skip to content
Date
15 oct. 2010
Tags
Actu CIO ,

Des athlètes contribuent à optimiser un programme de suivi de carrière pour leurs pairs


Le programme a besoin de se faire connaître davantage, telle est l’une des principales conclusions du 5ème Forum sur le programme de suivi de carrière des athlètes du CIO tenu la semaine dernière à Lausanne.  Ce forum a rassemblé des athlètes et représentants de Comités Nationaux Olympiques (CNO), d’Adecco et du Comité International Olympique (CIO) pendant deux jours, le but affiché étant d’améliorer la mise en œuvre du programme sur l’ensemble de la planète. Lancé en 2005, le programme de suivi de carrière vise à aider les athlètes d’élite à gérer l’entraînement et la compétition tout en parvenant à faire face aux défis de la vie quotidienne. Il est conçu autour de trois axes : l’éducation, les compétences de la vie et l’emploi.

Déjà 27 CNO et 6800 athlètes

Vingt-sept CNO répartis sur tous les continents coopèrent déjà activement avec Adecco pour la mise en application du programme de suivi de carrière dans leur pays. Et avec plus de 6800 athlètes ayant déjà bénéficié des services proposés, le programme est en passe d’être une réussite. Toutefois, toutes les parties concernées devront se livrer à un véritable exercice de communication afin de toucher le maximum d’athlètes et d’employeurs potentiels.

Être en mesure de s’aider soi-même

Geri Buckley, tireuse au pistolet de l’équipe britannique, détentrice du record de Grande-Bretagne et doctorante, est l’une de ces athlètes qui ont déjà réussi à concilier carrière sportive et évolution  professionnelle. Lors du forum organisé par le CIO, elle a donné un aperçu de sa manière de faire face pour équilibrer entraînement de haut niveau et études poussées. Réussir à concilier sport, études, amis, vie sociale et familiale tient de l’exploit et pour elle, c’est grâce à l’octroi d’une bourse personnalisée qu’elle y est parvenue. Elle a expliqué : “Même si je fais les Jeux Olympiques en 2012, il n’y aura peut-être pas les moyens financiers à disposition et je dois être en mesure de m’aider moi-même.”

Répondre aux attentes des athlètes

Sergei Aschwanden, médaille de bronze en judo aux Jeux Olympiques de 2008 à Beijing et actuellement étudiant en sciences et administration du sport en Suisse, a donné son point de vue sur la manière dont le programme de suivi de carrière pouvait mieux répondre aux attentes des athlètes."Adecco, les organisations sportives et les entraîneurs doivent travailler en étroite collaboration pour inciter les athlètes à rejoindre très tôt le programme. Il s’agit de leur faire prendre conscience qu’il y a une vie après le sport et que le programme de suivi de carrière est là pour les aider à forger leur avenir. Dans le cadre favorable qu’il procure, les athlètes apprendront à affronter la pression sociale, à gérer leur temps et à planifier l’avenir. Et c’est exactement ce que bon nombre d’entre eux attendent d’un tel programme taillé à leur mesure.”

Créer un contexte gagnant-gagnant pour athlètes et employeurs

Stagiaire au CIO de juillet à septembre de cette année, Sergei Aschwanden a joué un rôle actif dans le réglage minutieux du dispositif mis en place au profit des athlètes. Il a analysé les informations sur le programme diffusées sur le portail www.olympic.org et donné des idées pour mieux l’adapter aux besoins réels des athlètes. Sa présence au CIO s’est avérée profitable pour les deux côtés : il lui a ainsi fallu découvrir très vite l’immensité de la tâche qui consiste à organiser le sport au niveau international et à trouver des compromis avec les nombreuses parties concernées; le CIO pour sa part a bénéficié de son expérience du terrain pour une meilleure approche des sujets liés aux athlètes. 

Sergei Aschwanden s’est également rendu aux tout premiers Jeux Olympiques de la Jeunesse à Singapour pour y évaluer les améliorations qui pourraient être apportées au concept du village olympique de la jeunesse, au programme culturel et éducatif ainsi qu’aux formules de compétition, dans le but de mieux répondre aux besoins des athlètes.

Sergei Aschwanden est convaincu qu’il peut être intéressant pour les employeurs d’intégrer des athlètes dans leur structure. ”Naturellement, on ne peut jamais généraliser, mais de nombreux athlètes d’élite ont acquis  durant leur carrière sportive des compétences qui peuvent apporter une valeur ajoutée à tout futur employeur”, a-t-il expliqué en ajoutant : “Savoir gérer la pression, se relever des défaites et ne jamais abandonner sont autant de qualités qui ne sont pas seulement utiles sur le terrain de sport mais également dans le domaine professionnel en général.”

Tags Actu CIO ,
back to top