skip to content
2014 Getty Images
PyeongChang 2018

Deux chances en snowboard pour Stale Sandbech à PyeongChang 2018

Médaillé d'argent lors de la première compétition olympique de snowboard slopestyle à Sotchi 2014, le Norvégien Stale Sandbech est le champion du monde en titre du Big Air, la discipline qui débute aux Jeux de PyeongChang 2018. Il aura donc la possibilité de monter sur les podiums dans les deux épreuves dont il est, à 24 ans, l'un des meilleurs spécialistes au monde.

"Il y a un vieux dicton, que l'on entend souvent en grandissant, qui dit : "Les Norvégiens sont nés avec des skis". Je le changerais en disant : "Stale est né avec un snowboard", confie le vice-champion olympique du slopestyle à Sotchi 2014. "Nous avons beaucoup de grands athlètes des sports d'hiver en Norvège, et faire partie de ce groupe, cela veut dire beaucoup, mais en même temps, le snowboard est un peu différent des autres sports. Nous sommes des artistes, c'est juste la façon dont nous vivons."

Getty Images

 

Le plus jeune olympien norvégien depuis Sonja Henie !

Stale Sandbech reçoit un snowboard comme cadeau de noël alors qu'il est âgé de huit ans. Il comprend presque instantanément qu'il est "fait pour ça", et l'activité devient sa passion. Il est très inspiré par son grand frère Frode, compétiteur professionnel avant de devenir l'un des photographes du snowboard acrobatique les plus réputés au monde.  Il s'amuse rapidement sur les différents modules et développe son style qui deviendra reconnaissable dans le monde entier. Il est, tout au long de sa progression et de sa carrière au plus haut niveau, accompagné par Frode, "mon héros, mon modèle, mon agent, mon manager, mon mentor, mon frère." Les photos de Stale Sandbech en pleine nature, de jour ou de nuit, dans les positions aériennes les plus amples, prises par Frode Sandbech, font le tour du monde et la couverture des plus importants magazines spécialisés.

En 2010 à Vancouver, Stale Sandbech, 16 ans, est le plus jeune membre de l'équipe de Norvège… depuis Sonja Henie en 1924 et 1928 ! Il dispute ses premiers Jeux d'hiver en half-pipe, et ne dépasse pas le stade des qualifications, se classant au final 30e de l'épreuve remportée par Shaun White. Mais dès lors qu'enfant, il s'amusait déjà à descendre les rampes d'escalier sur sa planche et à lancer des tricks de plus en plus compliqués sur les tremplins de neige, c'est en slopestyle, mais aussi en Big Air, qu'il va s'installer parmi les meilleurs "riders" du monde. En 2012, il est le premier à réaliser un "triple underflip 1260" (triple rotation tête en bas). 

Getty Images

 

Médaillé d'argent de la toute première compétition de slopestyle

Sur le parcours de slopestyle de Rosa Khutor à Sotchi 2014, Stale Sandbech commence par terminer premier des qualifications disputées à la veille de la cérémonie d'ouverture. La toute première compétition olympique de la discipline a lieu au premier jour des épreuves, et son vainqueur sera le premier médaillé des XXIIes Jeux d'hiver. En finale, Stale Sandbech rate son premier run, alors que son ami, l'Américain Sage Kotsenburg, réussit une prestation étincelante : elle lui vaut une note de 93,50 que personne ne parviendra à améliorer.

Stale Sandbech décide d'adapter son run pour plaire aux juges. "J'avais planifié de réaliser un triple Cab, mais j'ai compris qu'ils ne donnaient pas le plus haut score pour ce trick. Donc j'ai changé pour un Cab 12, avec un grab (attraper sa planche en l'air) plus imaginatif, un truc à ma façon." Son 2e run "imaginatif" noté 91,75 lui permet de remonter jusqu'à la médaille d'argent ! Il devance le Canadien Mark McMorris qui prend le bronze.Et il raconte ensuite : "Oh ! Je veux dire, le podium olympique est probablement le plus fou de tous. C'était du délire. Il y avait ce banc sur lequel on attendait de se lancer. Et puis…. je me suis retrouvé sur le podium avec deux de mes meilleurs amis ! Je ne savais même pas où regarder. Je me suis juste dit : "OK, concentre-toi, tu dois te rappeler de ça !"

Getty Images

 

La blessure et le titre mondial en Big Air

Déjà médaillé de bronze en Big Air aux X-Games 2013, puis en Big Air et en slopestyle en 2014 (un mois avant les Jeux de Sotchi), il décroche la médaille d'argent de cette dernière discipline dans l'édition 2015, brille dans beaucoup de compétitions du circuit professionnel, fait des photos magnifiques avec son frère Frode, mais se blesse en 2016, et subit trois opérations successives des deux genoux.

Stale Sandbech revient en 2017 et là… il commence par s'adjuger deux médailles d'argent aux X-Games en slopestyle : à Aspen et à Haffjell en Norvège pour l'édition européenne. Enfin, le 17 mars à Sierra Nevada (Espagne), il devient champion du monde du Big Air ! Sur ses trois runs, il produit un "cab 1440 tail", puis s'envole sur un 'backside triple cork 1440' avant de lancer un "frontside 1440 tail"… retenez bien le nom de ces figures aériennes qui feront le délice du public à PyeongChang 2018. "Yeah ! Fantastique ! J'ai été capable de poser tous mes runs en finale, trois tricks différents, trois rotations différentes, que j'ai réalisés en fait pour moi-même afin de me prouver que je pouvais le faire. Quelle belle soirée ! J'ai lutté avec ma confiance pour ne pas être trop apeuré. Là, j'ai fait le plein de confiance et je me retrouve comme je retrouve le snowboard."

Considéré comme l'un des freestylers les plus complets au monde en snowboard, leader norvégien de son sport, Stale Sandbech a désormais deux chances de gagner des médailles (si possible en or) sur les neiges coréennes, c'est-à-dire aussi bien sur le parcours de slopestyle du Bokwang Phoenix Park, que sur la gigantesque rampe de lancement d'Alpensia pour le premier concours de Big Air snowboard dans l'histoire des Jeux Olympiques d'hiver.

back to top En