skip to content
IOC
Buenos Aires 2018

Des épreuves de canoë-kayak novatrices et passionnantes à Buenos Aires 2018

Les jeunes athlètes qui se sont mesurés, pagaie simple du canoë ou double du kayak en mains, sur un format de duels contre-la-montre jusqu'aux finales, ont offert un magnifique spectacle. Si la Hongrie a été la seule à gagner deux médailles d'or, l'Île Maurice a connu le premier triomphe olympique de son histoire avec le slalomeur Terence Saramandif.


Les épreuves de canoë-kayak des JOJ de Buenos Aires se sont déroulées selon des formats de course différents par rapport aux épreuves olympiques traditionnelles, sprint (sur les bassins d'aviron en ligne droite) et slalom (descente entre des portes dans des eaux déchaînées). À Puerto Madero, les courses sprint ont eu lieu en duels, chaque concurrent partant en sens inverse des deux côtés d'un parcours en forme circulaire, négociant deux virages et passant chacun sa ligne d'arrivée après avoir achevé sa boucle. Ils ont donc couru plus en "contre-la-montre" que dans un véritable face-à-face. En slalom, les pagayeurs sont partis d'une rampe de lancement avant de tourner autour de plots répartis sur deux parcours parallèles aller-retour.

Les compétitions de canoë-kayak sprint ont pris l'affiche au parc urbain le vendredi 12 octobre. Les deux premiers vainqueurs ont été couronnés devant un large public rassemblé à Puerto Madero, offrant un superbe cadre à deux victoires européennes. La Hongroise Eszter Rendessy s'est montrée la plus forte dans son duel final en K-1 face à la Slovaque Katarina Pecusova. Elle a bouclé son parcours en 1:46.21, sa rivale terminant en 1:51.94. La Kazakhe Stella Sukhanova a pris le meilleur sur l'Allemande Gina Zint pour la médaille de bronze. Dans le face-à-face pour l'or du C-1 masculin, le Kazakh Dias Bakhraddin a été plus rapide (1:54.66) que l'Ouzbek Islomjon Abdusalamov (1:56.32). Le bronze est allé au Tchèque Jiri Minarik vainqueur du Hongrois Balasz Palla.

IOC

"Même dans mes rêves les plus fous, je n'aurai imaginé remporter cette médaille d'or", a commenté Eszter Rendessy. "Je vais rapporter de magnifiques souvenirs de Buenos Aires. Les Argentins sont très chaleureux et hospitaliers". Dans la compétition masculine, Dias Bakhraddin a surclassé Islomjon Abdusalomov pour offrir une deuxième médaille au Kazakhstan après le bronze de Stella Sukhanova. "Nous voulons remercier les fans pour leur soutien, et nous repartons très, très heureux parce que nous avons réussi à gagner deux médailles pour notre pays", a déclaré le champion olympique de la jeunesse.

Le lendemain, ce fut au tour du C-1 femmes et du K-1 hommes. En finale du C-1 sprint dames, la pagayeuse d'Ouzbékistan Gulbakhor Fayzeva s'est montrée sans pitié pour son adversaire hongroise Laura Gonczol. En 2:06.28, elle l'a battue de dix secondes à l'arrivée. Fayzeva avait signé le meilleur temps des qualifications matinales, puis largement gagné son huitième de finale, son quart et sa demi-finale, dominant à ce stade la Kazakhe Elnura Nurlanova qui a ensuite été battue pour la médaille de bronze par la Mexicaine Stephanie Angel Rodriguez Guzman.

IOC/OIS
 

Chez les hommes, Adam Kiss a apporté un deuxième titre à la Hongrie en prenant le meilleur dans une finale passionnante sur le Belge Jules Vangeel. "Peut-être que ça ne se voit pas mais je suis vraiment heureux. Je poursuivais ce rêve depuis longtemps. Après avoir pensé pendant si longtemps à ma compétition, je vais maintenant pouvoir profiter du village olympique et connaître un peu plus Buenos Aires", a souligné Adam Kiss. Le public argentin massé au bord du parcours a eu une belle occasion de se réjouir avec Valentin Rossi, battu en demi-finale par Adam Kiss, et qui a ensuite dominé le Polonais Wojciech Pilarz dans le duel pour le bronze.

Terence Saramandif écrit une page d'histoire

Une page de l'histoire olympique a été écrite le 15 octobre. L'île Maurice ne comptait jusqu'alors qu'une seule médaille, le bronze remporté en boxe poids coq par Bruno Julie à Beijing en 2008, et bien sûr aucune aux JOJ. Terence Saramandif a mené un parcours royal dans la compétition de C-1 slalom hommes, terminant en apothéose avec l'or gagné en finale face au Néo-Zélandais Finn Anderson qu'il a devancé de plus de quatre secondes. L’Espagnol Yoel Becerra Bernárdez a complété le podium.

"C’est la fin d’un long processus. Je me suis entraîné dur au cours de la dernière année et je me suis préparé à une compétition difficile", a déclaré Terence Saramandif. "Je pratique le slalom depuis l’âge de neuf ans. Toute ma famille est venue à Buenos Aires pour me soutenir. Ça a été un joli combat avec mon adversaire néo-zélandais ! C'est vraiment un plaisir pour moi d'être ici, j'ai passé de très bons moments à Buenos Aires. C'est un événement à ne pas louper, c'est je pense un lancement de carrière, un tremplin. Mon titre est pour le canoë-kayak à l'île Maurice, ça va permettre de le développer. C'est le début de ce sport sur mon île", a-t-il ajouté.

CIO/OIS

La première journée des compétitions de slalom à Puerto Madero a aussi vu la Slovaque Emanuela Luknarova s'imposer d'un peu moins d'une demi-seconde en finale du K-1 femmes face à la Française Doriane Delassus au terme d'un duel acharné pour l'or. "Je me suis sentie vraiment forte toute la journée ainsi qu'en demi-finale", a dit avec un grand sourire la jeune Slovaque qui a largement dominé toutes ses adversaires jusqu'au moment de vérité. "Pour la finale, j'étais un peu nerveuse. Mais quand j'ai franchi la ligne d'arrivée, ça a été géant". La pagayeuse de Chinese Taipei Tzu-Hsuan Lai a rejoint Luknarova et Delassus sur la troisième marche du podium.

Le lendemain, pour la dernière journée, Doriane Delassus a troqué sa pagaie double pour une pagaie simple, celle du C-1 slalom, pour gravir une marche supplémentaire sur le podium. Elle a battu en finale la Polonaise Zola Lewandowski, tandis qu'Emanuela Luknarova a accroché le bronze après l'or en K-1. Chez les hommes, l’Argentin Valentin Rossi, victime de Lan Tominc en quarts de finale, a pronostiqué la victoire finale du Slovène en déclarant : "C’est une star. Je suis sûr qu’il va battre Guan en finale. » Bien vu, puisque le Slovène a décroché la médaille d’or en 1:08.950, soit près d’une seconde plus vite que le Chinois Changheng Guan, qui s’était montré le plus rapide lors des éliminatoires. Le bronze est allé au Français Tom Bouchardon. "Je suis extrêmement heureux", a déclaré Lan Tominc. "Je me prépare pour cette épreuve depuis un an. Mes grands-parents sont venus de Slovénie pour me soutenir."

back to top En