skip to content
Date
16 août 2016
Tags
Rio 2016 , Actu CIO , Athlétisme , Canada

Derek Drouin 84 ans après Duncan McNaughton en saut en hauteur

Derek Drouin a succédé à Duncan McNaughton au palmarès canadien du saut en hauteur aux Jeux. Mardi, au stade olympique, un bond à 2,38m à son premier essai lui a permis de devancer ses deux principaux rivaux, le qatarien Qatarien Mutaz Essa Barshim et l’Ukrainien Bohdan Bondarenko.


« Les Jeux, c'est autre chose que les Mondiaux et j'ai apprécié mon titre aux Mondiaux à Beijing en en 2015. Mais celui-là, je vais le chérir encore plus ! » a déclaré Derek Drouin, premier champion olympique canadien du saut en hauteur depuis Duncan McNaughton à Los Angeles en 1932. « Ah, je n’avais pas réalisé ça !», a-t-il ajouté. « Le Canada a une belle et grande histoire en athlétisme aux Jeux et c’est merveilleux d’essayer de prendre ma place dans cette histoire. »

Getty Images

Mardi sur le sautoir du Stade Olympique Derek Drouin s’est imposé en franchissant 2,38 m à son premier essai. Le Qatarien Mutaz Essa Barshim, deuxième performeur de l'histoire, a pris la médaille d'argent (2,36 m) et l'Ukrainien Bohdan Bondarenko s'est adjugé celle de bronze (2,33 m) pour un podium composé des trois principaux favoris. A 26 ans, Drouin a ajouté l'or olympique à sa médaille de bronze gagnée aux Jeux de Londres en 2012 ainsi qu'à son titre de champion du monde 2015. Il compte aussi une médaille de bronze aux Mondiaux 2013.

Dans un concours qui n'a pas forcément atteint les sommets espérés en terme de hauteur, Drouin a effacé toutes ses barres au premier essai avant d'échouer à 2,40 m alors, qu'il était assuré du titre olympique. Barshim, qui était en lice pour offrir au Qatar sa toute première médaille d'or olympique, a accompagné le sans faute de Drouin à toutes les barres jusqu'à se casser les dents à trois reprises à 2,38 m.

Getty Images

Bondarenko, qui gère des problèmes de dos chroniques, a joué la stratégie en sautant deux fois et en faisant des impasses pour arriver à 2,38 m. Le vice champion du monde 2015 a alors raté ses deux premiers essais et a tenté le tout pour le tout en faisant l'impasse sur sa dernière tentative à cette hauteur. Son échec à 2,40 m a ensuite offert le titre à Drouin.

La renaissance du saut en hauteur masculin

Le saut en hauteur connaît une renaissance depuis 2013, grâce à une nouvelle génération de sauteurs emmenée par Drouin, Barshim et Bondarenko. Neuf des 17 meilleurs sauts de l’histoire, soit tous les sauts au-dessus de 2,40 m, ont en effet été enregistrés depuis moins de trois ans.

Getty Images

« J'étais très confiant ces derniers jours, je visais la médaille d'or. Je ne ressentais pas trop de pression, je n'étais pas nerveux. Je suis fier de la façon dont j'ai sauté. Je savais que je pouvais aller haut. J'ai essayé de battre le record olympique (un essai à 2,40 m) mais ça n'a pas marché » a expliqué Derek Drouin. « Je crois que je ne vais pas réaliser avant demain (mercredi) quand je vais recevoir la médaille. »

Mutaz Essa Barshim a insisté sur tout ce qu’il devait à ceux qui l’on toujours soutenu. « C’est le première médaille d’argent pour mon pays, et j’ai littéralement senti que tout le monde poussait dans mon dos. J’ai fait ça pour eux, pas pour moi. Je suis très heureux et j’espère qu’ils le sont aussi! Je suis satisfait de ce que j’ai fait aujourd’hui. Je vais essayer de toutes mes forces de gagner l’or à Tokyo en 2020. Ici, Derek Drouin était plus concentré que moi. Je dédicace ma médaille à ma mère. Elle s’est toujours occupée de moi. »

« Bien sûr que je suis satisfait » a dit Bohdan Bondarenko. « J’ai fait quelque chose d’incroyable pour moi-même. Je me suis totalement dédié à cette compétition. Après m’être assuré du bronze, j’ai dû m’allonger quelques minutes, j’avais mal au crâne et ma tête tournait… ».

back to top En