skip to content
Date
15 mai 2000
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

DECLARATION DE LA COMMISSION D'ETHIQUE DU CIO SUR LE DOSSIER R. KEVAN GOSPER


Lausanne, le 15 mai 2000 - Monsieur R. Kevan Gosper, membre de la Commission d’éthique, a saisi celle-ci, par lettre datée du 28 janvier 2000, de l’examen des faits et circonstances entourant les visites effectuées par lui-même et sa famille à Salt Lake City en 1993 et 1995.

Allégations
Un journaliste, M. Andrew Jennings, dans un message par e-mail daté du 25 janvier 2000 et adressé à M. Gosper, lui a demandé si le fait que Mme Gosper et ses enfants aient accepté l’hébergement offert par M. Tom Welch (à l’époque membre prééminent de la candidature de Salt Lake City) dans un appartement à Deer Valley est véridique et si oui, s’il est conforme aux règles du C.I.O. Il a également demandé à M. Gosper de répondre à quelques questions en relation avec la visite qu’il a effectuée à Salt Lake City en mai 1995 en compagnie de son épouse. D’autres questions de détail ont également été posées par M. Jennings.
Réponse de M. Gosper
M. Gosper a saisi la Commission d’éthique de cette affaire ; il a démissionné de cette Commission pour que celle-ci puisse examiner l’affaire en toute liberté. M. Gosper a fourni à la Commission un dossier complet. Par ailleurs, les avocats-conseils du C.I.O. aux États-Unis, la firme O’Melveny Myers, ont fait parvenir au C.I.O. un dossier complémentaire que ce dernier a transmis à la Commission.

Enquête
La Commission a entendu M. Gosper lors de sa réunion du 6 mars 2000. Elle a ensuite délibéré en son absence. Elle a considéré que le caractère particulier de cette affaire, concernant un de ses membres qui par ailleurs est Vice-président du C.I.O., appelait des vérifications particulières conduites dans des conditions indiscutables. Elle a donc décidé de confier l’instruction de ce dossier à un expert indépendant de grande renommée domicilié aux États-Unis d’Amérique, cela afin de faciliter les éventuels contacts avec les personnes concernées à Salt Lake City. Elle a aussi décidé, ainsi que le prévoit son Règlement de procédure, de nommer un rapporteur en son sein. Monsieur Javier Pérez de Cuéllar a accepté cette mission.

Me Martin LIPTON, avocat de la firme Wachtell, Lipton, Rosen Katz établie à New York, a été mandaté à cet effet par la Commission. Il lui a été demandé :
1. de prendre connaissance de la lettre du 1er février 2000 de M. R. Kevan Gosper et de l’e-mail de M. Jennings, des documents fournis par M. R. Kevan Gosper et des archives de la commission ad hoc du CIO qui a eu à connaître de la conduite inappropriée de certains membres du CIO en relation avec la candidature de Salt Lake City pour les XIXe Jeux Olympiques d’hiver en 2002 ;

2. d’entendre M. R. Kevan Gosper ainsi que tous témoins utiles, de prendre connaissance de tous documents, notamment des documents comptables afférents aux faits, et plus généralement de procéder à toute recherche utile à la manifestation de la vérité ;

3. d’établir les faits relatifs à cette affaire.
4. d’informer le rapporteur de ses diligences et de leurs résultats et de présenter un rapport circonstancié à la commission d’éthique dans les meilleurs délais.

M. Lipton a conduit son enquête en toute indépendance et à son entière discrétion. Il a personnellement présenté son rapport lors de la dernière réunion de la Commission, le 15 mai 2000. Il conclut ainsi son rapport :

- “Le compte- rendu donné par M Gosper de la visite qu’il a effectuée en 1995 à Salt Lake City en compagnie de son épouse correspond à la vérité.
- Le compte-rendu donné par Mme Gosper de sa visite en 1993 à Salt Lake City correspond à la vérité.
- Il existe des preuves matérielles qui confirment les comptes-rendus des Gosper au sujet de ces visites.
- Il n’y a aucun élément qui permette de conclure que M. Gosper ou Mme Gosper ont violé, délibérément ou par négligence, les règles du CIO relatives aux visites aux villes candidates.
- M. et Mme Gosper ont pris des mesures raisonnables afin d’éviter de recevoir des officiels du comité de candidature de Salt Lake City, des services ou cadeaux qui violeraient les règles du CIO.
- Dans la mesure où Mme Gosper pourrait avoir reçu des services ou cadeaux qui auraient violé les règles du CIO, cela aurait été la résultante d’une dissimulation délibérée des officiels de Salt Lake City, en sorte que ce qui aurait semblé être des dépenses mineures, dont la coutume veut qu’un ami engage lorsqu’il est l’hôte d’un ami en visite, aurait été en fait remboursé par le comité de candidature de Salt Lake City.”

EN CONSEQUENCE

La Commission, après avoir délibéré et entendu le Rapporteur, l’expert indépendant et M. Gosper, conclut que le comportement de M. R. Kevan Gosper ou de Mme Gosper envers la candidature de Salt Lake City ne peut être considéré comme étant blâmable. Il n’y a aucun élément qui permette de conclure qu’ils ont délibérément ou négligemment violé les règles du CIO.
Proposition
La Commission d’éthique
back to top