skip to content
Date
28 juin 2000
Tags
Actu CIO , Communiqué de presse

DECLARATION DE LA COMMISSION D'ETHIQUE DU CIO SUR LE CAS EN SUSPENS RELATIF A ATLANTA


Lausanne, 28 juin 2000 - La Commission d’éthique a été saisie par le Président du C.I.O., par lettre datée du 26 septembre 1999, de l’examen des irrégularités qui auraient pu se produire pendant la candidature de la ville d’Atlanta à l’organisation des Jeux de la 26e Olympiade en 1996.

Allégations
M Griffin B. Bell de la firme King Spalding, dans sa lettre datée du 16 septembre 1999 adressée à la Commission du Commerce du Congrès américain, a relaté des événements qui se seraient produits à l’occasion de la candidature d’Atlanta aux Jeux Olympiques de 1996. Il a annexé à son rapport des tableaux répertoriant toutes les dépenses qui auraient été faites par le Comité de candidature en relation avec les visites de chacun des membres du C.I.O. qui se sont rendus à Atlanta. Certaines de ces dépenses n’auraient pas été conformes aux instructions du C.I.O. en vigueur à l’époque et relatives à la limitation des dépenses encourues par les villes candidates à l’organisation des Jeux Olympiques.

La Commission, lors de sa réunion du 27 septembre 1999, a décidé de procéder à un examen plus approfondi. Elle a éliminé les allégations concernant des personnes qui ne sont plus membres du C.I.O., par démission ou exclusion.

Le 15 mai dernier, elle a proposé à la Commission exécutive du C.I.O. «  de ne pas poursuivre plus avant l’examen de ce dossier, à l’exception d’un seul cas », au sujet duquel elle avait demandé certaines informations .

La Commission a depuis reçu lesdites informations du membre concerné lui-même. Les membres de la Commission les ont étudiées et ont émis leurs avis par voie de circulation.

EN CONSEQUENCE

La Commission d’éthique, après avoir demandé et obtenu des informations du membre du CIO qui n’avait pu lui faire parvenir sa réponse avant la réunion du 15 mai dernier de la Commission, et n’ayant rien relevé qui puisse faire l’objet d’autres investigations, émet l’avis que les faits allégués à l’encontre de ce membre paraissent si véniels qu’il n’y a pas lieu pour elle de poursuive leur examen.

Proposition

La Commission, après un examen exhaustif des faits et des éléments réunis, propose à la Commission exécutive du C.I.O. de ne pas poursuivre plus avant l’examen de ce dossier.

back to top