et comment était-ce de franchir la ligne et d'être le champion olympique de la jeunesse ?

"J'étais probablement beaucoup plus nerveux au début de cette course que pour n'importe quelle autre course. J'étais le seul Néo-Zélandais en lice, donc je ne voulais pas laisser tomber mon pays. J'avais de grandes attentes envers moi-même et j'espérais être performant, et évidemment, on n'a qu'une seule chance aux Jeux Olympiques de la Jeunesse et c'est tout. Vous n'aurez plus jamais l'occasion d'aller à ces Jeux, donc cela a ajouté une grande pression pour moi aussi. Mais la matinée de course a été très bonne ; j'ai juste fait ma routine habituelle d'avant course. Et puis dès que j'ai plongé dans l'eau, c'était fini ; mon esprit s'est complètement concentré sur la course et mes nerfs se sont en quelque sorte mis en veille. J'ai foncé et j'ai réussi à remporter la victoire. Tout ce qui est arrivé après la course a été complètement différent de tout ce que j'avais connu avant, comme les médias d'après-course, le fait d'avoir de multiples interviews différentes, le fait de me voir partout dans les actualités à la maison ; c'était assez cool aussi. Et puis le nombre de messages que j'ai reçus de la famille et des amis a été plus élevé que jamais auparavant."

Tu as été accueilli au village olympique de la jeunesse par le reste de l'équipe néo-zélandaise qui a exécuté un haka pour toi. Tes impressions ?

"Cela m'a immédiatement donné la chair de poule. En fait, je ne savais pas qu'ils allaient faire ça. Je suis descendu du bus, j'ai passé la sécurité, et je marchais avec mon entraîneur quand j'ai vu toute l'équipe néo-zélandaise alignée plus loin. J'en ai eu la chair de poule. C'était tellement spécial. C'est une chose qui n'arrive qu'une fois dans une vie et ça a vraiment terminé la journée en beauté pour moi."


Ta participation aux JOJ t'a-t-elle rendu plus déterminé à participer un jour aux Jeux Olympiques ?

"Absolument. Cela m'a certainement donné encore plus envie d'aller aux Jeux Olympiques un jour et je pense que c'était vraiment bien pour moi aussi de savoir comment ce sera aux Jeux si jamais j'y participe un jour. Je sais maintenant ce que ce sera en termes d'entraînement et de course, parce que tout cela m'a demandé énormément d'énergie avant la course. Le simple fait de savoir ce que ce sera aux Jeux a été une très bonne expérience d'apprentissage et je suis assez heureux d'avoir pu vivre cela."


Les Jeux Olympiques de Paris 2024 sont-ils ton projet à long terme ?

"Les Jeux de Paris 2024 sont effectivement dans ma ligne de mire en ce moment. C'est encore dans trois bonnes années, donc je pense que mon corps peut se développer énormément pendant cette période. Je peux devenir naturellement plus fort avec l'entraînement et ce sera le principal objectif des deux prochaines années pour essayer de participer à cet événement."

Que signifient les Jeux Olympiques pour toi ?

"Tous les enfants qui grandissent en faisant du sport veulent y aller et, surtout après avoir vécu les Jeux Olympiques de la Jeunesse, je sais à quel point c'est cool et les Jeux Olympiques le seraient encore davantage. J'adorerais y aller et représenter la Nouvelle-Zélande. C'est une occasion assez unique de vivre les Jeux Olympiques, et ce n'est pas quelque chose que bon nombre de personnes ont l'occasion de faire. Alors faire partie de ce petit groupe d'élus qui participent aux Jeux Olympiques serait génial. J'espère que j'y arriverai un jour."

back to top En