skip to content
Date
18 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Canoë sprint , Hongrie , Espagne , Allemagne , Ukraine

Des arrivées au millième de seconde lors des finales de canoë-kayak sprint!

En dehors d’une nette victoire de la Hongroise Danita Kozak en K1 500 m, les trois autres finales en canoë-kayak sprint du jour, jeudi sur le lagon Rodrigo de Freitas, ont été extrêmement serrées. L’Allemagne en K2 100m, l’Espagne en K2 500m et Iurii Chetan en C2 1000m l’ont emporté.


Dans la première finale du jour, dont le départ a été donné à 9h locales, les Allemands Max Rendschmidt et Marcus Gross, champions du monde en titre, ont décroché la médaille d'or du 1000 m en kayak biplace (K2) dominant la finale courue sur la lagune Rodrigo de Freitas.

Rendschmidt et Gross se sont imposés en 3.10.781, devant l'équipage serbe composé de Marko Tomicevic et de Milenko Zoric, médaillés d’argent à 188/100e. Les Australiens Ken Wallace et Lachlan Tame ont pris le bronze à 1.812.

Getty Images

Max Rendschmidt et Marcus Gross ont fait le nécessaire pour ne pas être inquiétés outre mesure, tandis que la bataille pour les places sur le podium entre les bateaux portugais, australien et serbe a fait rage jusqu’à ce que l’embarcation serbe ne prenne un net avantage pour la médaille d’argent en finissant sur les talons du duo allemand.

Marcus Goss explique qu’il craignait avant tout les australiens, avec Ken Wallace, champion olympique du K1 500m à Beijing en 2008. « Je pense que nous avons fait tout ce que nous avons pu dans cette course pour nous détacher d’eux, car nous savions qu’ils ont un très grand finish et nous avons essayé de nous éviter ça ».

D’ailleurs, il sera encore question des Australiens en finale du K 4 1000m. Gross poursuit : « Ca va être une grande course contre eux. Je pense que nous allons nous amuser, mais aussi souffrir » et ajoute : « La plupart du temps quand nous pagayons dans le K4, Tom Liebscher essaye de projeter autant d’eau qu’il peut dans mes oreilles, alors je ne peux rien entendre. C’est toutefois très marrant ! ».

Pour Marko Tomisevic, cette médaille d’argent comble une attente de 32 ans. « Eh bien, c’est la première médaille dans notre sport depuis 1984. Cela fait longtemps que la Serbie n’a pas remporté de médaille et ça veut dire beaucoup pour nous. Nous savions que nous pouvions le faire, et cela nous rend très heureux. » Et à propos du K4 1000 m au programme vendredi : « Nous nous amusons bien aussi. Un de nous est assis légèrement à gauche, alors vous ne savez jamais où et quand vous allez tomber. »

L’Australien Ken Wallace s’adresse d’abord à l’équipage allemand. « Les gars, comment êtes vous allés si vite dans les troisièmes 250 m de la course ? Vous nous avez fait exploser ! D’ailleurs, vous avez un joli bateau rose. » Où il est encore question du K4 : « Je suis très excité. Nous allons nous préparer, nous échauffer et nous tenir prêts pour les séries et les demi-finales du K4 demain. ». Son coéquipier Lachlan Tame explique qu’il était plutôt fatigué en fin de course, « mais je pouvais quand même voir le rose du bateau allemand se détacher de nous, et il se détachait, se détachait, se détachait… »

Iurii Cheban conserve son titre du C2 1000m

Dans la deuxième course, L’Ukrainien Iurii Cheban, champion olympique en titre, a conservé sa médaille d'or du 200 m en canoë monoplace (C1) en s'imposant in extremis en finale. Cheban a jeté son bateau sur la ligne pour l'emporter en 39.279, meilleur chrono olympique sur la distance, tombant à l'eau après sa manoeuvre. Il a devancé l'Azerbaïdjanais Valentin Demyanenko, médaillé d’argent à 214/1000e, et le Brésilien Isaquias Queiroz dos Santos, en bronze à 349/1000.

Getty Images

« Peut-être que la première fois que j’ai gagné la médaille d’or, j’étais beaucoup plus ému », a remarqué le double champion olympique ukrainien, « Mais cette fois, je savais à quoi me préparer. Je me préparais pour une course acharnée et c’est bien sûr ce qui s’est passé. Cette finale était beaucoup, beaucoup plus dure que la précédente il y a quatre ans. ».

A propos de son chavirage sur la ligne d’arrivée : « Dans le final, tout athlète veut mettre le nez de son bateau aussi loin que possible afin de maximiser ses chances de finir premier. Le poids de mon corps est passé à l’arrière du bateau et j’ai chaviré. C’était le truc en or! ».

Une deuxième médaille d’or olympique pour Saul Craviotto en K2 200m

Les Espagnols Saul Craviotto et Cristian Toro ont décroché l'or olympique du 200 m en kayak biplace (K2), en dominant la troisième finale du jour.

Le duo espagnol a parcouru la distance en 32.075 et devancé à l'arrivée l'équipage britannique composé de Liam Heath et de Jon Schofield, médaillés d’argent à 293 millièmes de seconde. Les Lituaniens Aurimas Lankas et Edvinas Ramanauskas ont pris le bronze à 307/1000e.

Getty Images

Saul Craviotto remporte sa troisième médaille olympique. Il avait gagné l’or en K2 500 m avec Carlos Pérez à Beijing en 2008, et l’argent en K1 200 m à Londres en 2012. « Je n’ai jamais rêvé d’avoir trois médailles dont deux en or. Donc, maintenant, je rêve. ». Pour Cristian Toro, 24 ans, c’est une première médaille olympique. « Je ne sais pas. Je n’ai pas de mot pour décrire ce que je ressens en ce moment, juste de la joie. Peut-être que dans quelques jours, je réaliserai ce qu’il s’est passé. J’ai rêvé tout ma vie de gagner une course aux Jeux, et quand nous avons franchi la ligne d’arrivée, je me suis juste senti relax. »

Pour Liam Heath, c’est d’abord un sentiment de confusion. « On est tellement arrivés en paquet ! Les millièmes qui nous séparent, ce n’est absolument rien. Nous avons couru de l’autre côté du bassin aujourd’hui, je n’avais pas la moindre idée du résultat, jusqu’à ce que les espagnols surgissent à la première place. »

Heath et Schofield avaient remporté le bronze à Londres en 2012 sur la même distance. « Je pense que c’est le plateau autour de nous qui a fait la différence », a expliqué Jon Schofield. « Nous savions que la course d’aujourd’hui serait la plus dure dans l’histoire du K2 200 m »
Arrimas Lankas est ravi d’apporter le bronze à la Lituanie. « Je pense que nous ne réalisons pas ce que nous venons de faire. Nous avons besoin d’un certain temps pour nous confronter à la réalité! ».

Danuta Kozak voit double à Rio et conserve son titre du K1 500 m

En clôture de programme, la Hongroise Danuta Kozak a conservé son titre olympique du 500 m en kayak monoplace (K1). Kozak, double championne du monde de la distance (2013, 2014), s'est rapidement détachée pour s'imposer en 1.52:494. La course pour les autres marches du podium a été plus accrochée et il a fallu la photo-finish pour départager la Danoise Emma Jorgensen (argent) et la Néo-Zélandaise Lisa Carrington (bronze), double championne olympique du K1 200 m.

Getty Images

Danuta Kozak s’adjuge sa 2e médaille d’or en 48h à Rio, après avoir triomphé avec Gabriella Szabo en finale du K2 500m, et son troisième titre olympique. « Je suis très, très contente. Il y a quelques jours, j’étais malade, et maintenant, je me sens de mieux en mieux et je suis si heureuse ! Bien sûr que cela m’avait inquiétée, mais j’ai une grande force mentale. »

Emma Jorgensen a finalement décroché la médaille d’argent pour quelques millièmes de seconde (46 très exactement) devant Lisa Carrington. Durant les quelques minutes de flottement après l’arrivée : « J’attendais et j’espérais, j’espérais. J’ai été surprise du résultat, mais je savais que je pouvais le faire ». Il n’y a aucune forme de déception dans les mots de Lisa Carrington : « C’est assez fantastique. C’était une course si dure ! ».

back to top En