skip to content
IOC/Dave Thompson
Date
16 oct. 2018
Tags
Actualités Olympiques, Buenos Aires 2018, JOJ
Buenos Aires 2018

Demandez le menu !

Les jeunes athlètes qui aspirent à se couvrir d’or ont besoin de carburant et c’est justement ce qu’ils peuvent trouver au village olympique de la jeunesse. Il y en a pour tous les goûts au restaurant qui sert de la nourriture du monde entier.


Nourrir des athlètes de différents pays et cultures n’est pas une mince affaire. Le restaurant du village olympique sert ainsi plus de 8 000 assiettes par jour à 7 000 convives, de 5 heures du matin à minuit lors de quatre services. Aux heures de pointe, ce sont quelque 2 000 personnes qui mangent ensemble dans le même espace.

Il n’est donc pas surprenant que les organisateurs aient mis plus d’un an à mettre au point une telle entreprise. Le personnel du restaurant a dû s’informer sur la nourriture du monde entier afin de mieux servir ses invités.

IOC/Dave Thompson

Un menu spécifique a été créé spécialement pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos aires 2018. Il met l’accent sur le type de nourriture dont les athlètes ont besoin pour être performants tout en tenant compte des différentes cultures, religions, régimes alimentaires et préférences. Les athlètes peuvent manger toutes sortes de mets, des pâtes aux plats locaux, en passant par la cuisine asiatique et les plats sans gluten ou végétariens.

IOC/Dave Thompson

La pizza fait l’unanimité

Bien que le menu propose différentes saveurs, les employés ont été surpris de constater que les jeunes sont plus enclins à manger certains aliments, quelle que soit leur nationalité.

« Un soir, on a servi de la pizza et tout le monde en a voulu. Le succès a été total puisqu’ils ont mangé 7 000 pizzas », raconte Thaiz, le directeur du restaurant.

La pizza n’a pas été le seul plat pris d’assaut. « La file d’attente pour le chawarma, un plat qui vient d’Asie et qui ressemble à un kebab, était énorme. Tout le monde voulait goûter. »

« Des gens de 206 pays différents prennent le petit-déjeuner, déjeunent et dînent ici », poursuit-il. « Ce genre de cadre de restauration débouche souvent sur des amitiés entre les délégations. Ce qui se passe ici est vraiment intéressant. Dans les premiers jours, chaque délégation occupait ses propres tables. Mais au fil du temps, les athlètes ont commencé à rencontrer d’autres personnes et maintenant, les tables sont très mélangées. »

IOC/Dave Thompson

Thaiz explique en outre que le comportement des athlètes au restaurant montre à quel stade de compétition ils se trouvent.

« Au début, on aurait dit qu’ils étaient en vacances. Mais au fil des jours, on a pu noter un changement au niveau de l’environnement. Il est devenu évident de savoir qui allait jouer ou concourir un jour donné. »

Jeux Olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018

Inscrivez-vous maintenant pour recevoir les dernières nouvelles arrow right
back to top En